Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Michel NUSSBAUM (1884-1940)

Add this

    Le Père Victor NUSSBAUM *

     

     

    Notre Mission, et le poste de Yerkalo tout particulièrement, sont plongés dans un deuil bien douloureux. Le Père Nussbaum nous a, en effet, quittés d’une manière tragique. Les faits que nous allons raconter se sont passés en septembre, mais à cause de la distance et des difficultés de communications bien spéciales à nos régions, nous ne connaissons exactement ces faits que depuis une semaine. Les voici : Le Père, qui résidait en territoire de Lhassa depuis de longues années, pouvait difficilement quitter son poste, même pour se rendre à la retraite annuelle des Missionnaires de la région yunnanaise de notre Mission. Cette retraite devait avoir lieu, cette année, à Tsechung du 22 au 28 septembre. Notre bon confrère, tout heureux de pouvoir s’y rendre, était arrivé chez le Père Goré, recteur de Tsechung et Supérieur de la région, dès le 5 septembre ; mais il en repartait le 10 du même mois, accompagné d’un conducteur, de son domestique et de trois Vierges-Institutrices. Jusqu’à deux étapes au nord d’Atentze, rien d’anormal sur la route. Ce fut dans le village de Napou que nos voyageurs rencontrèrent une bande de brigands auxquels ils firent don de sept boules de thé comme droit de passage et purent ainsi continuer leur voyage jusqu’au village de Pamé, où il y a quelques familles chrétiennes. Tous logeaient dans la même maison et se réjouissaient sans doute de pouvoir, le lendemain, arriver à domicile un peu avant la nuit ; lorsque, tout à coup, leur logis fut envahi par un groupe de brigands qui obligèrent tout le monde à les suivre. Toutefois Ngueudjroupt, le conducteur de la petite caravane, et la Vierge Anna réussirent à s’enfuir. Sur la route de Patou, les brigands fusillèrent le pauvre Père Nussbaum et emmenèrent les trois autres prisonniers (deux Vierges et un domestique) on ne sait où. Ce crime atroce, qui nous prive d’un excellent confrère doublé d’un vaillant missionnaire, a été commis dans la nuit du 17 septembre.

     

    ———————

    * Reproduit d’après l’Echo du Thibet du 1er novembre 1940.

     

     

    De Pamé, la nouvelle du meurtre a été rapidement communiquée aux chrétiens de Yerkalo qui, par la rive droite du Fleuve, le Mékong, (Pamé est sur la rive gauche) vinrent chercher les restes du cher défunt. Deux jeunes hommes portèrent la triste nouvelle aux quatre premiers confrères réunis pour la retraite à Tsechung.

     

    Le Père Victor Nussbaum est originaire de Schweinheim, près de Saverne (Bas-Rhin), où il naquit le 27 septembre 1884. — Arrivé dans le Vicariat du Thibet en 1908, il ne s’en est jamais éloigné, même momentanément. Sa carrière missionnaire de 32 ans s’est écoulée aux postes avancés, dans la vallée du Fleuve Bleu et surtout dans celle du Mékong, notamment à Yerkalo, poste auquel il a donné les huit dernières années de son apostolat.

     

    Il avait acquis une connaissance remarquable de la langue et des coutumes indigènes. N’était sa barbe rousse qui trahissait une origine étrangère, on l’aurait pris pour un Thibétain authentique. — A ces qualités précieuses, il alliait l’art d’entretenir de bonnes relations avec son voisinage et avec les autorités. Gens du peuple et fonctionnaires le tenaient en grande estime et recherchaient ses bons offices, qu’il ne leur épargnait pas. Car sous une écorce parfois un peu brusque, il cachait un vif attachement au Thibet et un non moins vif dévouement au bien de tous. Le poste de Yerkalo étant passé sous le sceptre de Lhassa, tous ceux qui, par ruse ou par complots, tentèrent l’anéantissement de la chrétienté, ont trouvé en notre confrère un adversaire résolu, conscient de ses devoirs et capable de faire respecter ses droits. Les chrétiens sont restés sur place et ont conservé le libre exercice de leur religion.

     

    Chefs de chrétienté, officiers thibétains et représentants de la lamaserie, d’un commun accord, ont apposé les scellés sur les chambres de la résidence, en attendant l’arrivée d’un nouveau titulaire.

     

     

    • Numéro : 3001
    • Pays : Chine
    • Année : 1908