Mission Etrangère de Paris - Archives

Pierre Rose Ursule BORIE DUMOULIN

  • Numéro : 386
[386]. BORIE (DUMOULIN-BORIE), Pierre-Rose-Ursule (Le Bx), dont le double nom s'explique comme nous l'avons dit dans la notice précédente : Pierre-Rose-Ursule fut d'abord appelé Borie du Moulin, à cause du moulin de Cors, à Beynat (Corrèze), propriété de sa famille, où il naquit le 20 février 1808 ; on le nomma ensuite Borie-Dumoulin et enfin Dumoulin-Borie. Il étudia au collège de Beaulieu, au petit séminaire de Servières et au grand séminaire de Tulle. Il entra sous-diacre au Séminaire des M.-E. le 8 octobre 1829, et pendant son séjour il s'affilia à la célèbre Congrégation de la Sainte Vierge, qu'on désignait alors sous le seul nom de la Congrégation, et dont les membres tenaient leur réunion dans la maison.
Il partit pour le Tonkin occidental le 2 novembre 1830, n'étant que diacre ; mais ayant reçu la dispense d'âge pendant son séjour au Havre, il se rendit à Bayeux, et y fut ordonné prêtre le 21 novembre 1830. Le 15 mai 1832, il pénétrait au Tonkin par la Cochinchine. Sur l'ordre de son évêque Mgr Havard, il s'arrêta dans la partie méridionale de la mission qui comprenait 58 000 chrétiens ainsi répartis : 24 000 dans le Nghe-an, 16 500 dans le Ha-tinh, et 17 500 dans le Bo-chinh. Dès l'année suivante, la persécution le força de mener une vie errante. En 1834, il visita les stations catholiques du Bo-chinh, et reconstitua deux couvents et deux petits collèges.
En 1838, la persécution redoublant, il dut se cacher, mais sans trouver personne qui consentît à lui donner asile. Un chrétien effrayé par la menace des tourments, ayant révélé sa présence dans la campagne, il fut arrêté avec son catéchiste Tu le 31 juillet, et conduit à Dong-hoi, chef-lieu de la province du Quang-binh, où on le réunit aux prêtres indigènes Diem et Khoa incarcérés depuis peu de temps. C'est pendant sa captivité qu'il reçut les pièces qui le nommaient évêque d'Acanthe, et vicaire apostolique du Tonkin occidental.
Voici comment s'était faite cette nomination : En vertu d'un bref du 31 juillet 1832, qui lui permettait de nommer son coadjuteur et de le sacrer évêque d'Acanthe, Mgr Havard l'avait choisi et avait exprimé sa volonté dans une lettre du 30 janvier 1836, qu'il confia, ainsi que le bref de 1832, à M. Masson, avec ordre de ne remettre qu'après sa mort ces deux pièces à leur destinataire. Quand il vit la persécution s'accentuer et la maladie l'atteindre gravement lui-même, il fit une autre lettre, datée du 2 juillet 1838, nommant sous condition Borie son successeur ; peu après il mourut (Voir HAVARD). Dès que Masson apprit la mort de l'évêque, il expédia à Borie les premières pièces, celles de 1836. L'élu venait d'être arrêté et emprisonné. Quand il comprit qu'il serait condamné à mort, il nomma Masson supérieur de la mission, Retord provicaire, et écrivit au Séminaire des M.-E. et à Mgr Cuenot d'agir à Rome, afin d'obtenir la nomination de M. Masson comme vicaire apostolique. Ce devoir rempli, il n'eut plus qu'à penser au sort que Dieu lui destinait.
Ses interrogatoires se répétèrent plusieurs fois pendant les quatre mois de sa détention. Il répondit toujours avec prudence et fermeté, et encouragea les deux prêtres annamites Diem et Khoa. Au mois de novembre 1838 il fut condamné à la décapitation. Le confesseur de la foi écouta silencieusement la lecture de la sentence, puis, prenant la parole, il dit : \ Depuis mon enfance, je ne me suis encore prosterné devant personne ; maintenant je remercie le grand mandarin de la faveur qu'il m'a procurée, et je lui en témoigne ma reconnaissance par cette prosternation. \" Et il se mit à genoux devant le mandarin qui, très ému, balbutia quelques mots pour refuser cet hommage, dont il parut comprendre la grandeur. Le 24 novembre 1838, il souffrit le martyre à peu de distance de la citadelle de Dong-hoi ; le bourreau s'était enivré pour se donner le courage d'accomplir sa sinistre besogne, et d'une main mal affermie portait ses coups à faux ; il ne fit tomber la tête de la victime qu'au septième coup.
Le corps de Dumoulin-Borie fut enterré sur le lieu même de l'exécution ; l'année suivante, au mois d'octobre, par les soins de M. Masson, ses ossements furent transportés à Ke-gom dans le Nghe-an ; au mois de juin 1842, ils furent envoyés à Macao, d'où le procureur général des M.-E., Libois, les expédia en France par le vaisseau Orient ; ils arrivèrent au Séminaire des M.-E. en 1843, et le 3 août suivant, une commission composée d'ecclésiastiques et de médecins en fit la reconnaissance.
Après la Béatification du martyr, qui eut lieu en 1900, sous le Pontificat de Léon XIII (le bref est du 7 mai et les solennités à Saint-Pierre de Rome du 27 du même mois), ses ossements ont été placés dans une châsse sous l'autel Sainte-Anne, dans la crypte de l'église du Séminaire des M.-E.
Au Séminaire également, dans la Salle des Bienheureux, sont conservés des souvenirs du martyr, entre autres sa cangue. Dans la Salle des Martyrs existent deux tableaux peints au Tonkin occidental, et représentant l'un son arrestation, et l'autre son exécution.
Notes bio-bibliographiques. - A. P. F., x, 1837-38, p. 289 ; xi, 1838-39, p. 563 ; xii, 1840, Relation de son martyre, p. 531 ; Ib., Notice, p. 538 ; xiii, 1841, Ses funérailles, p. 278 ; lxxi, 1899, p. 323 ; lxxii, 1900, pp. 312, 328. - M. C., viii, 1876, pp. 553, 563 ; xxxii, 1900, Fêtes de sa Béatification, pp. 171, 208, 217, 251, 289. - B.O.P., 1894, p. 116 ; 1895, p. 392. - A. M.-E., 1899, pp. 117, 193 ; 1900, pp. 116, 162, 199, 241, 295 ; 1901, p. 116 ; 1902, p. 83. - Sem. rel. Tulle, 1887, p. 759 ; 1900, Une gloire corrézienne, par Mgr Breton, pp. 329 et suiv. ; Ib., Le sang d'un martyr, par M. Soullier [avec une lettre inédite du Bx], p. 342 ; Ib., Fêtes de sa Béatification, p. 340 ; 1901, Triduum, pp. 37, 67, 129.
Les 52 Vén. serv. de Dieu, Notice, Tab. alph. ; Id. [édit. in-4], Maison natale [grav.], p. 134. - Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. - Mart. franç. au Tonk., Notice, p. 1. - Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., p. 647. - La Coch. et le Tonk., pp. 25, 320 et suiv. - La Congrégation, p. 180. - Cent morc. div., Au Bienheureux Borie, pp. 117, 120. - La Salle des Mart. [édit. 1865 et 1900], Tab. alph. - La Franc. pont., ii, p. 685. - Truyen sau ông phuc lôc., p. 41. - The pers. of Annam, pp. 178 et suiv. - I Mart. ann. et cin., p. 197.
L'ex-libris de Mgr Borie, par H. Tausin. - Imprimerie de la Bonne Presse du Centre, Tulle, 1911, in-8, pp. 4.
24 novembre. Précieux anniversaire. - Imprimerie Mazeyrie, Tulle, 1901, in-8.
Actes de sa Cause de Béatification, voir DUFRESSE.
Die XXIV novembris. In festo Beati Dumoulin-Borie martyris. [Oraisons et Leçons]. - Tutelæ, die 30 julii 1906. Henricus episc. Tutelen.
Biographie. - Vie de Mgr Borie, évêque nommé d'Acanthe, vicaire apostolique du Tong-king occidental, martyr dans la persécution suscitée le 3 janvier 1833 (avec portrait et fac-simile), par un prêtre du diocèse de Tulle [M. Vermeil, supérieur du petit séminaire de Servières]. - Gaume frères, éditeurs-libraires, 1, rue Cassette, Paris, 1844, in-16, pp. 252.
Vie du Vénérable serviteur de Dieu, Pierre-Rose-Ursule Dumoulin-Borie, évêque élu d'Acanthe, vicaire apostolique du Tong-king occidental, de la Congrégation des Missions-Étrangères, suivie d'un appendice sur les missions chez les infidèles [avec portrait], par un prêtre du diocèse de Tulle [M. Vermeil], 2e édit. - Jacques Lecoffre, libraire-éditeur, 90, rue Bonaparte, Paris ; ancienne maison Périsse frères, 47, rue Mercière, et 34, rue Centrale, Lyon, 1865, in-16, pp. 352.
Id., 3e édit. - Librairie Jacques Lecoffre. Lecoffre fils et Cie successeurs, 90, rue Bonaparte, Paris ; 2, rue Bellecour, Lyon, 1875, in-16, pp. 352.
Vie du vénérable martyr Dumoulin-Borie, évêque d'Acanthe [avec portrait], par l'abbé Vermeil, ancien supérieur du petit séminaire de Servières. 3e édit. [Cette édition, en réalité la 4e, est la reproduction des 2e et 3e ; elle est due à M. l'abbé Nauche, curé-doyen de Beynat]. - Imprimerie catholique, Brive, 1897, in-16, pp. 274.
Le Vén. Mgr Dumoulin-Borie [avec portrait]. Les Contemporains, n° 80. - 5, rue Bayard, Paris, in-4, pp. 16.
Portrait. - Peinture, est au Séminaire des M.-E. - Crayon et fusain, Pinçon, lith. ; propé Gaspard P. A., éditeur, rue Madame, n° 1, à Paris. - Lithographie, report sur acier, Baudran, Paris. - Autre lithographie, Agte Desvaux pinxit. - Gravure sur bois, T. Joan, propé A. Gaspard, éditeur, 7 et 9, rue des Canettes, Paris. - M. C., viii, 1876, p. 558 ; xxxii, 1900, p. 253. - B.O.P., 1894, p. 117. - A.M.-E., 1900, p. 242 ; 1902, p. 89. - Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., p. 647. - Les miss. cath. au XIXe siècle, p. 210. - Les 52 Vén. serv. de Dieu, i, p. 145 ; Reproduction des tableaux de la salle des Martyrs, pp. 140, 164, 170 ; Id. [édit. in-4], Tab. alph. - Son martyre est représenté sur un des vitraux de la chapelle du cimetière du sanatorium Saint-Raphaël, Montbeton (Tarn-et-Garonne). - Mart. franç. au Tonk., p. 1. - Voir Biographie.
[Ces portraits sont la reproduction d'un portrait dessiné de souvenir.]


"