Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Hippolyte KERBAOL (1888-1960)

Add this

    [3155] KERBAOL Hippolyte, Pierre, Marie, naquit le 14 août 1888 à La Roche-Maurice, dans le diocèse de Quimper (Finistère), mais vécut surtout à Paris, où son père servait dans la Garde Républicaine. Il fit ses études chez les Frères des Écoles Chrétiennes, puis à la Maîtrise de Notre-Dame et Notre-Dame des Champs. Entré laïc au Séminaire des Missions Étrangères, le 10 septembre 1906, il reçut le sous-diaconat en septembre 1912, le diaconat en décembre suivant, la prêtrise le 8 mars 1913 et partit le 14 mai 1913 pour le Tonkin méridional (Vinh).

    À peine passa-t-il quelques mois dans les districts de Xadoai et Nghi Loc, puis de Minh Cam, lorsque la guerre survint. Mobilisé en novembre 1914, il n'est rendu à la vie missionnaire qu'en mars 1920. Placé d'abord au Laos, à Canh Trap et Nong Het (1920-1922), il est ensuite chef du district de Ky Anh, jusqu'en avril 1934. Il construit le presbytère et deux églises paroissiales. En collaboration avec les curés viêtnamiens, il s'efforce de pourvoir à l'instruction des catéchumènes qui affluent, malgré l'hostilité et les vexations dont ils sont souvent l'objet de la part des autorités locales.

    En 1934, de Ky Anh il passe à Thuan Nghia. Il y intensifie la vie chrétienne en poussant à la fréquentation des sacrements, en instituant la croisade eucharistique, la Sainte Enfance, en multipliant les écoles. Chaque année, dans le district, le nombre des baptêmes se chiffre par centaines. En 1940, il est de nouveau mobilisé, mais pour quelques mois seulement ; puis il regagne son poste. En 1945, il subit le sort de ses confrères de Vinh : il est emprisonné par les communistes, mais au bout d'un an il réussit à s'enfuir à Hanoï, puis à Haiphong. Il devient aumônier militaire des troupes françaises, soit à terre, soit sur le navire-hôpital Le Chantilly. Mais depuis longtemps, le coeur lui cause des souffrances, et il va se faire soigner en France, le 15 août 1953.

    L'année suivante, une crise cardiaque faillit l'emporter à Paris. Il reçut l'Extrême-Onction et reprit le dessus.

    Il accepte encore un poste d'aumônier chez des religieuses à Beuvrières, puis à Thommery. Atteint d'hémiplégie le 1er juillet 1959, il est hospitalisé à Melun, et après une certaine amélioration, conduit à Montbeton. C'est là qu'il meurt à la suite d'une dernière crise, le 11 mai 1960.

    Références biographiques

    AME 1913 p. 216. 217. 1938 p. 270. 271. 1939 p. 138. Article 1915-16 p. 74.

    CR 1913 p. 311. 1924 p. 82. 1929 p. 133. 1932 p. 180. 181. 1933 p. 131. 132. 1936 p. 120. 121. 1937 p. 123. 124. 1938 p. 125. 126. 127. 1939 p. 113. 1948 p. 79. 1949 p. 92. 1951 p. 37. 1952 p. 35.

    BME 1929 photo p. 208. 1931 p. 677. 1933 p. 545. 1934 p. 422. 425. 1935 p. 534. 1936 p. 61. 76. 826. 1938 p. 124. 125. 196. 546. 1939 p. 59. 134. 356. 1940 p. 622. 1941 p. 763. 1949 p. 535. 594. 1951 p. 136. 183. 1953 p. 194. 627. 785. 1954 p. 1143. 1959 p. 750. 1960 p. 187. 639.

    Échos. Miss. 1943 p.204A. 1947 p. 127.

    Miss. d'Asie.  1949 p. 128.

    EC RBac N° 291. 314. 322. 470. 485. 490. 540. 565. 662. 670. 678.

     

     

    • Numéro : 3155
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1913