Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis FONTANA (1781-1838)

Add this

    [323]. FONTANA, Louis, vicaire apostolique du Se-tchoan, né le 2 juillet 1781, à Ivrée (province de Turin, Italie), fit ses études à Turin. S’étant rendu à Rome, il rencontra les directeurs du Séminaire des M.-E. réfugiés dans cette ville pendant la Révolution française, et leur exprima son désir de se consacrer aux missions. Il partit de Rome en février 1807, avec sa destination pour le Tonkin occidental, tout au moins provisoirement, c’est-à-dire dans le cas où un changement ne s’imposerait pas. Quand il arriva au Tonkin, après de longs arrêts forcés au Bengale, à Pinang, à Macao, Mgr Longer jugea les besoins du Se-tchoan plus pressants que ceux de sa mission, et le dirigea vers le vicariat de son ami, Mgr Dufresse.

    Fontana remonta le fleuve Rouge, traversa le Yun-nan, et après un voyage qui dura du 2 janvier au 5 mars 1812, il parvint à Lo-lang-keou­ ; il fut donc un des premiers Européens à suivre cette voie, que la France a ouverte à tous depuis une trentaine d’années.

    Il fut placé dans la partie méridionale de la province du Se-tchoan. Lors de la persécution de 1814, et après la fuite de Mgr Florens, il prit soin des élèves du séminaire de Lo-lang-keou, et en emmena un certain nombre avec lui au Yun-nan. En même temps, il administra les chrétientés de cette province.

    Quoiqu’il n’eût que quelques années de présence en mission, en l’absence de tout autre missionnaire, sauf Escodéca de la Boissonade âgé et malade, il fut, en juin ou juillet 1817, élu évêque de Sinite et vicaire apostolique du Se-tchoan. En même temps, le Pape nomma évêque de Maxula, un chanoine de La Rochelle, M. Pérocheau, et l’envoya au Se-tchoan pour sacrer Fontana. Il autorisait ce dernier à choisir Pérocheau pour être son coadjuteur, ce qui eut lieu.

    Après sa consécration épiscopale à Tchang-cheou, dans la maison de la famille Kiao, le 21 mai 1820, Fontana se fixa à Moey-tcheou. Il fut pris par des brigands, enchaîné, mais racheté par les chrétiens. Il alla alors s’installer à Kiong tcheou, puis à King-tang dans les montagnes, où il demeura pendant 8 ans à l’abri des recherches. Chaque année, aussi régulièrement que possible, il envoya des prêtres chinois au Kouy-tcheou et au Yun-nan­ ; le 5 septembre 1831, il écrivit au Séminaire des M.-E. une lettre sur l’utilité de nommer un vicaire apostolique pour cette dernière province. En 1832, il exprima le vif désir que la Société se chargeât de la Corée et du Japon­ ; peu après il étudia la question de l’apostolat du Thibet, et conclut que la mission du Se-tchoan ne pouvait s’en occuper. Ayant établi le séminaire de Mou-pin, et le voyant en bon état, il supprima, en 1836 ou 1837, celui de Long-ki.

    La province du Hou-kouang, administrée par le vicaire apostolique du Chan-si, ayant été érigée en vicariat apostolique, le Pape Grégoire XVI lui donna pour chef Mgr Fontana, par le bref Pastorale officium (Jus Pont. de Prop. Fid., v, p. 204), du 14 avril 1838­ ; un autre bref Et si, de ce même jour (Ib., p. 204), lui permit de rester au Se-tchoan, de nommer un de ses missionnaires vicaire apostolique du Hou-kouang et de le sacrer évêque de Benda.

    Avant l’arrivée de ces pièces au Se-tchoan, Mgr Fontana était mort le 11 juillet 1838, à Tchen-tou, entre les bras de M. Ponsot. Son corps repose au cimetière Mo-pan-chan.

    Notes bio-bibliographiques.

    — C.-R., 1884, p. 46. — N. L. E., v, pp. 2, 33 et suiv., 110, 120, 149, 183 et suiv., 212 et suiv., 225, 238 et suiv., 246, 594­ ; viii, p. 304. — A. P. F., i, 1822-25, n° i, p. 12­ ; n° iv, p. 22­ ; n° vi, p. 3­ ; ii, 1826-27, pp. 31, 247, 259, 274­ ; iii, 1828-29, p. 359­ ; iv, 1830-31, p. 405­ ; v, 1831-32, p. 659­ ; vi, 1833-34, pp. 499, 524­ ; vii, 1834-35, p. 678­ ; ix, 1836-37, p. 449­ ; xi, 1838-39, pp. 185 et suiv., 462­ ; xii, 1840, p. 484. — M. C., v, 1873, p. 336. — A. M.-E., 1910, pp. 261, 270.

    Acta RR. Vic. Apost. miss. Se-tchouan­ : Acta RR. DD. Aloysii Fontana episcopi Sinitensis, p. 64. — Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., p. 651. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Les miss. cath., p. 227. — Lett. à l’év. de Langres, pp. 223, 237 et suiv., 239, 248. — La Franc. pont., ii, p. 709.

    Collect., 18 mars 1817­ : n° 1128­ ; 6 juin 1817­ : nos 601, 805, 826, 1699­ ; 19 juin 1820­ : n° 1120­ ; 26 juin 1820­ : n° 572­ ; 1821­ : n° 126­ ; 26 juin 1821­ : n° 1445­ ; 6 sept. 1821­ : nos 1789, 1947­ ; 12 sept. 1821­ : nos 69, 512, 1607­ ; 16 nov. 1822­ : n° 1315­ ; 9 déc. 1822­ : nos 70, 573, 1701, 1738­ ; 13 août 1834­ : n° 258­ ; 17 janv. 1836­ : n° 1447.

    Portrait.

    — À la procure des M.-E., à Rome.

    • Numéro : 323
    • Pays : Chine
    • Année : 1806