Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Ernest HAY (1868-1927)

Add this

    [1987]  HAY Ernest, Émile, Joseph, naquit le 8 juin 1868 à Armentières, dans le diocèse de Cambrai (Nord). Après ses études classiques au collège de Marcq, il passa deux années au Séminaire de St Sulpice, d'où il entra tonsuré au Séminaire des Missions Étrangères, le 14 septembre 1888. Ordonné prêtre le 5 juillet 1891, il partit le 9 décembre suivant pour la Cochinchine occidentale.

    Après avoir appris la langue à Thala, M. Hay eut à prendre pour quelques mois la direction de l'Oeuvre des Catéchistes, fondée par le Père Azémar, et qui comptait alors 30 élèves. Bientôt, il transporta cette école à Caï Nhuon, où il s'efforça de faire de ses catéchistes de véritables religieux.

    En 1916, il fut nommé Supérieur du Séminaire. Jusqu'à sa mort, il devait cumuler cette fonction avec celle de professeur de morale. En 1899, une première fois le Père Hay avait dû rentrer en France alors qu'il était encore à An Duc, chargé de 4 chrétientés détachées du district de Mytho, à titre d'apanage de l'École des Catéchistes. À la fin de la guerre de 1914-18, il se trouvait de nouveau en France occupé à y refaire ses forces démobilisées; au mois d'août 1919, il rentrait de nouveau à Saïgon, où le Grand Séminaire comptait alors 26 élèves après avoir donné deux prêtres dans l'année. En 1923, il compte 30 élèves, dont 4  sous-diacres et 15 minorés.

    Au Père Hay revient le mérite particulier d'avoir organisé l'Oeuvre des Catéchistes dans la mission de Saïgon. Jamais il ne compta avec le travail et la fatigue. Pour le recrutement, la formation des Catéchistes, animateurs obligés de l'Action Catholique et Missionnaire, il dépensa sans compter son temps, ses talents, sa fortune. Il les suivait dans leur action, se faisait rendre compte des résultats, après être devenu Supérieur du Séminaire de Saïgon. Sa santé ruinée par les labeurs apostoliques réclamait en 1927, de l'avis du médecin, un nouveau retour en France, mais le Père Hay ne put s'embarquer et c'est à Saïgon que discrètement il rendit à Dieu son âme profondément sacerdotale et missionnaire, le 21 octobre 1927, dans sa 66ème année après 31 ans de labeurs apostoliques. Son frère cadet, Constant, arrivé trois ans après lui en Cochinchine l'avait précédé dans la tombe le 5 juin 1926.

     

    Références bibliographiques

    AME 1892 p. 437. 1905 p. 291 (art). 1926-27 p. 494.

    CR 1891 p. 240. 1897 p. 174. 1899 p. 219. 1901 p. 167. 1902 p. 197. 1907 p. 210. 1910 p. 182. 1912 p. 211. 1914 p. 96. 1918 p. 174. 1926 p. 116. 1927 p. 260. 1928 p. 115. 116. 1933 p. 309. 1935 p. 332.

    BME 1923 p. 322. 1926 photo p. 298. 1927 p. 703. 762.

    EC1 N°  141.

    • Numéro : 1987
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1891