Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean WARET (1933-2012)

Add this

    Jean Maxime Julien Albert Marie Waret naquit le 8 septembre 1933 à Reims (Marne) et il y fut baptisé le surlendemain. Il était l’aîné d’une fratrie de 6 enfants, 2 garçons et 4 filles. Ses parents, Maxime Waret et Marguerite-Marie Tropini, s’installèrent ensuite à Villiers-sur-Marne, en Seine-et-Oise, dans la partie du diocèse de Versailles qui devint le diocèse de Créteil en 1966. Monsieur Waret père était chef comptable.

    Le jeune Jean fit ses études primaires dans les écoles Sainte Anne et Saint Joseph de Villiers-sur-Marne, entrecoupées par un exode familial à Pons, en Charente-Maritime, de 1939 à 1941. En 1944 il entre au Petit séminaire de Versailles, l’Institut Notre-Dame de Grandchamp, il y termine ses études secondaires en 1951 et obtient le baccalauréat de philosophie-lettres. Il poursuit sa formation au Grand séminaire de Versailles, de 1951 à 1953, puis il étudie la philosophie scolastique à l’Institut Catholique de Paris pendant l’année universitaire 1953-54.

    De juin 1954 à 1956 Jean Waret accomplit son service militaire dans la marine, en France et au Maroc.  Il regagne le Grand séminaire de Versailles à la rentrée de 1956. En mai 1957, il écrit à Mgr Lemaire, supérieur général, sa demande d’admission dans la Société des Missions Etrangères.

    Il entre le 16 septembre 1957 au Séminaire des Missions Etrangères, et y accomplit les deux dernières années de sa formation, rue du Bac. Les directeurs de Versailles et du Séminaire des Missions Etrangères décrivent Jean comme quelqu’un de brillant intellectuellement et travailleur, dynamique, joyeux, équilibré, pieux sans démonstrations, fiable et qui ne répugne pas à donner de soi une image – qui ne trompe cependant personne - de « gavroche parisien ».

    Il est agrégé définitivement à la Société le 20 décembre 1958, le lendemain il est ordonné sous-diacre, et reçoit comme destination Tokyo-Kawagoe.

    Ordonné prêtre le 29 mai 1959, il part en mission le 21 août 1962, après trois années d’études à l’Université Grégorienne de Rome, sanctionnées par une licence en sciences sociales. Jean Waret débarque à Yokohama le 21 septembre 1962 du paquebot « Vietnam » qui l’a transporté depuis Marseille. Il a alors 29 ans.

    De 1962 à 1964 le P. Waret étudie le japonais tout en résidant à la maison régionale MEP de Tokyo. De 1964 à 1970 il est vicaire à la paroisse de Kawaguchi, dans le diocèse d’Urawa. Puis il prend son premier congé en France, et qu’il prolonge par un temps d’études à l’Université Grégorienne au terme duquel il obtient un doctorat de sociologie urbaine.

    Il prend part comme secrétaire aux travaux du Synode de Société de 1971, à Hongkong, et, de retour au Japon, l’évêque d’Urawa le nomme curé de la paroisse d’Omiya. Il exerce cette charge pastorale jusqu’en 1980.

    D’autres responsabilités lui sont en outre confiées, dans le diocèse, au conseil presbytéral, comme membre, de 1975 à 1977, année de son deuxième congé en France, puis comme vice-président, de 1979à 1980, et dans la Société : il est responsable du groupe missionnaire de Tokyo-Urawa de 1974 à 1980, puis vice-régional du Japon, de 1976 à 1980. De 1977 à 1979, Jean Waret est membre du groupe d’études MEP « Ad Exteros ».

    Il prend part à l’Assemblée générale des MEP de 1980 comme délégué de la Région du Japon. A son retour dans ce pays, il est élu Supérieur régional le 22 octobre 1980, tâche qui constitue son activité principale en ce temps où les confrères du Japon sont encore très nombreux. Il réside à Tokyo mais Réélu en 1985,  le P. Waret sera Supérieur régional du Japon pendant dix ans, de 1980 à 1990. Il exerce des responsabilités au sein de la conférence des Supérieurs majeurs du Japon, comme vice-président (1982-83) puis comme président (1984-88).

    1983 est l’année de son troisième congé en France. Il y retourne comme membre de droit de l’Assemblée générale de 1986. De 1985 à 1992, il est membre de la Commission de Coopération internationale de l’Eglise du Japon et fait partie du bureau « Eglise de Chine ». Il coopère aussi avec le Service Chine créé par l’Assemblée générale de 1980.

    Après 16 années de ministère paroissial et 10 années de service de la Société comme Supérieur régional, le P. Waret est nommé en 1990 par l’évêque d’Urawa prêtre coopérateur du district de Gunma, en résidence à Numata. Mais en 1992, âgé de 59 ans, il est rappelé à Paris pour diriger pendant trois années le service d’information de la Société des Missions Etrangères, appelé « Echange France-Asie ». Il doit être opéré et muni d’une prothèse de hanche « française », avant d’en recevoir une « japonaise » quelques années plus tard. En 1994 il contribue à la première vidéo MEP.

    De retour au Japon en 1995, Jean Waret est chargé de la paroisse de Tatebayashi pendant quelques mois, puis, en avril 1996, l’évêque de Saitama (nouveau nom de la préfecture d’Urawa et donc du diocèse d’Urawa) le nomme à Utsunomiya, dans le nord Kantô, comme curé de la paroisse de Matsugamine et responsable du district de Tochigi. Il y restera 12  ans. Après avoir repris du service au conseil presbytéral en 1996, il en devient le président de 1998 à 2000 et l’évêque le nomme aussi au conseil épiscopal. Il ne reprendra plus ensuite d’engagements diocésains.

    Le P. Waret restaure en 2000-2001 l’église historique de Matsugamine et la met en valeur. Il travaille beaucoup dans sa paroisse : jardins d’enfants, pastorale des migrants avec la collaboration de prêtres et de religieuses, accueil de visiteurs toujours plus nombreux, groupes bibliques, préparations aux sacrements. Il participe aussi à des comités municipaux (problèmes des étrangers, conservation des monuments, vie du centre ville).

    En 2008, âgé de 75 ans, après 12 ans à Matsugamine, l’évêque de Saitama le nomme prêtre responsable de la paroisse de Kawagoe, avec des prêtres vietnamiens, italien (un an) et japonais. Il continue de se dévouer autant que sa santé le permet.

    Le lundi 3 décembre 2012, fête de Saint François-Xavier, après avoir participé  à la rencontre mensuelle des confrères à la maison régionale de Tokyo, où il avait logé une dizaine d’années, le P. Waret repart en voiture vers Kawagoe. Il semble qu'il se soit senti mal sur l'autoroute, pas très loin de cette ville. Il a garé sa voiture sur le côté, des gens se sont arrêtés et l'ont découvert mort. On l'a amené à un hôpital proche qui n'a pu que constater le décès. Jean est mort comme il a vécu, se donnant à fond pour la mission sans jamais regarder en arrière, tendu vers la rencontre du Seigneur.

    Ses funérailles ont été célébrées le samedi 8 décembre en l’église de Kawagoe, sous la présidence de Mgr Tani, évêque de Saitama. Puisse notre frère Jean entrer dans la joie de son Maître.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Numéro : 4087
    • Pays : Japon
    • Année : 1962