Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean BOURGINE (1700-?)

Add this

    [146]. BOURGINE, Paul-Jean-Baptiste, né vers 1700 probablement à La Rochelle (Charente-Inférieure), fit ses études théologiques au séminaire de Saint-Sulpice où il entra le 19 octobre 1722, et dont il sortit, d’après les catalogues de cette maison, le 19 septembre 1726. Comme il fut ordonné prêtre le 21 septembre suivant et qu’il partit de Paris le lendemain 22, il ne serait pas resté longtemps au Séminaire des M.-E. La note que les directeurs de Saint-Sulpice lui donnèrent, fut­ : « bon, mais un peu singulier. » Il s’embarqua à Lorient le 17 octobre 1726 avec sa destination pour le Tonkin occidental­ ; mais il resta à Canton.

    En 1730, il fit partie de ce que dans la Société des M.-E., on appelait la mission de Chine, c’est-à-dire qu’il fut classé parmi les prêtres des M.-E. répandus dans diverses provinces du littoral chinois. Il s’occupa de la procure de Canton et un peu des chrétiens, partit en 1733 pour le Siam d’où, sur le conseil du vicaire apostolique, Tessier de Quéralay, il se rendit en Cochinchine en 1734. De Alexandris, évêque de Nabuce, barnabite italien, qui ne goûtait guère les missionnaires français, lui ordonna de repartir pour le Siam­ ; Bourgine finit cependant par obtenir de rester, et se fixa à Bau-nghe dans la province du Quang-ngai. En 1736, nous le trouvons à Ke-tha, discutant avec l’évêque de Nabuce, et défendant de Flory contre ses détracteurs. En 1739, il est au Séminaire des M.-E. à Paris­ ; il repart pour la Cochinchine en 1742.

    En 1745 et 1746, il travailla dans les provinces du Binh-dinh et du Phu-yen où, en 1749 et 1750, il eut à supporter la persécution, fut arrêté et garotté­ ; à cette époque, toutes les églises du Phu-yen, excepté une, furent détruites.

    Après sa libération il partit pour Macao, et bientôt regagna la France. Il y arriva en 1751 et vint à Paris engager la Cie des Indes orientales à envoyer des vaisseaux en Cochinchine.

    La même année, il quitta la Société des M.-E. et retourna à La Rochelle, où il fut nommé chanoine. Le 12 mars 1753, il écrivit au Séminaire des M.-E., demandant à emprunter une somme d’argent pour son installation de chanoine­ ; sa demande fut agréée­ ; c’est le dernier détail que nous connaissions sur lui.

    • Numéro : 146
    • Pays : Vietnam Chine France
    • Année : 1726