Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Antoine SCHMIDT (1914-1986)

Add this

    Antoine SCHMIDT naquit le 14 novembre 1914, à Butten, diocèse de Strasbourg, département du Bas Rhin. Fils de cultivateur, il fit ses études primaires à Butten, et parcourut son cycle secondaire dans plusieurs maisons, chez les Pères du Saint Esprit : de 1928 à 1930, (6ème-5ème), à Neufgrange (Moselle); de 1930 à 1934, (4ème à 1ère), à Saverne; en 1935, (Philo Universitaire), à Cellule, près de Riom, dans le Puy-de-Dôme. En 1936, il fit son noviciat à Orly (Seine); en 1937, il étudia la philosophie scholastique à Mortain (Manche).

     

    Le 24 novembre 1940, M. Antoine Schmidt entra au séminaire des Missions Etrangères. Sous-diacre en juin 1943, diacre en décembre 1943, ordonné prêtre le 3 juin 1944, agrégé à la Société des Missions Etrangères le 15 septembre 1944, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Hung-Hoa, qu'il partit rejoindre le 24 mars 1946.

     

    Arrivé à Hanoï le 16 mai 1946, il enseigna l'allemand à l'Institut Sainte Marie de cette ville, tout en étudiant la langue viêtnamienne, sous la direction de M.Dai, un catéchiste de Hung-Hoa. Il se dévoua au service des orphelins de M. Seitz, tout en complétant et perfectionnant ses connaissances en viêtnamien.

     

    Le 29 octobre 1947, il prit pied dans la ville de Tuyên-Quang, son premier poste missionnaire, mais quelques semaines plus tard, à cause de la guerre, il lui fallut abandonner définitivement son église qui fut endommagée aussitôt après.

     

    Envoyé à Chapa auprès de M. Jean Pierre Idiart-Alhor, M. Schmidt prit la succession et la direction de la Mission Mèo après la mort tragique de celui-ci le 18 mai 1948. En 1949, en raison de l'insécurité de la région, il ne pouvait trop s'éloigner de sa résidence ; c'est pourquoi, avec l'aide de ses catéchistes, il s'occupa à traduire les Evangiles en langue mèo. Mais il réussit aussi à réunir autour de lui un groupe de catéchumènes .

     

    En février 1949, M. Schmidt isolé à Chapa reçut la visite de son évêque. Il ne put descendre qu'une seule fois de ses montagnes pour rencontrer M. Guyot, malade à Laokay. Malgré les dangers de la route peu sûre, il parcourut à pied les 37 kms qui séparent les deux postes.

     

    Le 3 novembre 1950, après l'abandon de Laokay et lors du repli des troupes de l'Union Française, M. Schmidt quitta Chapa ; il prit la piste avec la colonne militaire et se réfugia chez M.Guidon, à la mission de Laichau qu'il atteignit le 9 novembre 1950. Pendant son séjour à Laichau, il aida M.Guidon à reconstruire résidence, chapelle et école sur un nouvel emplacement mieux choisi.

     

    En février 1951, il accompagna Mgr Mazé jusqu'à Tuân Giao, à 100 kms de Laichau,et à 80 kms de Sonla. Un groupement de Méos vivaient là. Il s'installa au milieu d'eux, dès le 1er août 1951. Pour la fête de Noël 1951, il se rendit à Dien-bien-phu, puis au début de janvier 1952, après avoir pris part à la retraite annuelle des missionnaires, il regagna Tuân-Giao où, tout en construisant, il donna des cours à l'école du lieu.

     

    Le 16 novembre 1952, sur ordre supérieur, et en raison de la situation militaire dans la Fédération Thai, il dût se replier sur Sontay et Hanoï, où il arriva le 20 novembre 1952. Le 1er février 1953, il s'installa à Quang-huc, chrétienté proche de la ville de Sontay et y resta jusqu'en août 1954. Après les "accords de Genève" du 20 juillet 1954, il partit pour Saigon, le 30 août 1954, et pour la France où il arriva le 17 septembre 1954. Il prit alors son congé régulier.

     

    En avril 1955, M. Schmidt fut affecté au vicariat apostolique de Ubon ; il s'embarqua à Marseille, le 20 juillet 1955, et arriva dans sa nouvelle mission, le 10 août 1955. Il étudia la langue Thai, chez M. Brisson à Songphinong. Puis, il prit en charge la paroisse de Ban-lao, qui comptait environ 700 chrétiens. Il agrandit l'église d'une travée, la dota d'une esplanade, et en soigna la décoration avec goût.

     

    En 1961, il prit la succesion de M. Louis Tavennec à Thapthai, paroisse de 400 fidèles, située au bord de la Moun, affluent du Mékong et proche de Ubon. En 1963, il fit des travaux à la maison des religieuses, à l'église, et au presbytère. Il dota d'une chapelle la chrétienté de Pajang.

     

    Rentré en France en juillet 1963, il se mit au service du diocèse de Strasbourg où il fut admis le 7 décembre 1963, et incardiné le 23 mars 1970. Il décéda le 9 septembre 1986. Ses funérailles furent célébrées le 13 septembre 1986 à Wittersheim (Bas Rhin).

     

     


    Notices biographiques

    CR 1947 p. 67, 126. 1948 p. 82-3. 1950 p. 70. 1951 p. 42. 1952 p. 27. 1953 p. 33. 1961 p. 68. 1963 p. 92. 1969 p. 107.

    BME 1948 p. 94, 241. 1949 p. 73-4, 115, 310, 438-41, 525-96, 651-2, 708. 1950 p. 126-98,  268 ph , 338-95, 507, 750. 1951 p. 60, 239, 364, 427-89, 565, 635-93, 759. 1952 p. 32, 113-81, 259, 409, 539-66, 629-30-86, 754. 1953 p. 62, 192, 289, 892. 1954 p. 265, 1053, 1145. 1955 p. 567, 916-21-98. 1956 p. 361, 719, 898. 1957 p. 465, 868. 1958 p. 981, 1052. 1959 p. 358-9-60, 430-52. - EPI 1962 p. 405. 1963 p. 430-2, 865-7.

    EC1 n° 427-37-44, 528-64-5-77-83, 732.

    EC2 n° 87 p. 218, 210/C3.

    MASIE 1948 p. 75.

     

    • Numéro : 3713
    • Pays : Vietnam Thailande
    • Année : 1946