Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean BOUFFANAIS (1879-1941)

Add this

    Jean, René BOUFFANAIS naquit le 17 avril 1879, à Vouharte, diocèse d'Angoulême, département de la Charente. Il fut ordonné prêtre à Angoulême, le 21 décembre 1901, et nommé vicaire à la paroisse St.Jacques à Cognac.

     

    Le 15 octobre 1903, M. Jean Bouffanais entra au séminaire des Missions Etrangères. Il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de la Birmanie Septentrionale (Mandalay), qu'il partit rejoindre le 9 novembre 1904. Il embarqua à Marseille le 13 novembre 1904, à bord du "Dumbéa".

     

    M. Jean Bouffanais remplaça d'abord M. Ruppin rentré en France pour refaire sa santé, dans les deux districts de Pyinmana et Yamethin dans le sud de la mission. En 1906, il céda cette charge à M. Renolleau et devint assistant de M. Léon Lafon à la léproserie Saint Jean, fondée par M.Wehinger, le 1er janvier 1892, avec deux lépreux; en 1906 son effectif oscillait alors entre 300-350 malades.

     

    En 1907, Mgr. Eugène Foulquier confia à M. Jean Bouffanais la direction de la léproserie, dont M. Léon Lafon terminait les constructions, et dirigeait en même temps la paroisse chinoise de Mandalay. Tout en veillant à assurer une vie régulière à l'intérieur de la léproserie, en 1909, M. Jean Bouffanais s'occupait aussi d'un village situé au sud de la léproserie, et qui comptait 19 familles avec 80 personnes. Il y entretenait deux écoles, l'une pour les enfants du village, l'autre pour les enfants des lépreux, et un ouvroir pour les filles. En mai 1912, il s'embarqua pour la France; M. Allard fut chargé de la léproserie Saint Jean où 344 malades étaient soignés.

     

    En 1913, M. Jean Bouffanais fut désigné par les suffrages de Nosseigneurs les Evêques pour prendre place comme Directeur au séminaire de Paris. Il y fut reçu à ce titre, le 7 décembre 1913.

     

    En 1914, il fut touché par la mobilisation. En qualité d'infirmier, il alla des frontières du Nord à celles de l'Est et même à Salonique. En 1919, élu comme secrétaire du Conseil du Séminaire des Missions Etrangères, il fut nommé directeur de l'œuvre des Partants, dont il retraça l'historique dans une conférence, en novembre 1921.

     

    En septembre 1921, à Bièvres, il fut chargé de l'économat, et enseigna la Morale. Le 20 décembre 1921, il fut choisi pour remplir les fonctions d'assistant près du Directeur de la Communauté de Bièvres. En septembre 1922, pour raison de santé, il remit ses fonctions d'économe à M. Adeux.

    Le 22 septembre 1925, remplacé à Bièvres, par M.Jean Fabre de la mission de Canton, M. Jean Bouffanais quitta Paris pour se rendre à son poste d'Assistant du Procureur Général à Rome et de Directeur des Aspirants qui y étaient envoyés pour leurs études. Le 2 novembre 1927, aidé par les 7 aspirants étudiants à Rome, il organisa à la Procure de cette ville, une grande réception en l'honneur de Mgr. Hayasaka, premier évêque japonais, nommé à Nagasaki.

     

    En 1929, M. Jean Bouffanais fut désigné par les Evêques du groupe de l'Indochine Occidentale pour les représenter au Conseil Central de la Société, en remplacement de M. Bernat, décédé. Il quitta Rome, arriva à Paris le 25 avril 1929, et prit ses nouvelles fonctions le 30 avril 1929. Mais en septembre 1929, il dut aller faire une cure à Bains-les-Bains, (Vosges) et se mettre en congé de repos absolu pendant six mois; il résigna sa charge en 1930, et fut remplacé en 1931, par M. Jean Thibaut du Laos. En juin 1930, il assura un interim à la procure de Londres.

     

    En octobre 1934, M. Jean Bouffanais repartit pour Mandalay où il arriva au début de novembre 1934. Mais le 5 novembre 1934, le troisième jour après son retour, il fut frappé par une hémiplégie immobilisant tout son côté droit. Ce fut le commencement d'un douloureux calvaire. Son grand ami, M. Jean Bastide atteint de la lèpre, se révéla à son égard, l'infirmier le plus dévoué, le consolateur le plus avisé.

     

    M. Jean Bouffanais passa plusieurs années cloué sur son lit de souffrance dans cette léproserie Saint Jean qu'il avait dirigée de 1906 à 1912. Il mourut le 28 octobre 1942.

     


    Références biographiques.

    AME 1905 p. 62, 1917 p. 94, 1919 p. 285-86, 1921,p. 26-76-77-79-156, 1928 p. 40, 1929 p. 127-29-224, 1930 p. 179, 1931 p. 43.

    CR -1904 p. 393, 1906 p. 214, 1907 p. 249, 1909 p. 218, 1910 p. 243-44, 1911 p. 223, 1912 p. 270, 1913 p. 307, 1914 p. VI.139, 1919 p. 119, 1921 p. 137,  1922 p. 160, 1925 p. 146, 1928 p. 168, 1929 p. 166-232, 1930 p. 246-78-79, 1935 p. 203, 1947 p. 167-69-347+,

    BME 1922 p. 15-89-218A-524-679, 1923 p. 331, 1925 p. 510-702-14-15-86, 1926 p. 64-127-715, 1927 p. 61, 1928 p. 63-703-68, 1929 p. 319-83-446 1931 p. 237-928, 1935 p. 291-525, 1939 p. 148-583, 1941 p. 21-87-117-497, 1948 p. 249.

    EC1 1, 5, 22, 34, 45, 86, 92, 93, 95, 116, 117, 119, 140, 142, 160, 171, 175, 181, 200, 210, 212, 229, 260, 298, 435+.

    • Numéro : 2805
    • Pays : Birmanie France Italie
    • Année : 1904