Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Joseph BRIAND (1862-1921)

Add this

    [1658]  BRIAND Joseph, Marie, est né le 14 mars 1862 à Missilac, dans le diocèse de Nantes (Loire atl.). Entré laïque au Séminaire des Missions Étrangères le 5 septembre 1883, il fut ordonné prêtre le 5 juillet 1885 et partit le 7 octobre suivant pour le Setchoan occidental.

     

    Le zèle de M. Briand eut à se dépenser principalement à Sin-tsin, sous-préfecture assez turbulente. En 1899, les citoyens exaspérés par les agissements de certains prédicants anglais menaçaient de se porter sur les résidences de ces derniers, tout en exceptant le missionnaire catholique avantageusement connu d'eux. Le Père Briand réussit à s'interposer auprès du mandarin et à apaiser la colère publique. Le mandarin fit alors l'éloge des catholiques :"Nous vous confondions avec les protestants, mais maintenant, nous vous connaissons mieux; loin de vous nuire, nous vous protègerons."

     

    En 1912, le Père Briand fonda un hospice de vieillards, qui, cette année même, comptait 28 assistés. Mais en 1912, comme en 1899, il se vit exposé à tous les méfaits des troubles sociaux, si fréquents dans la nouvelle Chine. À Sin-tsin précisément, il se vit enfermé dans la ville avec le Père Eymard et sur le point d'être massacré. En 1915, il est à Moupin, dans une région montagneuse. Là aussi, il eut son hospice de vieillards. Comme il parlait très bien la langue chinoise, sachant même mieux s'en servir que les prêtres chinois dans la prédication, il pouvait intervenir efficacement auprès des mandarins pour l'apaisement des difficultés.

     

    Il avait aussi un moulin à décortiquer, qui lui fournissait les ressources capables de soutenir son oeuvre d'assistance sociale. Le 24 novembre 1915, une centaine de bandits dévalisèrent sa résidence et ne lui laissèrent que "l'honneur et la vie". Mais, écrivait-il alors dans les Missions Catholiques, "je me garderai bien de demander du secours" (dans la situation où la France en guerre se trouvait). Peu à peu, il réussit à réparer les dégats jusqu'à conclure : "ce sera aussi florissant que par le passé." Il voyait poindre à l'horizon vers le Yunnan d'autres dangers, mais ne laissait pas de se confier avec toutes ses oeuvres à la garde de la Providence.

     

    Le 8 mars 1921, le Père Briand rendit son âme à Dieu. Humble et dévoué missionnaire, il était dans la 59è année de son âge et la 35è de son sacerdoce.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1903 p. 77. 1912 p. 83. 1913 p. 169. 1921 p. 189.

    CR 1885 p. 143. 1899 p. 97. 1912 p. 4. 85. 1913 p. 101. 1915 p. 169. 1921 p. 205.

    MC 1916 p. 204.

    • Numéro : 1658
    • Pays : Chine
    • Année : 1885