Mission Etrangère de Paris - Archives

Rapport n ° 1033

  • Mission : Tôkyô
  • Population Catholique : 0
  • Nombre de baptêmes : 0
  • Nombre de conversions : 0
  • Nombre de baptêmes EF : 0
  • Rédacteur : Chambon
  • Pays : Japon
  • Année : 0
CHAPITRE PREMIER
_____



GROUPE DES MISSIONS DU JAPON

~~~~~~~


I. ― Tôkyô.


Population catholique 15.392
Baptêmes dadultes 1.346
Baptêmes denfants de païens 1.019
Conversions dhérétiques 24


Au début de son rapport, S. Exc. Mgr Chambon relate lincident politique de Tôkyô du 26 février 1936, cest-à-dire du massacre de plusieurs ministres et hauts personnages, conseillers très écoutés du Trône, par une poignée dofficiers et un millier de soldats dans le but dune Restauration ; tentative heureusement avortée, car elle annonçait de mauvais jours pour le christianisme. Son Excellence signale aussi la campagne menée par le Gouvernement contre les religions qualifiées de « perverses » parce que, dit la Loi, elles sont un crime de lèse-majesté, une cause dimmoralité et un danger pour la paix publique. A cette poursuite contre les religions perverses se superpose la campagne contre les idées dangereuses, contre le communisme. Prévenues que quelques expressions pouvaient être retournées contre le catholicisme, les Missions intéressées ont fait une révision du catéchisme et des prières intensifiant les devoirs envers la patrie et supprimant des termes qui réprouvaient ce quun certain changement dans les esprits peut aujourdhui trouver légitime. Enfin, Mgr Chambon nous invite à faire avec lui un tour dhorizon dans son archidiocèse.
« Dans les quatre Départements du Nord qui font un tout assez homogène, dit Son Excellence, nous trouvons à Mito un Père Franciscain à ses débuts dans lapostolat, chargé de tout le Département de lIbaraki et même dune petite station du Tochigi. Le Gumma, qui a pour chef-lieu : Maebashi, est le champ de manuvres de M. Uchino. Le Saitama, qui forme comme une banlieue du Grand Tôkyô, est confié à un autre Père Franciscain, ancien missionnaire dans le sud, qui exerce tranquillement son ministère à Kawagoe et autres lieux. Traversons les montagnes au nord-ouest et nous rencontrons la très curieuse église de Karuizawa, avant-poste du Shinshu. Cest une station dété où le P. Ward, de Londres, se dévoue avec succès auprès des étrangers. Plus à louest, la ville dUeda, dernier théâtre de lactivité de Mgr Rey, est évangélisée par M. Okoshi. Ce prêtre signale la bénédiction dune grotte de Lourdes, le jour de Noël, dune cloche le jour de lEpiphanie. « Le 23 juin, ajoute-t-il, lexposition des ornements et des images sacrées ont attiré un millier de personnes à léglise. » A lextrême partie de cet immense Département de Nagano, à la ville du même nom, trois Pères Franciscains de la Province de Silésie sont installés dans une grande maison de location. Le Père Kowarz, supérieur, accuse cinq fidèles dans la ville et dix dans le district. Une école du dimanche réunit cinquante enfants. Cinq sectes protestantes voient leurs adeptes fondre rapidement et léglise orthodoxe a disparu depuis plusieurs années. Le poste important de cette région est celui de Matsumoto. « Le seul événement important , écrit M. Delbos , « est la confirmation donnée à 16 nouveaux chrétiens. La préparation de ces confirmands « ma procuré une grande joie et jai eu à mettre en pratique la patience dont Mgr de « Guébriant nous parlait si souvent au cours de ses lectures spirituelles La négligence des « parents : tel est le premier et le plus grand mal auquel je me suis efforcé de remédier. « Une bonne dizaine de catéchumènes qui me restent et le fort groupe denfants païens , « garçons pour la plupart , qui vient régulièrement assister au catéchisme avec les « chrétiens , me font regarder lavenir avec confiance. »
« Une troisième région comprend les trois Préfectures de Yamanashi, Shizuoka et Kanazawa. La ville de Kôfu est la plus importante du premier Département. M. Matsushita dessert ce poste et celui de Yamashiro. Une troupe de boys-scouts met de lentrain dans cette vieille mission et, sur sa motocyclette, ce prêtre va jusquaux confins de Shizuoka. A lextrémité de ce dernier Département la grande ville de Hamamatsu, un des premiers postes des anciens missionnaires, est confiée à M.Ideguchi. La meilleure partie de son district est Fujieda. Dans le désir de nous rapprocher de la gare et de recueillir ainsi plus facilement les chrétiens assez dispersés, nous cherchons depuis six mois un terrain favorable ; nous aboutirons sans doute bientôt
Shizuoka, capitale du Département, sest enrichi dune église neuve. Lancienne avait souffert du tremblement de terre du 11 juillet 1935. « En outre, écrit M. Billing, les murs en « brique furent déclarés dangereux par lautorité locale ; il fallait donc sexécuter et « demander un grand secours à la procure de la Mission. Maintenant tout est bien réparé ; « léglise a été élargie , la tribune peut recevoir plus de cent personnes, les fenêtres sont « plus basses, une entrée latérale rend plus facile la circulation de lair. À loccasion de la « bénédiction de notre église , le 26 avril, vingt et une confirmations y ont été conférées.» LAssociation Shimai-kwai des jeunes filles catholiques et païennes, dont le grand organisateur est un Père du Verbe Divin, le P. Gemeinder,est très prospère. Shimizu est tout près de Shizuoka ; M. Delahaye, Vicaire forain de ces régions, a maintenant un très beau terrain , sa maison duvres et son église. « Le sanctuaire béni le 29 décembre dernier, à « la plus grande joie des fidèles, écrit ce confrère, a été admiré dans la ville. Nous avons « entendu à plusieurs reprises les païens dire de léglise : cest la fleur de la ville. Cest « quen effet , sans être monumentale, elle est coquette et bien placée. A la bonne saison et « à la fin de loffice, les chrétiens, du portail, sont émerveillés par la splendeur du Fuji, « lidole de leurs montagnes Enfin cette année, pour la première fois, jai eu la consolation « de préparer 25 personnes au sacrement de Confirmation . » Par suite de ses occupations à Shimizu, le missionnaire na pu soccuper avec la même assiduité de son Ecole de filles à Shizuoka. Il déplore une légère diminution du nombre des élèves. « Mais, a-t-il soin dajouter, lesprit de lEcole est bon, toutes les élèves étudient le catéchisme avec grande bonne volonté. »
« Deux autres postes dans ce même Département sont à signaler : Numazu et Kôyama. M. Larrieu conserve Numazu, mais ce cher confrère qui se dépense sans compter a dû prendre six mois de repos, et ce repos fut relatif, car il en profita pour inspirer le pinceau dun jeune artiste. Le Délégué Apostolique, grand admirateur de ce catéchisme illustré pour enfants, spécialement conçu pour des enfants japonais, en a pris limpression à sa charge. Pendant labsence de M. Larrieu, M. Mathon dOdawara sest imposé un surcroît de travail en administrant le district de son confrère. Kôyama, non loin de Numazu, comprend une petite paroisse de la léproserie. M. Iwashita, qui cumule les fonctions de directeur, de maître de pension à Tôkyô et de professeur au grand séminaire, écrit que la reconstruction de lhôpital, aménagé suivant les exigences modernes, a été à peu près terminée à la fin de lannée 1935. La chapelle est devenue plus commode pour les différentes catégories de malades, les locaux ont été agrandis pour subvenir aux besoins de 150 lépreux. Actuellement, ils ne sont que 130, mais à mesure que largent nous arrivera, nous irons en augmentant jusquau nombre prévu. Lhôpital bénéficie toujours des largesses de Sa Majesté lImpératrice Douairière et le Saint-Père a daigné accorder au vieux régisseur, M. Kusunoki la médaille « Pro Ecclesia et Pontifice », distinction accordée également à un autre excellent catholique de Shizuoka, M. Murakoshi.
« En revenant sur Tôkyô, nous entrons dans le Kanagawa-ken. A Odawana, M. Mathon va à la recherche des catéchumènes « un peu en chien courant », dit-il. « Quand jai trouvé une « piste quelconque, je tâche de la suivre jusquau baptême inclusivement. Je vais moi-même « enseigner le catéchisme à domicile ; cest ainsi entre autres que jai pu baptiser une des « meilleures familles de la ville. Je continue aussi mes visites aux hôpitaux de Hiratsuka, « mais les résultats ne répondent pas, hélas ! à mes désirs. » Sur la ligne du chemin de fer, en nous rapprochant de Tôkyô, nous trouvons à Chigasaki, dun côté linstallation aussi provisoire quédifiante dune uvre de charité par un Père du Verbe Divin, que seconde un catholique dun dévouement exemplaire ; de lautre côté, le Monastère des Pères Bénédictins de Beuron dans un immense terrain occupé en partie par les bois, une ferme et des pépinières. Le monastère attire par sa beauté des cérémonies, le calme de la solitude. Pour faire partager leur attrait pour la Liturgie, les Pères ont déjà fait imprimer un calendrier très bien conçu.
« Yokosuka, le grand port militaire, est desservi par un prêtre japonais M. Shimura, venant chaque dimanche de Tôkyô, du Bureau de la Presse. Yokohama, la capitale du Département aura bientôt un million dhabitants. LEcole des Dames de Saint-Maur a 860 élèves. Le collège des Frères Marianistes pour la colonie étrangère en a 150 ; les Surs Franciscaines Missionnaires de Marie ont été, depuis le début de lannée, engagées par le Comité chargé de lAdministration de lHôpital Général, engagement très honorable pour leur Institut et qui a valu à M. Pratmarty sa nomination de chapelain. Trois paroisses se partagent la ville : celle du Sacré-Cur, fidèles étrangers et japonais, administrée par M. Lemoine avec laide du P. Ward ; celle de Saint-Michel de Wakabachô, confiée à M. Caloin et celle de sainte Thérèse dIrie, sous la direction de M. Lebost.
« Nous pouvons maintenant aborder la quatrième région, la région centrale de larchidiocèse, après avoir franchi la rivière Tama. A lest sétend le Département de Chiba ; les catholiques y sont assez dispersés et deux églises sont à leur disposition. Cest à lextrémité de la Préfecture, non loin de la mer, que M. Totsuka a fondé une succursale de son uvre pour tuberculeux, dont les agrandissements ont été bénits après notre retraite. En dehors de la ville de Tôkyô, qui dépasse actuellement six millions, le poste de Hachiôji, desservi une quarantaine dannées par M. Mayrand, est confié au jeune prêtre japonais Fukahori. Une paroisse de la périphérie, Kitami, dont la chapelle a été le don dune famille catholique, est confiée à M. Satô. Si nous revenons au nord, nous trouvons M. Mayrand, curé de la paroisse de la Nativité, aumônier de lHôpital de Bethléem de la Sainte-Enfance, auxiliaire dévoué et indispensable de M. Flaujac. Le grand événement dans la vie de cette uvre fut la construction dune vaste maison pour religieuses et infirmières.
« Le grand séminaire est lui-même une paroisse. « Elle fut fondée en 1932, dit M. Candau, Recteur, et jusquau 1er juillet 1936, le registre des baptêmes porte 103 baptêmes administrés Plusieurs familles entières des environs du séminaire ont été baptisées. Il est bon de signaler que, dans plusieurs cas, le baptême des parents a été obtenu par les enfants et ceux-ci ont connu le catholicisme par lEcole du dimanche qui fonctionne très bien sous la direction de M. Cossard aidé de quinze séminaristes. » Non loin du séminaire se trouvent lEcole des Arts-et-Métiers, le Noviciat et le séminaire des Pères Salésiens. Plus au sud, les Pères du Verbe Divin ont une maison dEtudes « Albert Home » et les Marianistes leur Noviciat. Les chapelles de ces Institutions souvrent aux fidèles du voisinage pour laudition de la sainte Messe. Dans larrondissement voisin, M. Mayet, à Kôenji, a une paroisse de plus de 800 fidèles et une école enfantine. Les Surs de la Merci sont tout à côté et leur école est florissante. En décrivant un cercle autour de la ville, nous rencontrons M. Flaujac, curé de Béthanie-Ekota ; il faudrait bien deux autos à notre Vicaire Général pour administrer ses entreprises, mais cest au chevet des malades quil recueille de beaux épis pour le ciel. Oji, Shimo-jûjô, est une nouvelle paroisse née le jour de la fête du Sacré-Cur au nord de Tôkyô dans un quartier très populeux. Elle est à la charge dune Congrégation italienne dite de Saint-Paul. Deux Pères vivent très simplement dans une maison de location et déjà les enfants affluent par douzaines à lEcole du dimanche. Auprès deux vit M. Collard et son catéchiste coréen. Lapostolat auprès des Coréens donnera à ce confrère, si sa santé égale son zèle, les plus grandes consolations.
« Mikawashima, également dans un quartier très peuplé, devient le centre de nombreuses uvres sociales. Le P. Escursell, Salésien, dans son rapport, où perce visiblement son ancienne profession davocat à Barcelone, montre les progrès réalisés et les espérances justifiées. La troupe de boys-scouts, sous la direction compétente dun Parisien, lAbbé Dupont, sest acquis le patronage dun général en retraite ; le dispensaire sest ajouté au patronage et à une garderie denfants. Des cours professionnels du soir vont bientôt fonctionner et déjà un bureau de consultations gratuites est une nouveauté bien salésienne. La vitalité de ce poste ne peut être quun encouragement pour tous les missionnaires. Près de lui, cependant , létablissement du R. P. Lassalle, S. J. est aussi un centre duvres sociales bien connu des autorités. A Tsukiji, M. Cesselin visite souvent les malades de lhôpital protestant de Saint-Luc et prépare le dictionnaire japonais-français si attendu. Comme il connaît ses auteurs : « vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage », après avoir fini il a recommencé. Nous espérons quune fois suffira. M. Cornier, à Omori, a comme auxiliaire dexcellents fidèles et les Surs japonaises de la Visitation, désormais rattachées au diocèse de Fukuoka. De la paroisse dOmori fut jadis détachée celle de Den-en Chôfu. Elle sest développée sous la garde et par le zèle du P. Denis, franciscain. Dans ses limites se trouvent létablissement de la Sainte-Enfance des Dames de Saint-Maur et lHôpital de M. Totsuka.
« En nous rapprochant du centre, nous rencontrons léglise du Sacré-Cur dAzabu. M. Deffrennes enfin a pu recueillir la somme de près de quarante mille yen qui lui a permis dacheter le terrain sur lequel se trouve la Mission. Cette immense paroisse possède lécole de Filles du Sacré-Cur, par surcroît centre dactivité pour la confection dornements sacrés et dintérêt pour les vocations. La cathédrale a comme nouveau curé M. Toda. M. Maugenre na conservé cette fonction que pendant quelques mois, mais il garde la Procure. Cette église date de quarante années, toutefois elle se rajeunit et sembellit un peu dans lattente dun jeune archevêque japonais. Elle est entourée du petit séminaire sous la direction de M. Dossier secondé par le jeune M. Konda. Le Directeur a fait construire une très belle chapelle, encourageant architecte et peintre à sinspirer de lart japonais. Non loin de là, Hongô est encore confié à M. Houtin. « Lexercice précédent, écrit ce missionnaire, a été témoin de la marche normale, mais très active, des diverses associations paroissiales. Il a été nécessaire de raviver lenthousiasme des zélateurs pour la propagande des imprimés périodiques. »
« A la dernière heure nous apprenons que la Sacrée Congrégation de la Propagande consent à ce que les Pères Franciscains de la Province de Québec, quittant la Préfecture Apostolique de Kagoshima, se chargent, sous lautorité de larchevêque de Tôkyô au moins pour quelque temps, de lévangélisation de la première région dont il est parlé dans ce compte rendu. Malgré les difficultés des dernières années, nous pouvons exercer notre ministère en toute liberté. De cela nous sommes reconnaissants envers les autorités japonaises et nous rendons grâces à Dieu, qui donne à ses missionnaires dautant plus de joies intimes que leur travail est délicat et apparemment peu brillant, quoique infiniment fécond. »


~~~~~~~