Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis FAURIE (1824-1871)

Add this

    [609]. FAURIE, Louis (Simon), vicaire apostolique du Kouy-tcheou, naquit le 12 juin 1824 à Monségur (Gironde). Après avoir fait ses études, de 1838 à 1845 au petit séminaire, et de 1845 à 1850 au grand séminaire de Bordeaux, il entra diacre au Séminaire des M.-E. le 8 mai 1850. Ordonné prêtre le 21 décembre suivant, il partit le 13 mars 1851 pour le Kouy-tcheou, où il se rendit en traversant le Kouang-tong, le Kouang-si et le Hou-nan. Il resta à Kouy-yang près de Mgr Albrand, et en 1852 fut nommé supérieur du séminaire que l’on voulait fonder, et qui était alors une petite école de 6 élèves.

    Le vicaire apostolique étant mort le 22 avril 1853, et ayant par testament désigné Faurie pour lui succéder, celui-ci allégua sa jeunesse et refusa. Un décret du 27 mai 1854 le nomma évêque, il refusa de nouveau. Pendant ce temps il était resté supérieur du séminaire à Lou-tsong-koan, et y avait fait élever d’assez vastes bâtiments­ ; il y installa, en 1856, une imprimerie­ ; il commença à Tsin-gai des constructions pour un grand séminaire. En 1859, il fut placé dans le district de Long-pin.

    Cependant, Mgr Desflèches, le vicaire apostolique du Se-tchoan oriental, chargé par Rome de choisir un chef pour le Kouy-tcheou, finit par obtenir le consentement de M. Faurie. Il le sacra évêque d’Apollonie, le 2 septembre 1860, au petit séminaire du Se-tchoan oriental.

    Le nouveau prélat prit alors la direction de la mission­ ; son épiscopat, pendant lequel eurent lieu des troubles civils et politiques, fut marqué par la publication du traité entre la France et la Chine, assurant la liberté religieuse­ ; par des persécutions que suscita le général Tien, grand ennemi des missionnaires et des chrétiens­ ; par la mise à mort de plusieurs chrétiens, de catéchistes et d’un missionnaire, Jean-Pierre Néel (1862), béatifiés en 1909­ ; par un mouvement extraordinaire vers le catholicisme, mais qui fut loin de réaliser toutes les espérances que l’on avait conçues­ ; par la part que l’évêque et le missionnaire Vielmon prirent à la soumission des Mahométans et des Miao-tse révoltés­ ; par la bienveillance du vice-roi Lao, dont les relations avec l’évêque furent empreintes de la plus grande cordialité­ ; par le développement des œuvres de la Sainte-Enfance­ ; enfin par la fondation d’un certain nombre de chrétientés nouvelles.

    En avril 1869, Faurie se rendit à Rome pour siéger au concile du Vatican­ ; il prit part à la révision du Règlement général de la Société des M.-E. Il fut élu secrétaire des réunions que tinrent tous les vicaires apostoliques de Chine, pour traiter des besoins généraux de leurs missions. Il repartit le 10 février 1871 pour le Kouy-tcheou. Arrivé à Kouy-tcheou fou sur la frontière du Se-choan, il tomba gravement malade et y mourut le 21 juin 1871. Son corps, transporté à Kouy-yang, fut enterré à 2 kg 1/2 de cette ville, sur la colline de Tse-ki-pa.

    Son rôle et son action au Kouy-tcheou ont été discutés, principalement à cause de sa conduite lors de la présentation des passeports, et du grand mouvement de conversions qui signala l’année 1864­ ; mais tous se sont accordés à reconnaître dans l’évêque, un homme plein de bonté, de zèle, de modestie. Il était très aimé de ses missionnaires­ ; son souvenir demeure vivant dans le vicariat apostolique d’où il a disparu depuis plus de 40 ans. Un buste lui a été élevé en 1888 dans l’église de Monségur, son pays natal. Sa biographie, due à M. le chanoine Castaing, est fort intéressante.

     

    Armes. — D’azur à l’épi de maïs d’argent feuillé du même.

    Devise. — Ex pluribus unum.

    Bibliographie. — Elementa grammaticæ latinæ ad usum seminarii sancti Pauli, Missionis Kouy-tcheou. — 2e édit. ex typis seminarii provinciæ Kouy-tcheou [Gravé sur bois], Kouy-yang-fou, mdccclxvii, in-8, pp. 120.

    <AUT> (Règlement pour gagner les indulgences dans les confréries). — Kouy-yang, 1867, pp. 10.

    Notes bio-bibliographiques. — C.-R., 1871, p. 9­ ; 1872, p. 31. — A. P. F., xxv, 1853, p. 126­ ; xxxiv, 1862, p. 106­ ; Ib., Martyre de M. Néel, p. 387­ ; Ib., Remise d’un passeport impérial, p. 417­ ; Ib., p. 487­ ; xxxvi, 1864, p. 220­ ; xxxvii, 1865, Mouvement de conversions secondé par le gouverneur de la province, pp. 40, 249, 415 et suiv.­ ; xxxviii, 1866, Voyage à travers le Kouy-tcheou, pp. 79, 203­ ; xliv, 1872, pp. 67, 70. — A. S.-E., vi, 1854, Œuvre des pharmacies, p. 391­ ; xiii, 1861, p. 175­ ; xiv, 1862, p. 85­ ; xvi, 1864, Orphelinats visités par les mandarins, p. 93­ ; xvii, 1865, p. 7­ ; xix, 1867, p. 22­ ; xxii, 1870, pp. 75, 105­ ; xxiii, 1872, p. 215.

    M. C., i, 1868, p. 45­ ; ii, 1869, Détails sur les Tsin-lien-kiao, p. 140­ ; iv, 1871-72, Sa mort, p. 27­ ; Ib., Sa carte du Kouy-tcheou, p. 353­ ; xx, 1888, Inauguration de son buste dans l’église de Monségur, p. 507. — A. M.-E., 1907, p. 73.

    L’Aquitaine, 1865, Notice, p. 248­ ; Ib., pp. 302 et suiv.­ ; 1866, p. 233­ ; 1867, p. 25­ ; 1871, Son éloge funèbre, pp. 193, 212, 225­ ; 1872, Discours sur Mgr Faurie, pp. 17, 33, 65­ ; 1877, Son inhumation, pp. 259 et suiv.­ ; 1884, Sa vie, p. 83­ ; Ib., Pour l’érection de son buste à Monségur, p. 427­ ; 1888, Monument élevé à Monségur à sa mémoire, p. 130. — Chron. rel. Dijon, 1869-70, Visite à Remilly, p. 128. — Sem. rel. Lyon, 1870, 1er sem., p. 55. — L’Annonciateur de Gap, 1853, Mort de Mgr Albrand, n° du 22 sept.

    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouang-si, Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — B.-L. Beaulieu, p. 634. — Act. et hist. du Conc., v, p. 204. — Les miss. cath., p. 229. — La Franc. pont., ii, p. 712. — Arm. des Prél. franç., p. 255.

    Eloge de Mgr Louis Faurie, vicaire apostolique du Kouy-tcheou (Chine), par M. l’abbé J. H. Castaing. — Imprimerie de la Guienne, n° 20, rue Gouvion, Bordeaux, 1872, in-8, pp. 32.

    Eloge funèbre de Mgr Louis Faurie évêque d’Apollonie, vicaire apostolique du Kouy-tcheou. — Imprimerie de J. Delmas, n° 139, rue Sainte-Catherine, Bordeaux, 1872, in-8, pp. 14.

    Inauguration du monument à la mémoire de Mgr Louis-Simon Faurie évêque (in partibus) d’Apollonie, vicaire apostolique du Kouy-tcheou, par Sa Grandeur Mgr Guilbert, archevêque de Bordeaux, sous la présidence d’honneur de M. le comte Cardez à Monségur (Gironde). Le dimanche 7 octobre 1888. — Imprimerie Bonnard, 91, rue Porte-Dijeaux, Bordeaux, 1888, in-8, pp. 15.

    Collect., 13 oct. 1861­ : n° 2042.

    Biographie. — Vie de Mgr Faurie, membre de la Société des Missions-Etrangères, vicaire apostolique du Kouy-tcheou (Chine), enrichie d’une carte géographique du Kouy-tcheou, par M. l’abbé J.-H. Castaing, chanoine honoraire de Bordeaux. — Victor Lecoffre, 82, rue Bonaparte, Paris­ ; Fauret et fils, 15, cours de l’Intendance, Bordeaux, 1884, in-8, pp. 674.

    Comp.-rend.­ : M. C., xvi, 1884, p. 251­ ; Rev. cath. Bordeaux, 1882, pp. 699 et suiv.­ ; 1883, pp. 47 et suiv., 621 et suiv.­ ; 1884, p. 65­ ; 1885, p. 481.

    Mgr Faurie, vicaire apostolique du Kouy-tcheou, 1824-1871 [avec portrait]. Les Contemporains, n° 461. — 5, rue Bayard, Paris, in-8, pp. 16.

    Portrait. — A. P. F., lv, 1883, p. 174. — Act. et hist. du Conc., v, p. 216. — Voir Biographie.

     

    • Numéro : 609
    • Pays : Chine
    • Année : 1851