Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean HUE (1837-1873)

Add this

    [891]. HUE, Jean, originaire du hameau de La Guérinière, commune de Flers (Orne), naquit le 21 janvier 1837. Il commença par apprendre le métier de son père qui était tisserand­ ; à 19 ans, il manifesta le désir d’être prêtre, et, en vingt-et-un mois d’études, sous la direction d’un vicaire de Flers, il put entrer au grand séminaire de Séez. Ordonné prêtre le 21 décembre 1861, il fut, peu après, nommé vicaire à Igé. Il y resta jusqu’à son entrée au Séminaire des M.-E. le 4 juin 1864.

    Il partit le 15 septembre 1865 pour le Se-tchoan oriental. D’abord envoyé à Lao-fang-tse, il fut, en 1866, chargé du district de Yun-tchang, avec résidence à Ho-pao-tchang. Il commença ses travaux pendant les troubles qui eurent lieu en 1866­ ; l’oratoire de Yun-tchang fut détruit et des familles chrétiennes pillées. Il rebâtit l’oratoire l’année suivante, et convertit un certain nombre de païens. En 1868, Mgr Desflèches l’envoya près de Rigaud, dans le district de Yeou-yang, où Mabileau avait été massacré le 29 août 1865, et où les païens étaient très hostiles au christianisme. Rigaud fut massacré à Yeou-yang le 2 janvier 1869­ ; Hue réussit à s’échapper et s’enfuit dans le Ho-nan.

    De retour au Se-tchoan, en avril de la même année, il s’établit de nouveau dans le district de Yeou-yang. La tranquillité sembla se rétablir peu à peu­ ; le missionnaire recommença ses travaux et enregistra de nombreux catéchumènes. Des habitants de Kien-kiang et des environs ayant alors manifesté le désir d’embrasser le christianisme, il alla les voir au mois d’août 1873, avec un prêtre chinois, Michel Tay. Peu de jours après leur arrivée, des païens affichèrent des placards très violents contre les prédicateurs de l’Evangile, et le 5 septembre 1873, Hue fut massacré à Kien-kiang avec son compagnon.

    Grâce à l’intervention du ministre de France à Pékin, une indemnité fut versée à la mission du Se-tchoan oriental, comme dommages-intérêts, pour les ruines de Yeou-yang et de Kien-kiang.

    La Salle des Martyrs possède des vêtements et plusieurs objets ayant appartenu à J. Hue.

    Notes bio-bibliographiques.

    — C.-R., 1874 (janv.), pp. 33 et suiv.­ ; 1874, (déc.), p. 9­ ; 1884, p. 52. — A. P. F., xlii, 1870, pp. 114, 119, 123­ ; xlvi, 1874, pp. 79, 89, 95­ ; xlix, 1877, p. 103­ ; lxxvii, 1905, p. 20. — M. C., ii, 1869, p. 231 bis­ ; Ib., Persécution de Yeou-yang, p. 260­ ; iv, 1871-72, Les examens des lettrés, p. 504­ ; v, 1873, Sa mort, pp. 566, 601­ ; vi, 1874, Notice, p. 136. — A. M.-E., 1910, p. 266.

    Sem. rel. Séez, 1871-72, p. 546­ ; 1872-73, p. 388­ ; Ib., Sa mort, p. 995­ ; 1907, Notice, p. 72. — Sem. rel. Paris, 1873, p. 435. — Sem. rel. Lorraine, 1873, p. 998.

    Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Thibet, Tab. alph. — La Salle des Mart. [éd. 1900], p. 194. — Miss. orig. du dioc. Séez [même Notice que Sem. rel. Séez], p. 21. — Les miss. cath. franç., iii, p. 277.

    Biographie.

    — Vie de M. Jean Hue, prêtre du diocèse de Séez et membre de la Congrégation des Missions-Etrangères, martyrisé en Chine le 5 septembre 1873, par J.-B.-N. Blin, curé de Durcet. — Typographie des Célestins, Bar-le-Duc, 1875, in-8, pp. viii-298.

    Portrait.

    — M. C., vi, 1874, p. 131. — Les miss. cath. au XIXe sièc., p. 228.

     

    • Numéro : 891
    • Pays : Chine
    • Année : 1865