Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène DENEUX (1873-1947)

DENEUX Eugène, Aristide, Joseph, est né le 26 juillet 1873 à Westrehem, canton de Norrent-Fontes, diocèse d'Arras (Pas-de-Calais), second fils de Louis Deneux et de Eugénie Lefèvre.
Add this

    DENEUX Eugène, Aristide, Joseph, est né le 26 juillet 1873 à Westrehem, canton de Norrent-Fontes, diocèse d'Arras (Pas-de-Calais), second fils de Louis Deneux et de Eugénie Lefèvre. 

    Ordonné prêtre dans son diocèse le 19 décembre 1896, il y travaille pendant plus de 4 ans, puis entre au Séminaire des Missions Étrangères de Paris le 1er août 1901. Destiné au vicariat apostolique de Corée, il part de Paris le 23 juillet 1902 et arrive à Séoul le 6 septembre suivant. 

    Après s'être un peu initié à la langue et aux coutumes, il passa l'année 1903-1904 auprès du Père Deshayes à Mokpo, dans le sud-ouest du pays où il s'occupe notamment de la desserte de Noan, que d'autres appellent Kyé-ryang et qui deviendra quelques années plus tard le siège d'une nouvelle paroisse dont sera chargé le Père Cadars. 

    En 1904, il est envoyé à In-chon, port important situé à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Séoul. Le Père Deneux passera toute sa vie dans cette paroisse qui a été fondée par le Père Wilhem en 1889 et dont ont été tour à tour responsables les Pères Le Viel (1891-1892), Villemot (intérimaire en 1893), Joseph Maraval (1894-1900) et Luc Hong (1900-1904), vicaire coréen qui a fait ses études à Pinang. Quand il arrive, le Père Deneux trouve à In-chon 800 chrétiens environ, dont un certain nombre d'étrangers, car il se trouve à cette époque une "concession" japonaise, une "concession" chinoise et une "concession" internationale dans cette ville. Il y trouve aussi une chapelle construite et une école fondée par le Père J. Maraval, un couvent de religieuses de St Paul de Chartres qui s'occupent d'un orphelinat et d'un dispensaire, et quelques chrétientés établies dans des villages éloignés. 

    Dans les années qui suivent son arrivée à In-chon, le Père Deneux agrandit l'orphelinat, reconstruit le couvent et ajoute une section de garçons à l'école primaire qui était jusqu'alors réservée aux filles. En 1909, à la veille de l'annexion de la Corée par le Japon, il constate que la ferveur religieuse se maintient bien chez les chrétiens coréens et qu'elle s'est nettement accrue chez les Japonais. 

    En 1912, il enregistre 194 baptêmes, dont 57 parmi les malades qui ont été soignés au dispensaire dont s'occupent les religieuses. Par ailleurs, celles-ci ont baptisé 142 enfants à l'article de la mort, soigné près de 5.800 malades à domicile et 2.000 au dispensaire. En 1914, il se met à reconstruire l'école de filles et la dote de 6 salles de classe, et l'année suivante, il en fait de même pour l'école des garçons. En 1917, il unifie ces deux écoles en une seule dont il devient le directeur et en 1925, il obtient du préfet d'In-chon un statut légal pour cette école qui compte alors plus de 500 élèves. 

    En 1925, le Père Deneux se décharge de la direction de l'orphelinat qui passe entièrement entre les mains des religieuses de St Paul de Chartres, mais qu'il dotera en 1930 de biens fonciers importants destinés à lui assurer des revenus réguliers. 

    En 1928, il se rend à Hongkong pour se faire soigner et revient à son poste en 1929. 

    En 1933, comme il compte environ 1.500 paroissiens alors que son église, construite par le Père Maraval en 1895-1897, ne peut en contenir que 400 au plus, il se met à reconstruire l'église paroissiale. Tout en laissant temporairement en place l'église dont il dispose, il construit "autour" d'elle, en ce sens que la nouvelle église est construite dans le même emplacement, mais est plus longue, plus large et plus élevée que l'ancienne. Quand le gros oeuvre de la nouvelle église est terminé, il démolit l'ancienne, celle qui était "contenue" dans la nouvelle. Cette nouvelle église, qui fait environ 1.000m2, est terminée en 1937 et consacrée par Mgr. Larribeau. Entre-temps, en 1933-1935, le Père Deneux bénéficie de l'aide du Père Lagarde qui, d'ailleurs, succède à deux prêtres coréens et qui aura pour successeur un autre vicaire coréen. 

    En 1935, le Père Deneux laisse la charge de directeur de l'école à ce vicaire coréen. Alors que les travaux de construction de l'église ne sont pas terminés, le Père Deneux ouvre un petit hôpital (3 étages, 440m2 en tout), moins pour recevoir des malades qui ont besoin d'hospitalisation que pour faire face aux besoins des orphelins recueillis à l'orphelinat. 

    En mars 1937, il ouvre un jardin d'enfants (école enfantine) dont s'occupent les Soeurs de St Paul de Chartres, mais dont le vicaire coréen est le directeur officiel. 

    À la suite de l'ouverture de l'école enfantine et de la consécration de l'église (qui 25 ans plus tard deviendra la cathédrale du diocèse d'In-chon), le Père Deneux estime le temps venu de laisser la paroisse et ses diverses oeuvres à plus jeune que lui. Il se retire sur place et son vicaire coréen devient curé. Après avoir passé 45 ans en Corée, dont 43 à In-chon, donnant l'exemple d'une grande bonté, de père soucieux des jeunes et des malheureux, et d'apôtre, le Père Deneuxdécède à In-chon le 9 décembre 1947 et ses funérailles sont célébrées le 13 décembre 1947. L'année précédente, il avait célébré ses noces d'or sacerdotales. Lors des funérailles, le maire de la ville loua les mérites du défunt.

    • Numéro : 2619
    • Pays : Corée
    • Année : None