Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Baptiste BOUCHO (1797-1871)

Add this

    [350]. BOUCHO, Jean-Baptiste, naquit le 19 mars 1797 à Athos-Aspis (Basses-Pyrénées). Le véritable nom de sa famille était Bouchoou, que l’on transforma successivement en Bouchoo et en Boucho. Après des études assez rapides, il fit sa rhétorique au collège de Saint-Sever, sa philosophie près du curé de son village natal, et commença au grand séminaire de Bordeaux sa théologie. Incorporé au diocèse de Bordeaux, il y fut ordonné prêtre, nous ne savons à quelle date, entra le 9 août 1823 au Séminaire des M.-E., et partit le 2 mars 1824 pour le Siam.

    D’abord envoyé à Georgetown (Pinang), il fut chargé de la paroisse de l’Assomption, où son zèle lui valut un pamphlet d’un protestant anglais. En 1832, il passa quelque temps à Singapore et y obtint du résident, M. Bonham, un terrain pour construire une église­ ; c’est le terrain qui est occupé maintenant par l’école des Frères. En même temps, il prépara un accord que signèrent Mgr Courvezy et le P. Yegros, prêtre du diocèse de Malacca, et qui devait, espérait-on, mettre fin aux difficultés entre les missionnaires français et les prêtres portugais. En 1833, il déclina l’offre qu’on lui fit d’être député de la mission du Siam et directeur du Séminaire des M.-E. Cette même année il fut nommé provicaire. Retourné à Pinang, il fonda la chrétienté chinoise de Batu Kawan, qui pendant un certain nombre d’années fut le centre de l’évangélisation de la province de Wellesley, et qui n’existe plus.

    En 1841, la mission du Siam ayant été divisée en deux vicariats apostoliques, il resta dans celui de la Presqu’île de Malacca (Siam occidental), il fut nommé provicaire en 1842. A la fin de 1843, lorsque Mgr Courvezy partit pour la France, il fut chargé du gouvernement de la mission. Le 3 juin 1845, il fut nommé vicaire apostolique de la Presqu’île de Malacca, et le 10 du même mois, évêque d’Atalie. Son sacre eut lieu à Calcutta le 19 octobre suivant.

    En 1852, il publia les Litteræ pastorales et les Avis particuliers aux missionnaires, ouvrage qu’il composa en collaboration avec Bigandet et Beurel. Il envoya aux îles Nicobar un missionnaire qui ne put y rester à cause de l’insalubrité du climat­ ; il en nomma d’autres à Jong-selang, à Ténassérim, chez les Mantras, et fit plusieurs visites pastorales dont il se montra satisfait. A Singapore, il fonda une école qu’il transporta ensuite dans l’île de Pinang, à Teping Tinggi (1851). Quand M. Beurel eut obtenu que des Religieuses du Saint-Enfant Jésus et des Frères des Ecoles Chrétiennes vinssent dans la mission, l’évêque, de concert avec M. Bigandet, en établit à Pinang où il avait sa résidence.

    Le 19 septembre 1855, il fut nommé administrateur de la mission de Birmanie, qui venait d’être confiée à la Société des M.-E.­ ; il le resta jusqu’en mars 1856. A cette époque, il plaça à la tête de la Birmanie son coadjuteur, Mgr Bigandet, et lui adjoignit plusieurs missionnaires.

    Le 22 juillet 1870, les Lettres apostoliques Ecclesiæ universæ (Jus Pont. de Prop. Fid., vi, 2e part., p. 95) précisèrent les limites des missions de la Presqu’île de Malacca et du Siam. Cette pièce fut mal comprise jusqu’en 1913. On crut que les territoires de Phonchet, Xalong, Takuatung, etc., les petits royaumes de Quedah, Kalantan, Tringanu, Pahang, etc., étaient rattachés à la mission du Siam, c’était une erreur­ ; les Lettres apostoliques les avaient donnés à la mission de la Presqu’île de Malacca­ ; ainsi l’a déclaré la Propagande dans une lettre du 8 mai 1913.

    Mgr Boucho mourut à Datoh-kramat, dans l’île de Pinang, le 6 mars 1871, et fut enterré dans l’église de l’Assomption, à Georgetown, capitale de l’île.

     

    Armes

    D’azur à la croix latine recroisetée d’or, accompagnée de trois étoiles d’argent, deux en chef, une en pointe.

     

    Bibliographie

    — Litteræ pastorales Reverendissimi et Illustrissimi D. D. Joannis-Baptistæ Boucho, Athaliensis episcopi, Peninsulæ Malayensis vicarii apostolici [Suivi des Avis particuliers aux missionnaires]. — Apud J. Lecoffre et socios, bibliopolas, 29, via vulgo dicta du Vieux-Colombier, Parisiis, 1852, in-12, pp. iii-304.

    Hikaiet Elkaniset. (Histoire de l’Eglise). — Orphelinat de l’Enfant-Jésus, Pinang, 1861.

    Id., 2e édit. — Chez Mme T. Piel, Lisieux, 1874, in-16, pp. 132.

    Mgr Boucho composa-t-il cet ouvrage­ ? il paraît certain qu’il y collabora. Il donna l’imprimatur à la 1re édition.

    Voir BIGANDET, Bibliographie, ouvrages en malais, auxquels Mgr Boucho collabora très probablement.

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.-R., 1872, p. 11­ ; 1875, p. 40­ ; 1888, p. 158.

    A. P. F., i, 1822-25, n° vi, p. 87­ ; ii, 1826-27, pp. 304, 311­ ; Ib., Travaux à Pinang, p. 312­ ; iv, 1830-31, p. 211­ ; v, 1831-32, pp. 44, 57, 61­ ; viii, 1835-36, Mort de Vallon et de Bérard chez les Nias, p. 142­ ; xi, 1838-39, p. 532­ ; xviii, 1846, p. 471­ ; xliv, 1872, p. 148.

    A. S.-E., ii, 1848-50, p. 349.

    M. C., iii, 1870, p. 109­ ; iv, 1871-72, Sa mort, p. 106.

    A. M.-E., 1914, p. 72.

    Bull. rel. Bayonne, 1896, p. 2. — Sem. rel. Rennes, 1869-70, p. 444. — Tablet. du clergé, v, 1824, p. 73.

    An anecd. hist., Tab. alph. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Camp. du Cassini, p. 78. — La Presq. de Malacca, pp. 46 et suiv.

    Collect., 12 août 1848­ : n° 1878­ ; 30 sept. 1848­ : n° 1922­ ; 30 nov. 1856­ : n° 2039.

    • Numéro : 350
    • Pays : Thaïlande Malaisie Singapore
    • Année : 1824