Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean FORTUNAT (1875-1943)

Add this

    [2426]  FORTUNAT Jean, Joseph, est né le 26 février 1875 à Clumanc, paroisse St Honorat, diocèse de Digne (Basses Alpes). Entré tonsuré au Séminaire des Missions Étrangères le 15 septembre 1895, il fut ordonné prêtre le 25 juin 1899 et partit le 26 juillet suivant pour le Kouytchéou.

     

    En 1903, M. Fortunat se trouve à la tête du district de Tchen-Gan, qui jouit alors de la paix et de la tranquillité. "À peine convertis, écrit-il, les néophytes semblent remplis eux-mêmes du zèle apostolique; ils s'ingénient pour gagner à Dieu parents, amis et voisins. C'est ainsi que certaines de mes stations se développent chaque jour. Je suis en excellents termes avec le mandarin de Tchen-Gan, qui se montre très bienveillant à l'égard des chrétiens et prend au besoin leur défense contre les maires et les notables de sa juridiction."

     

    En 1911, le Père Fortunat se trouve avoir à veiller sur les intérêts spirituels et temporels de 4.500 chrétiens. À sa disposition, il a, outre des écoles, un dispensaire-hospice.

     

    En 1922, il administre le district de Kien-Si, qu'il parcourt par tous les temps et en tous sens sans peur des pirates. Le vigoureux missionnaire, qu'il est, s'efforce de maintenir les vieilles stations dans le droit chemin et d'en ouvrir de nouvelles. Un auxiliaire chinois lui est alors donné en la personne du Père Henri Lo.

     

    À partir de 1922, un mouvement de conversion se dessina dans la région de Houang-Tsao-Pa, si bien qu'en 1923, le Père Fortunat, qui travaillait avec son vicaire dans la partie Est de la mission, vit des familles d'adorateurs lui arriver chaque semaine. Ce pays donne beaucoup d'espoir, écrit-il, et si les ouvriers apostoliques étaient plus nombreux, on y ferait du bon travail.

     

    En 1933, depuis deux ans, il voit toujours sa résidence convertie en caserne. Grâce à son énergie et à son esprit de Foi, il réussit à maintenir ses écoles et à obtenir que les soldats respectent son église, qu'il a dû laisser à leur usage.

     

    En 1943, le 21 décembre, le Père Fortunat rendit son âme à Dieu presque subitement, emporté qu'il fut par un refroidissement pris trop tard au sérieux, dans sa 69ème année et la 44ème de son apostolat ininterrompu en Chine. Il s'est envolé parfaitement alerte et de corps, et d'esprit, tenant son poste après 68 ans d'âge aussi bien qu'à 40 ans. Sa conversation était restée jusqu'à la fin vive, variée, sémillante, émaillée assez souvent des saillies du plus fin esprit marseillais.

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1899 p. 231. 1917-18 p. 357.

    CR 1899 p. 294. 1903 p. 118. 1922 p. 67. 1923 p. 79. 1932 p. 117. 1934 p. 259. 1935 p. 82. 1936 p. 81. 1937 p. 293. 1947 p. 356.

    BME 1923 p. 443. 1924 p. 458. 1927 p. 86. 1928 p. 103. 1932 p. 697. 1933 photo p. 775. 1935 p. 354. 1936 p. 364. 1938 p. 757. 1948 p. 20.

    EC1 N°  437.

    • Numéro : 2426
    • Pays : Chine
    • Année : 1899