Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jules KLEINPETER (1867-1933)

Add this

    [2081]  KLEINPETER Jules, est né à Kilstael, près de Strasbourg (Bas-Rhin), le 15 juillet 1867, fils de Joseph Kleinpeter et de Louise Weber. Il devient citoyen allemand en conséquence de la guerre de 1870, mais, par la suite, redevient citoyen français et se fait incorporer au diocèse de Langres, où il fait ses études secondaires et entre au Séminaire diocésain.

    Le 11 février 1891, il entre tonsuré au Séminaire des Missions Étrangères de Paris, où il est ordonné prêtre le 15 octobre 1893. Destiné à la mission de Nagasaki au Japon, il part de Paris le 16 décembre 1893.

    En 1897, sous la direction du Père Pélu, il se dépense dans le nord des îles Goto, un archipel situé à l'ouest de Nagasaki, parmi les "Séparés"1, recueillant 20 baptêmes. En 1903, ces îles Goto comptent 12.000 chrétiens et les sept missionnaires qui y travaillent, dont le Père Kleinpeter, peuvent administrer 63 baptêmes d'adultes et 83 baptêmes d'enfants de païens.

    En 1910, à la demande de son compatriote de Langres, Mgr. Mutel, vicaire apostolique de Corée, le Père Kleinpeter est "cédé" à la mission de Corée pour s'occuper des chrétiens japonais qui se trouvent dans ce pays, et arrive à Séoul le 29 novembre 1910. Il y avait sans doute quelques chrétiens japonais en Corée avant 1910, notamment dans les ports du Pusan, au sud-est, et d'In-chon au centre-ouest du pays, mais leur nombre augmente rapidement à la suite de l'annexion de la Corée par le Japon en 1910, toute une population de fonctionnaires japonais de l'armée, de la police, de l'administration, etc. étant portée dans le pays.

    Dans son compte-rendu de 1911, le Père Kleinpeter affirme avoir recensé 652 chrétiens japonais en Corée, mais estime que ce chiffre est inférieur à la réalité. Aussi multiplie-t-il les longs voyages pour rechercher les brebis de son troupeau et leur donner les sacrements. Peu à peu, il arrive au chiffre de 850 personnes inscrites dans son registre des chrétiens, tandis qu'il édifie une modeste chapelle, tout auprès de la cathédrale de Séoul, pour les 250 chrétiens japonais que compte cette ville.

    Alors qu'il se soucie de découvrir les "brebis" japonaises "égarées" en Corée, et qu'il est question de remplacer la chapelle provisoire "des Japonais" de Séoul par une véritable église, le Père Kleinpeter entend un autre appel et se décide à quitter la vie missionnaire active pour entrer à la Trappe de N.D. de Consolation à Yang-ka-ping, près de Pékin. Il quitte donc Séoul, le 13 octobre 1919, pour se faire trappiste et devenir le Fr. Adrien, tandis que le Père Poyaud va lui succéder dans son ministère auprès des Japonais.

    À la fin de 1933, la mission de Séoul reçoit de la Trappe de Pékin un avis selon lequel "le Fr. Adrien est décédé subitement dans la nuit du 15 au 16 décembre 1933".

     

    Références biographiques

     

    AME 1893 p. 195.

    CR 1893 p. 267. 1897 p. 56. 1903 p. 17. 1911 p. 48.

    MC 1912 p. 388.

    Sem. rel. de Langres 1912 p. 538.

    BME 1934 p. 195. 1939 p. 113.

     



    1 mais qui sont donc ces "Séparés" ? - Des malades contagieux peut-être.

    • Numéro : 2081
    • Pays : Japon Corée
    • Année : 1893