Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Auguste THIEUX (1873-1948)

Add this

    [2283]  THIEUX Auguste, Éloi, vint au monde le 22 février 1873 à Nogent-le-Rotrou, en la paroisse Notre-Dame (Eure et Loir). Entré laïc au Séminaire des Missions Étrangères le 12 septembre 1892, il fut ordonné prêtre le 27 juin 1897 et partit le 28 juillet suivant pour le Cambodge.

     

    En 1899, M. Thieux éprouva de grandes difficultés pour rendre son ancienne prospérité à la chrétienté de Coco qui avait perdu les deux tiers de ses habitants que de mauvaises récoltes avaient fait émigrer. Cependant, ses efforts connurent plus de succès à Giong-Chat et surtout à Rai Gia où il réussit à ramener 13 familles engagées pour dettes.

     

    En 1903, à Rai Gia, le Père Thieux se débat toujours contre la famine. En 1905, il dirige le poste de Rach Gia, mais il réussit à fonder un poste de chrétiens à Thom Dinh. En 1906, avec raison, il dénonce l'influence néfaste de la politique anti-religieuse du gouvernement français et des laïcisations du Tonkin et de l'Indochine. Il note : "Beaucoup d'âmes de bonne volonté hésitent à nous suivre."

     

    Bientôt la charge de procureur de la mission fut confiée au Père Thieux qui se dépensa dès lors pour le bien commun jusqu'à ce qu'en 1931, il se vit forcé de rentrer en France pour soigner des rhumatismes rebelles. Dès 1932, il put regagner le Cambodge. Il se vit alors chargé du poste de Prek Tieng où il se mit de suite à construire un convent pour les deux soeurs annamites institutrices de l'école des filles.

     

    En 1940, le Père Thieux est curé d'une petite paroisse de 900 chrétiens à quelque 30 km de Phnom Penh. Malgré ses crises aigües de rhumatismes, avec ses deux béquilles, à force d'énergie et de dévouement, il administra son poste. Au printemps, il se trouva cloué au lit par de violentes douleurs, mais il tint bon et édifia vraiment son monde. En réalité, il tint pendant toute la durée de la guerre mondiale et c'est le 1er février 1948 que Dieu l'appela à la recompense éternelle, presque au terme de sa 75ème année, et dans la 51ème année de sa vie missionnaire ininterrompue.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1897 p. 771. 1913 p. 307. 309sq.

    CR 1897 p. 277. 1899 p. 231. 1902 p. 209. 1903 p. 215. 1905 p. 192. 1906 p. 182. 1933 p. 179. 1948 p. 249.

    BME 1931 p. 383. 1932 p. 147. 555. 1939 p. 876. photo p. 225. 1940 p. 286. 432. 1941 p. 376.

    EC1 N°  219. 223. 231. 232. 461.

     

    • Numéro : 2283
    • Pays : Cambodge
    • Année : 1897