Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre FOLLONIER (1924-1999)

Add this

    Pierre Follonier, fils de Joseph et de Madeleine Fauchere, agriculteurs, naquit le 29 novembre 1924, à Évolène, diocèse de Sion. La famille comptait six enfants, trois garçons et trois filles.

     

    Pierre fit ses études primaires dans son village natal, puis il suivit les programmes de l’enseignement secondaire au collège Saint Maurice en Valais, ensuite, de 1947 à 1951, au séminaire de Montmagny.

     

    Le 15 septembre 1952, il fut admis au séminaire des Missions Étrangères de Paris. De 1953 à 1957, il continua ses études ecclésiastiques au collège Université de Fribourg (Suisse) et, de 1958 à 1960, les acheva au séminaire des Missions Étrangères. Agrégé temporairement à la Société, le 28 juin 1959, le lendemain, il fut tonsuré. Il reçut les premiers ordres mineurs le 26 septembre 1959, et le lendemain, ceux d’exorciste et d’acolyte. Agrégé définitivement à la société des Missions Étrangères, le 15 décembre 1959, sous-diacre le 21 décembre 1959, diacre le 2 avril 1960, il reçut, le 22 mai 1960, sa destination pour le service du diocèse d’Osaka (Japon). Ordonné prêtre le 10 juillet 1960, il quitta Paris le 6 septembre 1960, pour rejoindre sa mission.

     

    Chaleureusement accueilli par ses confrères de la Communauté missionnaire de Kobé, le 6 octobre 1960, il en partit quelques jours plus tard, pour aller suivre à Tokyo les cours de langue japonaise. Son temps d’étude à l’école de langue de Tokyo terminé, il rentra à Kobé et, vers septembre 1961, fut envoyé comme vicaire de M. Vincent Mugica à Amagasaki, un grand centre industriel tout près d’Osaka ; la ville comptait environ 350.000 habitants, une nouvelle université catholique du diocèse d’Osaka venait d’y être ouverte. On estimait à 1.100 approximativement le nombre des chrétiens constituant l’importante paroisse d’Amagasaki. Une école maternelle y était florissante. Mais l’action catholique et la JOC particulièrement, s’y montraient fort actives. M. Follonier trouva là un terrain adéquat pour commencer un apostolat actif.

     

    Tombé malade vers la fin du mois de novembre 1963, il rentra en France où il arriva le 3 janvier 1964. Après des soins et un temps de repos, il fut nommé, en 1965, aumônier de l’hôpital de l’Isle-Adam (Val d’Oise), dans le diocèse de Pontoise, ministère qu’il exerça jusqu’en 1973. Durant l’année scolaire 1973-74, au titre de la formation permanente du clergé, il fit une année de recyclage à l’Institut Catholique de Paris.

     

    Au cours de cette année d’études, M. Follonier envisagea un nouveau départ en mission à l’île de la Réunion ; sa demande fut acceptée en avril 1974. Mais tombé malade vers la mi-septembre 1974, peu de temps avant la date prévue pour son départ, il dut renoncer à son projet, pour entrer dans une maison de soins à Montjay, en Seine et Marne, où il séjourna jusqu’au 26 juin 1975. De retour à la rue du Bac à Paris, il se présenta peu après à l’hôpital Saint-Michel, où il fut engagé et travailla comme employé à plein temps jusqu’en 1989.

     

    En 1990, il revint au pays natal et prit en charge l’aumônerie de la clinique Sainte Claire à Sierre en Suisse ; il y exerça son ministère sacerdotal jusqu’en février 1993. À cette date, la maladie le contraignit à faire un séjour à l’hôpital de Montet en Suisse, jusqu’au 24 juin 1993, ensuite il reprit ses fonctions d’aumônier à la clinique Sainte Claire jusqu’en novembre 1993.

     

    Le 2 juin 1994, M. Follonier rejoignit la maison de retraite Saint Raphaël à Montbeton, où décéda le 16 janvier 1999.

     

     

     

     

     

     

     

     

    • Numéro : 4107
    • Pays : Japon
    • Année : 1960