Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre VILLENEUVE (1871-1956)

Add this

    Pierre, Emile VILLENEUVE naquit le 29 décembre 1871, au hameau du Roc, paroisse de Saint-Sernin sur Rance, diocèse de Rodez, département de l'Aveyron. Après ses études primaires à Saint-Sernin sur Rance, il parcourut le cycle des études secondaires au petit séminaire de Belmont, (Aveyron), de 1884 à 1890.


    Son frère Eugène, Joseph, Denis né le 12 octobre 1877, partit le 1er août 1900 comme missionnaire en Cochinchine Occidentale (Saïgon). Leur famille, du côté paternel, comptait trois tantes religieuses missionnaires à Dakar et au Gabon; et du côté maternel, neuf prêtres et quatre religieuses.


    Le 16 septembre 1890, Pierre Emile entra laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 27 septembre 1891, minoré le 24 septembre 1892, sous-diacre le 22 septembre 1894, diacre le 9 mars 1895, ordonné prêtre le 30 juin 1895, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie, qu'il partit rejoindre le 15 août 1895.


    Pour apprendre la langue chinoise et s'initier aux us et coutumes du pays, et malgré les troubles causés par la guerre sino-japonaise, Mgr. Laurent Guillon envoya le jeune missionnaire à Siao-hei-chan, poste situé sur la route impériale de Pékin à Moukden, à l'ouest de cette ville, et confié aux soins de M.Jean-Marie Viaud.


    En 1897, au grand séminaire de Moukden, quatre nouveaux prêtres furent ordonnés; ils furent remplacés par six nouveaux théologiens que, M. Pierre Emile Villeneuve, leur supérieur, instruisait admirablement bien. Mais en septembre de cette même année, il dut quitter ses élèves; Mgr.Laurent Guillon l'envoya à Toung-houa-sien et Haï-loung-tchen, deux villes situées à 600 lys de Moukden, sur les frontières de la Corée; en effet, un groupe de catéchumènes s'y était formé autour de M. Pierre Vuillemot et avait été confié à un catéchiste envoyé dans cette région deux ans auparavant; mais le mandarin de Toung-houa-hien leur créait quelques difficultés. Quelques temps après son arrivée, M.Pierre Emile Villeneuve, fut attaqué et maltraité par deux soldats chinois, dans la ville de Lao-tcheng; il réussit à s'échapper.


    En 1898, M. Pierre Emile Villeneuve dirigeait trois districts qui comprenaient la préfecture de Sing-ping-poù, près de Lao-tcheng et les sous-préfectures de Hoai-jen-sien, au sud, Tong-hoa-sien, au milieu, et Hai-long-tchéng au nord. Celle de Tong-hoa-sien s'étendait jusqu'à l'empire du "Roi des Herbes" et comprenait deux mille lys de l'est à l'ouest, et mille du sud au nord. Etabli dans cette sous-préfecture, qui comptait 15 stations missionnaires, installé pendant un an, dans une cabane en terre, il agrandit son terrain et commença la construction d'une résidence convenable.


    Par décret apostolique du 10 mai 1898, le Saint Siège érigea la Mandchourie Septentrionale en nouveau vicariat apostolique confié à Mgr. Pierre Lalouyer, par décret du 16 mai 1898. Mais, M. Pierre Emile Villeneuve fit partie du personnel du vicariat apostolique de la Mandchourie Méridonale.


    Vers la fin mai 1900, à Pékin, les "Boxers" provoquèrent des troubles sérieux qui s'étendirent vite à la Mandchourie et à tout l'Empire chinois. En juillet 1900, M. Pierre Emile Villeneuve se trouvait à Toung-houa-sien, et était privé de communication avec Mgr.Guillon; Il ignorait le massacre de ce dernier, dans la cathédrale de Moukden, le 2 juillet 1900. C'est alors qu'arriva chez lui son voisin M. Julien Huchet, poursuivi par les brigands qui avaient incendié ses divers postes. Une autre bande de brigands recherchait M. Pierre Emile Villeneuve. A la faveur de la nuit, et avec l'appui du mandarin local, les deux missionnaires s'enfuirent à cheval vers les montagnes de la Corée proche. Mais leurs districts respectifs furent annéantis, les "Boxers" s'y surpassèrent en cruauté.


    De 1901 à 1904, M. Pierre Emile Villeneuve alla refaire sa santé au sanatorium de Béthanie, à Hong-Kong. A son retour, il fut nommé à Niou-tchouang, au nord de Ing-tze, où il travailla en 1904-1905. De 1906 à 1922, il alla chercher en France le minimum de santé nécessaire au travail en mission. En effet, en 1900, pour échapper aux "Boxers", son voyage vers les montagnes de Corée, marqué par un mois de fatigues, de privations, et de maladies, l'avait complètement épuisé.


    Le 27 juin 1922, après 17 ans de séjour en France, il revint prendre sa place dans la mission. Malgré cette longue absence, demeuré en langue chinoise, le causeur facile de jadis, il fut nommé professeur au séminaire, et aumônier de l'orphelinat des Sœurs. Le 31 juillet 1923, il accompagna Mgr. Marie-Félix Choulet en ses derniers moments.


    En 1924, M. Pierre Emile Villeneuve fut chargé de la chrétienté de Ta-che-tsiao qui comptait environ 145 chrétiens, habitant loin du centre pour la plupart. Il y resta jusqu'en 1934. Le chiffre de ses chrétiens était alors de 303, malgré la grande insécurité créé par le brigandage. De 1934 à 1948, il travailla à Moukden, puis quitta le service actif pour se retirer à l'Evêché, puis à Ing-keou, (Yingkow).


    Le 28 octobre 1948, sur l'ordre de M. Vérineux, supérieur intérimaire de la Mission, et peu avant l'occupation communiste, M.Pierre Emile Villeneuve accompagné de deux confrères, prit l'avion pour Shanghai. En 1949, il devint membre du nouveau diocèse de Yingkow récemment créé. En décembre 1949. il se trouvait à Hong-Kong, à la maison de Nazareth, avec d'autres confrères âgés venant de différentes missions.


    Le 3 novembre 1951, avec sept autres confrères, il s'embarqua sur "La Marseillaise", à destination de la France, et arriva à Marseille le 28 novembre 1951. Il mourut à Montbeton le 7 mai 1956.


    Références biographiques

    AME 1895 p. 388, 1897 p. 665-95, 715, 1898 p. 105-60, 274, 1900 p. 223, 1902 p. 19, 41sq. 1910 p. 170.

    CR 1895 p. 332, 1897 p. 23, 1898 p. 20sq. 1900 p. 66, 366, 1905 p. 47, 1909 p. 58, 1923 p. 45, 203-31-32, 1932 p. 61, 1948 p. 14, 1949 p. 27, 1956 p. 83-86.

    BME 1922 p. 93, 533, 628, 1923 p. 198, 592, 1932 p. 866, 1933 p. 727 PH , 1935 p. 655, 748, 1940 p. 237, 1948 p. 8, 1949 p. 789, 1951 p. 779, 1952 p. 60, 1955 p. 810, 1956 p. 578.

    EC1 n° 14, 37, 78, 508-82, 600.






    • Numéro : 2176
    • Pays : Chine
    • Année : 1895