Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Pierre NÉEL (1832-1862)

Add this

    [733]. NÉEL, Jean-Pierre (Le Saint), originaire du hameau de Soleymieux, commune de Sainte-Catherine (Rhône), vint au monde le 18 octobre 1832. Il commença ses études au petit séminaire de Montbrison, les continua dans celui de l’Argentière, et entra laïque au Séminaire des M.-E. le 25 octobre 1855. Ordonné prêtre le 29 mai 1858, il partit le 29 août suivant pour le Kouy-tcheou. Le 28 mai 1859, il s’embarquait à Canton avec quelques missionnaires pour se rendre dans sa mission. Arrivés à Chao-tcheou, ils se heurtèrent aux rebelles qui battaient le pays et durent rebrousser chemin. Une seconde tentative eut plus de succès. Il arriva le 2 décembre 1859 à Kouy-yang, et se mit aussitôt à apprendre la langue. L’année suivante, il administrait une vingtaine de petites chrétientés, dont Tchuen-tsay-pin et Tchou-tchang-pong.

    Au commencement de 1862, il travaillait à fonder une nouvelle station à Kia-cha-long, dans la sous-préfecture de Kai, quand, le 18 février, sur l’ordre du général Tien, grand ennemi des chrétiens, il fut saisi par les païens, avec les néophytes Jean Tchang, Jean Tchen, Martin Ou. Emmenés aussitôt à Kai tcheou, ils comparurent devant le sous-préfet Tai Lou-tche. L’interrogatoire fut bref et brutal­ : « Comment t’appelles-tu­ ? demanda le mandarin au missionnaire. — En chinois on m’appelle Ouen, mon nom français est Néel. — Mets-toi à genoux comme les autres. — Je ne suis pas un chinois, je viens de France prêcher la religion, à la faveur du traité conclu entre nos deux empires. Je ne me mettrai pas à genoux, je suis un hôte et non un criminel. » Un soldat, saisissant une chaîne, frappa rudement le prêtre sur les épaules et le fit tomber la face contre terre. Néel se releva sur les genoux et voulut montrer son passeport. « Connu, connu, s’écria le mandarin­ ; ce passeport t’a été délivré par ton gouvernement et non par le nôtre. Il ne fait pas foi pour nous. D’ailleurs, il ne s’agit pas de cela. Renonce à cette religion, ou je te fais tuer. — Cette injonction est inutile. Tuez-moi si vous voulez. — Cela ne va pas tarder. » Quelques minutes plus tard, le missionnaire et ses compagnons dépouillés de leurs vêtements furent conduits en dehors de la ville, non loin de la porte de l’ouest. Arrivé au lieu du supplice, Néel s’agenouilla, et d’un coup de sabre le bourreau lui trancha la tête. C’était le 18 février, le jour même de son arrestation, vers sept heures du soir.

    Son corps fut en partie dévoré par les loups­ ; sa tête, exposée sur les murs de Kai tcheou, fut, quelques jours plus tard, enlevée par des chrétiens et portée au vicaire apostolique Faurie, qui la déposa dans le caveau funéraire d’Albrand. En 1868, on la transféra au séminaire de Lou-tsong-kouan.

    Le 13 février 1879, Léon XIII signa le décret pour l’introduction de la Cause de Béatification du martyr, et, le 11 avril 1909, Pie X donna le bref de sa Béatification, dont les solennités furent célébrées à Saint-Pierre de Rome le 2 mai suivant. Il est canonisé le 1er octobre 2000 par le Pape Jean-Paul II.

    La Salle des Bienheureux, au Séminaire des M.-E., possède des cheveux, une vertèbre du cou du Saint Néel, et quelques objets lui ayant appartenu.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1874 (janv.), p. 29­ ; 1910, p. 297.

    A. P. F., xxxiv, 1862, pp. 387, 392.

    M. C., viii, 1876, Son martyre, p. 83­ ; x, 1878, p. 272­ ; xi, 1879, pp. 113, 153­ ; xxiii, 1891, p. 339­ ; xxxix, 1907, p. 292­ ; Ib., Lieu de son martyre, p. 297­ ; xl, 1908, Souvenirs de son martyre, p. 73­ ; Ib., p. 398­ ; xli, 1909, pp. 217, 220, 328­ ; Ib., Chapelle en son honneur à Kai tcheou, p. 425­ ; Ib., Fêtes en son honneur à Lyon et à Sainte-Catherine, pp. 436, 568, 592.

    B. O. P., 1892, p. 443.

    A. M.E., 1907, p. 16­ ; 1908, p. 249­ ; 1909, pp. 173, 201 et suiv.­ ; 1910, p. 42.

    — Sem. rel. Lyon, 1907, 2e sem., pp. 134, 189­ ; 1909, 2e sem., Fêtes en son honneur, pp. 208, 380, 552, 714­ ; 1910, 1er sem., Fêtes en son honneur, pp. 5, 59, 95­ ; Ib., Panégyrique, p. 107.

    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph.

    — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph.

    — Les 35 Vén. serv. de Dieu, Notice, Tab. alph.

    — La Salle des Mart. [édit. 1865 et 1900], Tab. alph.

    — Un chev. apôt., p. 259.

    — Lettre du sup. du Sém. des M.-E. [Autographie], Notice sommaire. — I nuovi mart., p. 231.

    Panégyrique du Bx Jean-Pierre Néel, prêché dans la primatiale Saint-Jean à Lyon, le 3 décembre 1909, par l’abbé Penel, supérieur des missionnaires diocésains de Lyon. — Librairie Emmanuel Vitte, 3, place Bellecour, Lyon­ ; 14, rue de l’Abbaye, Paris, 1909, in-8, pp. 28.

    En l’honneur du Bx martyr Néel, Montbrison, 1er juillet 1909. — Imprimerie Emmanuel Vitte, 18, rue de la Quarantaine, Lyon, 1909, in-12, pp. 22.

    Paroisse de l’Aubépin. Fête autorisée par Notre Saint Père le Pape en l’honneur du Bx Jean-Pierre Néel, 26 septembre 1909. — Imprimerie Cohendet, 9, rue des Passants, Lyon, in-32, pp. 4.

    Actes de sa Cause de Béatification, voir CUENOT.

    Officium novum, die 18 februarii. In festo beati Joannis Petri Néel, mart. [Leç. ii. noct. et orais.].

    Portrait. — Peinture, est au Séminaire des M.-E. — Report sur acier, Baudran, Paris. — A. P. F., lxxxi, 1909, p. 161. — M. C., viii, 1876, p. 73. — A. M.-E., 1909, p. 173. — Les miss. cath. au XIXe sièc., p. 231. — Les 35 Vén. serv. de. Dieu, p. 400.

    [Ces portraits sont la reproduction d’un portrait fait au Kouy-tcheou par un peintre chinois, sur les indications de Mgr Faurie.

    • Numéro : 733
    • Pays : Chine
    • Année : 1858