Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Auguste STOEFFLER (1874-1946)

Add this

    Auguste STOEFFLER naquit le 26 mars 1874, à Moosch, non loin de Thann, diocèse de Strasbourg, à cette époque province de Haute Alsace, Allemagne, aujourd'hui département du Haut-Rhin.

     

    Le 10 septembre 1898, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 22 septembre 1899, minoré le 22 septembre 1900, sous-diacre le 21 septembre 1901, diacre le 22 février 1902, ordonné prêtre le 22 juin 1902, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie septentrionale qu'il partit rejoindre le 30 juillet 1902

     

    Mgr. Pierre Lalouyer envoya M.Stoeffler à Ou-kia-tchan pour apprendre la langue chinoise sous la direction d'un séminariste zélé. En 1903, tout en continuant l'étude du chinois, il instruisit cent familles de catéchumènes, fonda cinq nouveaux postes qu'il dota d'écoles de garçons et de filles, et présenta 60 baptêmes à son évêque. L'année suivante, le pays fut troublé par la présence des brigands qui  attaquèrent cette chrétienté. M.Stoeffler réussit à sauver ses fidèles des exactions des brigands mais ils souffrirent des exigences des soldats, souvent ex-brigands eux-mêmes, venus assurer la sécurité. Malgré cela, il baptisa cent quarante quatre catéchumènes tant à Kao-chan-touen qu'à San-kia-tse. Vers la fin de 1905, il fonda la station de Pei-ki-tchang, située à 18-20 heures de la préfecture de Pétouné, et y éleva un modeste oratoire. En janvier 1906, Mgr. Lalouyer passa deux journées au milieu de ces néophytes.

     

    En 1906, il y avait à Ou-kia-tchan, lieu de résidence de M.Stoeffler, deux  écoles de catéchuménat; cependant, un certain nombre de néophytes n'osaient se faire baptiser, par crainte de vexations de la part du préfet de Pétouné, mal disposé envers les chrétiens. Le 3 janvier 1906, Mgr.Lalouyer,après avoir donné la confirmation à Ou-kia-tchan, bénit la petite église de cette chrétienté. A Kao-chan-touen, les mères de famille apprenaient catéchisme et prières. Mais le poste de Kieou-tsai-touo-tse, souvent visité par les brigands, se vidait peu-à-peu de ses chrétiens fervents, et l' église y était mal entretenue. Les chrétiens de Leang-kia-tse, maintenant à Han-kia-tien, ceux de Iu-chou-keou, de San-kia-tse, de Tao-tcheou, près de la ligne du transibérien donnaient de grandes espérances. En 1907, éprouvé par la maladie, M.Stoeffler ne pût assurer la visite de toutes ses chrétientés. Le P.Tchâng lui fut envoyé comme auxiliaire.

     

    En 1914, en raison de son état de santé M.Stoeffler se vit obligé à rentrer en France, puis survint la guerre. Il fut amené à quitter définitivement sa mission et la Société des Missions Etrangères.

     

    Le 31 décembre 1946, à Masevaux (Haut-Rhin), M. Stoeffler fut  rappelé à Dieu, subitement.

     

    Références biographiques

     

    AME 1902 p. 326. 1906 p. 208 (art).

    CR 1902 p. 302. 1903 p. 69. 70. 1904 p. 74. 78. 80. 1905 p. 54. 1906 p. 66. 1907 p. 88. 1909 p. 76.

     

    • Numéro : 2655
    • Pays : Chine
    • Année : 1902