Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Laurent IMBERT (1796-1839)

Add this

    [338]. IMBERT, Laurent-Joseph-Marius, évêque de Capse, martyr en Corée, vint au monde le 23 mars 1796, dans la ferme Bricart, à Marignane (Bouches-du-Rhône). Ses parents habitaient ordinairement le hameau de Callas, commune de Cabriès, dans le même département. Il fit ses études à Aix, au pensionnat de la Retraite chrétienne, où, raconte-t-on, il fabriquait des chapelets pour payer ses vêtements et ses fournitures classiques. Après un séjour de quelques années au grand séminaire d’Aix, il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 8 octobre 1818.

    Le 5 mars 1819, il fut incorporé au diocèse de Paris, et, le 18 décembre de la même année, ordonné prêtre avec dispense d’âge, que lui accorda un indult du 18 novembre précédent. Le 10 janvier 1820, quoique aspirant, il fut appelé à prendre part aux élections du Séminaire « pour compléter le nombre de cinq électeurs exigé par le Règlement ».

    Il partit pour le Se-tchoan le 20 mars 1820. Il resta quelque temps à Singapore, et semble avoir été le premier missionnaire qui s’occupa des catholiques de cette ville.

    Arrivé à Pinang, il fut prié de remplacer au Collège général un professeur malade­ : il y resta neuf mois. Quand, le 10 février 1822, il arriva à Macao, la route directe du Se-tchoan était fermée­ ; il passa en Cochinchine et séjourna deux ans au Tonkin, où il administra quelques chrétientés. Ce fut seulement en mars 1825 qu’il put atteindre sa mission par la voie du Yun-nan. Il resta douze ans au Se-tchoan et s’y distingua par son zèle dans les travaux, et par sa patience dans les maladies. Il fut le premier supérieur du séminaire de Mou-pin.

    Ayant appris que la Propagande proposait la Corée aux Missions-Etrangères, il s’offrit aussitôt pour collaborer à l’évangélisation de cette contrée. Son concours ne fut pas immédiatement accepté, mais, après la mort de Mgr Bruguière, Rome le choisit pour remplacer ce prélat.

    Nommé vicaire apostolique et évêque de Capse le 26 avril 1836, il fut sacré le 14 mai 1837. Le 17 août suivant, il quittait le Se-tchoan, et à la fin d’octobre arrivait à Sivang en Tartarie, gagnait de là Moukden, et dans la nuit du 18 décembre franchissait heureusement la frontière coréenne. Le 30, il était à Séoul où il apprit la langue, et, trois mois plus tard, il se trouvait en état d’entendre les confessions. Tout en évangélisant, il prépara trois élèves au sacerdoce. Grâce à son activité, le nombre des catholiques s’accrut en dépit d’incessantes vexations. Du 20 décembre 1838 au 30 janvier 1839, il visita les chrétientés voisines de Séoul et faillit être arrêté à Sou-ri-san. Au mois de février, comme la persécution paraissait reprendre, il s’empressa de commencer l’administration des chrétiens de la capitale. En juin, très fatigué, il se réfugia à Siang-koi, dans le district de Siou-aien, où on lui avait préparé une retraite sûre. Mais un traître, Kim Ie-saing-i, parvint à la connaître, et Mgr Imbert l’ayant appris préféra se livrer lui-même, dans l’espoir d’éviter de plus grands malheurs à ses chrétiens.

    Le 11 août, on le conduisit à Séoul où il fut incarcéré. On lui fit subir le supplice de la courbure des os­ ; on lui demanda­ : « Pourquoi êtes-vous venu ici­ ? — Pour sauver les âmes. — Combien avez-vous instruit de personnes­ ? — Environ deux cents. — Reniez Dieu. » A cette parole, l’évêque, frémissant d’horreur, éleva fortement la voix et répondit­ : « Non, je ne puis renier mon Dieu. » Comprenant qu’il n’obtiendrait rien, le juge le fit bastonner et reconduire en prison. Convaincu que la persécution se calmerait par l’arrestation de tous les missionnaires, Imbert écrivit à Chastan et à Maubant ce billet­ : « In extremis bonus pastor dat vitam pro ovibus­ ; unde si non-dum profecti estis, venite cum præfecto Son-kie-tsong, sed nullus christianus vos sequatur. » « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis­ ; si donc vous n’êtes pas encore partis en barque, venez avec le mandarin Son-kie-tsong, mais qu’aucun chrétien ne vous accompagne. » Il fut obéi. Quelques jours plus tard, les trois apôtres comparaissaient ensemble devant le juge, et, après de cruelles tortures, étaient condamnés à la décapitation.

    Le martyre de Mgr Imbert et de ses compagnons de captivité eut lieu le 21 septembre 1839 à Saïnamhte, non loin de Séoul. Vers le milieu d’octobre, le corps de l’évêque fut enlevé, ainsi que ceux des deux missionnaires, par des chrétiens, et enterrés sur la montagne de No-kou où l’on plaçait indistinctement ceux qui ne possédaient pas de propriété.

    Plus tard, ces restes, qui risquaient d’être confondus parmi des milliers de tombeaux, furent transférés sur la montagne Sam-syeng ou des trois saints. Ce nom existait bien avant la translation, comme il conste par une monographie manuscrite du district de Keum-tchyen, plus tard Si-heung, composée au XVIIIe siècle ou avant, et par un ouvrage imprimé avant 1800. Il désignait trois soi-disant bouddhistes­ ; on ne peut donc y voir qu’une coïncidence curieuse.

    Le 21 octobre 1901, son tombeau fut ouvert et ses ossements furent trouvés bien conservés, mais mêlés avec ceux de Maubant et de Chastan ; apportés au séminaire de Ryong-san, ils furent, le 2 novembre 1901, transférés à la cathédrale de Séoul où ils reposent actuellement.

    La Salle des Martyrs du Séminaire des M.-E. possède quelques linges ayant servi à son inhumation. Le décret d’introduction de sa Cause de Béatification est daté du 24 septembre 1857. Il est béatifié le 5 juillet 1925 et canonisé le 6 mai 1984.


    Armes. — De… à la barre ondée de…


    Bibliographie. — L’ouvrage suivant a été traduit du chinois, très probablement, du moins en partie, par Mgr Imbert et certainement revu par Mgr Berneux.

    Il a été, ainsi que l’Extrait, imprimé à l’imprimerie de la mission, Séoul.

    Htyen tjyou syeng kyo kong koa (Livre des prières du matin et du soir, de la messe, de la confession et de la communion), — 1862-64, 4 vol. in-8, ff. 407­ ; 2e édit., 1878, 4 vol. in-8, ff. 407­ ; 3e édit., 1881, 1 vol. in-24, ff. 418­ ; 4e édit., 1886, 4 vol. in-8, ff. 332­ ; 5e édit., 1895, 1 vol. in-24, ff. 539. Éditions subséquentes.

    Htyen tjyou syeng kyo sip i tan (Les douze prières de la Sainte Eglise de Dieu) [Extrait du précédent]. — Vers 1882, in-18, ff. 12.


    Notes bio-bibliographiques.

    — C.-R., 1906, p. 273­ ; 1907, p. 323­ ; 1908, p. 284­ ; 1910, pp. 97, 297.

    — A. P. F., i, 1822-25, n° iv, pp. 24, 131­ ; ii, 1826-27, p. 257­ ; iii, 1828-29, Les salines, p. 369­ ; Ib., Les puits de feu, p. 376­ ; iv, 1830-31, pp. 411, 414­ ; v, 1831-32, Etablissement du séminaire de Mou-pin, p. 663­ ; Ib., pp. 666, 670­ ; vii, 1834-35, p. 670­ ; Ib., Le chevreuil musqué, pp. 672 et suiv.­ ; x, 1837-38, pp. 79, 479­ ; xi, 1838-39, pp. 354, 358­ ; xiii, 1841, pp. 155, 165­ ; xv, 1843, p. 449­ ; xvi, 1844, pp. 147, 163, 283.

    — M. C., ix, 1877, p. 462. — A. M.-E., 1914, p. 72.

    — Bull. Soc. Géog. [Paris], 1re sér., xiii, 1830, p. 296.

    Hist. Egl. de Corée, ii, pp. 117 et suiv., 132, 156 et suiv., 166 et suiv., 177 et suiv., 184 et suiv., 196, 227, 244 et suiv., 260, 326, 378.

    — Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., pp. 652, 658.

    — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph.

    — Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Hist. miss. Thibet, Tab. alph. — La Salle des Mart., [édit. 1865 et 1900], Tab. alph. — Fleurs des Mart., p. 47. — Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 159, 173 et suiv. — Lett. à l’év. de Langres, pp. 245, 481. — La Rel. de Jésus, i, pp. 82 et suiv. — Les miss. franç. en Corée, pp. 49 et suiv.­ ; Ib., Statue [grav.], p. 1­ ; Ib., Maison natale [grav.], p. 50. — La Franc. pont., ii, p. 713. — Nuove glorie, p. 9.

    Collect., 31 août 1834­ : n° 686­ ; 30 août 1838­ : nos 112, 2067.

    Liste des actes imprimés à Rome pour l’étude de la Cause de Béatification de Mgr L.-M.-J. Imbert, et de MM. P.-P. Maubant et J.-H. Chastan.

    Sacra Rituum Congregatione Eminentissimo ac Reverendissimo Domino Card. Constantino Patrizi, Relatore — Coreana, Cocincinen. et Tunchinen. Beatificationis seu declarationis Martyrii servorum Dei Laurentii Imbert, episcopi Capsensis et aliorum. Positio super introductione causæ. — Ex typographeo Salviucciano, Romæ, 1857.

    I. Informatio super dubio­ : An sit signanda Commissio introductionis Causæ prædictorum servorum Dei in casu et ad effectum de quo agitur­ ? pp. 70.

    II. Summarium super dubio­ : An sit signanda Commissio introductionis Causæ, etc­ ? pp. 174.

    IV. Relazione e voto dell Illustrissimo e Reverendissimo Monsignor Andrea Maria Frattini promotore della Fede per la S. C. dei Riti particolarmente deputata dalla Santita di Nostro Signore Pio Papa IX, sopra l’introduzione della Causa di molti servi di Dio morti nelle persecuzioni per la Fede cattolica nella Corea, nella Cina, nel Tunchino et nella Cocincina, pp. 13.

    Sacra Rituum Congregatione Emo ac Rmo Domino Card. Caietano Aloisi-Masella, Relatore. — Tunquinen. Beatificationis seu declarationis Martyrii Venerabilium Dei servorum Ignatii Delgado episcopi Mellipotamensis Ord. Præd., et Sociorum in odium fidei ab idololatris interfectorum. Item Cochinchinen. Tunquinen. et Sinarum. Beatificationis seu declarationis martyrii Venerabilium Dei servorum Francisci Isidori Gagelin, missionarii apostolici et provicarii generalis Cochinchinæ, Gabrielis Taurini Dufresse, episcopi Tabracensis, Petri Dumoulin-Borie, missionarii apostolici electi episcopi Acanthensis, et Sociorum in odium fidei ab idololatris interfectorum [pertinentium ad Parisiense Seminarium Missionum ad exteros]. Positio super validitate processuum et super non-cultu. — Typis Guerra et Mirri, Romæ, 1890, in-4.

    VIII. Decretum. Corean. Concincinen. Tunckinen. et Sinen. Beatificationis seu declarationis Martyrii servorum Dei Laurentii Imbert, episcopi Capsensis et aliorum [Bonnard, Chapdelaine] [24 sept. 1857], pp. 28-31.

    Sacra Rituum Congregatione Emo ac Revmo Domino Cardinali Dominico Ferrata, Relatore. — Coreana Beatificationis seu declarationis Martyrii Ven. servorum Dei Laurentii Imbert episcopi Capsensis, vicarii apostolici Coreæ, et Sociorum in odium fidei ab idololatris interfectorum. Positio super validitate Processuum. — Typis Guerra et Mirri, Romæ, 1910, in-4.

    I. Informatio super dubio­ : An constet de validitate Processûs apostolica auctoritate constructi, nec non Inquisitionum ab Ordinariis habitarum­ : item de obedientia præstita Decretis sa­ : me­ : Urbani PP. VIII super non cultu, in casu et ad effectum de quo agitur­ ? [30 déc. 1909], pp. 11.

    II. Summarium super dubio­ : An constet de validitate Processûs apostolica auctoritate constructi, etc.­ ? [12 nov.-19 déc. 1909], pp. 68.

    III. Animadversiones R. P. D. Promotoris Fidei super dubio­ : An constet de validitate Processûs apostolica auctoritate constructi, etc.­ ? [5 avril 1910], pp. 8.

    IV. Responsio ad animadversiones R. P. D. Promotoris Fidei super dubio­ : An constet de validitate Processûs apostolica auctoritate constructi, etc.­ ? [2 mai 1910], pp. 14.

    Decretum­ : Constat de validate Processuum. — [13 juill. 1910]

    Biographie. — Travaux et Martyre de Mgr Imbert, de Cabriès, diocèse d’Aix, et de ses deux compagnons, MM. Maubant et Chastan. Dédié aux élèves des séminaires. — Imprimerie et lithographie de P. Chauffard, 21, boulevard du Musée, Marseille, 1858, in-8, pp. ii-93.

    Notice sur Mgr Imbert, évêque de Capse, vicaire apostolique de Corée, par l’abbé Firmin Ollivier, curé de Callas, dans le diocèse d’Aix. — Imprimerie J. Nicot, 16, rue du Louvre, Aix, 1880, in-8, pp. 32.

    Le vénérable Mgr Imbert [avec portrait], par Adrien Pascal, vicaire général d’Antioche, membre correspondant de l’Académie de Marseille et de plusieurs Sociétés savantes, officier de divers ordres. — Ecole typographique de l’Oratoire Saint-Léon, 78, rue des Princes, Marseille, 1897, in-32, pp. 108.

    Un martyr, par Adrien Pascal. — Oratoire Saint-Léon, 78, rue des Princes, Marseille, 1897, in-32, pp. 96.

    Portrait. — Peinture, est au Séminaire des M.-E. — Crayon et fusain, L. Tanty del. — M. C., ix, 1877, p. 458. — B. O. P., 1894, p. 209. — Les miss. franç. en Corée, p. 63. — Les miss. cath. au XIXe siècle, p. 244. — Voir Biographie.

    • Numéro : 338
    • Pays : Chine Corée
    • Année : 1820