Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean François IFFLY (1870-1944)

Add this

    [2121]  IFFLY Jean-François, Marie, Séraphin, vint au monde à Dalstein, dans le diocèse de Metz (Moselle). Entré laïc au Séminaire des Missions Étrangères le 19 septembre 1890, il fut ordonné prêtre le 1er juillet 1894 et partit le 29 août suivant pour la Birmanie méridionale.

    En 1895, aidé par le Père Joseph, le Père Iffly se dépense à Paukseinbe, dont le district compte 779 chrétiens et les écoles de garçons et de filles 78 élèves, dont 24 à la charge de la mission. Il a pu baptiser alors 50 convertis. En 1896, il a pris définitivement la succession du Père Freynet et obtenu 47 conversions de païens. En cette année même, la fièvre et l'année suivante, 1897, le choléra ont contrarié son action. Cependant, 1897 lui a donné 32 baptêmes sans restreindre son bon espoir pour l'avenir. En 1898-99, le Père Iffly fut curé de Myaung Mya, puis dégagé en 1900, il redevint simplement curé de Paukseinbe, dont l'école fut bientôt l'une des mieux fréquentées du vicariat; l'église commencée par lui devait être terminée en 1904 par le Père Rieu.

    En 1898, le choléra sévit particulièrement parmi la gent scolaire, dont les pensionnaires étaient plus nombreux; ce fut alors une consolation de pouvoir baptiser une soixantaine d'infidèles. En 1900, grâce à un appel pathétique à la Très Sainte Vierge lors d'un incendie de l'école des filles, il obtint la préservation de la réserve de riz de l'école.

    En 1901, aidé par le Père Bernard, le Père Iffly est occupé à la construction d'une nouvelle église et enregistre 22 baptêmes de païens. En 1902, une chute de cheval le réduisit à l'immobilité pour plusieurs mois; il n'en recueillit pas moins 35 conversions de païens.

    Mais bientôt le Père Iffly dut quitter sa chère mission pour rentrer en France. En 1922, il dut passer deux mois et demi à l'hôpital de N.D. de Bon Secours à Metz. S'il en sortit en meilleur état, ses forces n'en restèrent pas moins amoindries. En 1931, le 11 juin, il se trouvait dans les Pyrénées où il assista à l'enterrement du Père Labandibar à Béhobie (Basses Pyr.). Lui même devait cependant voir se prolonger les épreuves de santé ici-bas. Il connut de plus la nouvelle occupation allemande de 1940; mais c'est le 2 décembre 1944, en pleine libération, qu'il rendit son âme à Dieu dans sa 75ème année et la 51ème de son sacerdoce.

    • Numéro : 2121
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1894