Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Pierre BRIGOT (1713-1791)

Add this

    [177]. BRIGOT, Pierre, naquit à Sully (Loiret) le 1er septembre 1713. Entré au Séminaire des M.-E., il fut envoyé, en 1741, dans la mission du Siam.

    Il travailla d’abord à Mergui, où il s’opposa en 1749 à l’érection, devant la porte de son église, d’une pierre sur laquelle était une inscription injurieuse au catholicisme, et que pour cette raison on appelait « pierre de scandale ». Après deux mois de lutte, le gouverneur passa outre à la résistance du missionnaire, et fit placer la pierre, que M. Alary enlèvera plus tard, de même que M. Cirou supprimera celle qui, en 1731, avait été érigée à Juthia. De 1742 à 1750, il eut le titre et les pouvoirs de provicaire pour le Ténassérim.

    Il vint ensuite à Bangkok, et le 22 janvier 1755 fut nommé évêque de Tabraca et coadjuteur au Siam. L’évêque, Mgr de Lolière, étant mort avant de le sacrer, il se rendit à Manille, où il reçut la consécration épiscopale le 24 août 1757.

    De retour au Siam, il fut témoin de l’invasion birmane en 1758, et, grâce à ses exhortations, les chrétiens défendirent Juthia avec le plus grand courage. Dans une seconde invasion, en 1767, les Birmans furent vainqueurs, et emmenèrent captifs l’évêque et un certain nombre de catholiques. Pendant le voyage, voyant ses chrétiens dans la misère, Brigot leur donna tout ce qu’il possédait, et, pour leur procurer quelques soulagements, il vendit même son anneau pastoral. Il était alors à Tavoy. Il fut conduit au mois de novembre à Rangoon. Les Franciscains et les Barnabites, missionnaires dans cette ville, le choisirent comme arbitre sur une question qui les divisait, et acceptèrent sa décision. Le 31 janvier 1768, il sacra évêque de Maxula, J.-M. Percotto, le vicaire apostolique d’Ava et Pégou, et partit au mois de mars pour Pondichéry.

    Venu en France en 1769 ou 1770, il y apporta un manuscrit que Turpin publia sous le titre­ : Histoire civile et naturelle, etc., mais avec des changements contre lesquels l’évêque s’éleva, et qui furent partiellement, sinon totalement, rectifiés. Il aida Mgr Davoust et M. Boiret dans l’obtention des Lettres patentes de 1773 et de 1775. En 1774, il reçut du roi Louis XVI une pension de 4 000 livres sur Saint-Etienne de Caen.

    Choisi par le Pape Pie VI pour être supérieur de la mission Malabare, qui, après la suppression de la Compagnie de Jésus, fut confiée à la Société des M.-E., il fut nommé à cette fonction le 30 septembre 1776. Sa situation à Pondichéry offrait des difficultés. Il s’employa avec tact à faciliter la réunion des Jésuites, missionnaires du Carnate, avec les prêtres des M.-E. Il fit préciser, par un décret du 7 septembre 1778 approuvé le 13, sa juridiction sur tous les chrétiens du territoire de la colonie française à l’exception des Européens et des créoles qui restaient soumis aux Capucins. Cette même année, sa juridiction s’étendit sur le Maduré et sur le Maïssour. Il consulta Rome sur certaines coutumes indiennes et sur les castes, et appliqua sagement les réponses directives qu’il reçut.

    En 1785, il choisit pour coadjuteur un de ses prêtres, Nicolas Champenois, le sacra à Pondichéry évêque de Dolicha, le 5 novembre 1786, et peu après, par suite de la vieillesse et de la maladie, lui laissa toute l’administration. Il mourut à Pondichéry le 8 novembre 1791.

     

    Armes. — D’argent à 3 losanges d’azur, 2 et 1 en pointe au chef cousu contre bastillé d’or.

     

    Bibliographie

    — Histoire civile et naturelle du royaume de Siam et des révolutions qui ont bouleversé cet empire jusqu’en 1770. Publiée par M. Turpin, sur des manuscrits qui lui ont été communiqués par Monseigneur l’évêque de Tabraca, vicaire apostolique de Siam, et autres missionnaires de ce royaume. — A Paris, chez Costard, libraire, rue Saint-Jean-de-Beauvais, mdcclxxi, avec approbation et privilège du Roi, 2 vol. in-12, pp. xii-450, 444.

    History of Siam. From the French of Turpin. General collection of Voyages and Travels, by John Pinkerton. — London, 1811, vol. ix, pp. 573.

    History of the Kingdom of Siam and of the revolutions that have caused the overthrow of the Empire, up to A. D. 1770. Compiled by M. Turpin from manuscripts received from M. the bishop of Tabraca, vicar apostolic of Siam, and from other Missionaries in the Kingdom. Published originally at Paris A. D. 1771. Translated from the original French by B. O. Cartwright, B. A. Exhibitioner King’s College (Camb.). Printed under the auspices of the committee of the Vajiranâna National Library. — Printed at the American Presby. Mission Press, Bangkok, 1908, in-12, pp. v-233.

    Comp.-rend.­ : Journ. asiat., 10e sér., xiii, 1909, p. 327, par E. L. [Lorgeou].

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.R., 1910, p. 209.

    N. L. E., v, pp. 365, 367­ ; Ib., Guerre entre les Siamois et les Birmans, p. 375­ ; Ib., pp. 385, 388, 425­ ; Ib., Guerre des Birmans d’après Mgr Brigot, p. 444­ ; Ib., pp. 498 et suiv., 554, 566­ ; vi, pp. 91, 177, 188, 435. — L. E., xiv, Son opinion sur les rites malabares, p. 572. — Rev. Indoch., 1913, fév., pp. 164 et suiv.

    Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., pp. 479 et suiv., 639 et suiv. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 101 et suiv. — Lett. à l’év. de Langres. pp. 282 et suiv., 446 et suiv. — Les miss. cath. dans l’Inde, Tab. alph. — Descrip. du roy. Thai, ii, pp. 212, 215 et suiv., 238 et suiv. — Hist. du roy. de Siam, ii, pp. 251, 258, 297, 310 et suiv. — La Franc. pont., ii, p. 669.

    Collect., 18 janv. 1767­ : n° 293­ ; 21 janv. 1767­ : n° 362­ ; 14 mai 1772­ : n° 1052­ ; 19 sept. 1773­ : n° 1007­ ; 10 mai 1775­ : n° 296­ ; 7 janv. 1778­ : n° 1802­ ; 16 juill. 1778­ : n° 591­ ; 2 sept. 1780­ : nos 665, 1187­ ; 9 avril 1783­ : nos 224, 1803, 1804­ ; 2 sept. 1787­ : n° 31­ ; 22 avril 1788­ : n° 1500.

    • Numéro : 177
    • Pays : Thaïlande
    • Année : 1741