Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François BOUCHEZ (1886-1916)

Add this

    M. BOUCHEZ François, né à Troisvilles (Cambrai, Nord), le 7 mars 1886. Entré comme frère coadjuteur au séminaire des Missions-Etrangères le 16 octobre 1911. Agrégé à la Société le 8 décembre 1913. Tué  à l’ennemi, dans la Somme, le 21 octobre 1916.

     

    M. Bouchez avait achevé son service militaire et avait obtenu le grade de sous-officier, quand il entra chez nous avec le désir très réfléchi de se consacrer à notre Société. Il n’est resté dans notre séminaire que trois ans, mais il a laissé à tous le meilleur souvenir.

    Au bout de quelques mois de séjour, vers le commencement de l’année 1912, il remplit l’office de « frère concierge » et s’en acquitta parfaitement. Toujours calme, très maître de soi, il ne montrait jamais la moindre impatience envers les quémandeurs même les plus importuns ; il savait également répondre avec beaucoup de réserve aux questions plus ou moins indiscrètes qui lui étaient adressées. Il apportait dans ses fonctions un ordre et une méthode rares.

    Son esprit de foi était grand ; aussi quelles que fussent ses occupations, il faisait très exactement ses exercices spirituels. Il y avait vraiment en lui l’étoffe d’un très précieux auxiliaire.

    Mobilisé dès le début de la guerre, il partit pour le front, fut bientôt remarqué pour ses qualités solides, et nommé sous-lieutenant au 151e d’infanterie

    Cité une première fois à l’ordre du jour en 1915, il le fut une seconde fois en 1916 (1).

    Tué le 21 octobre dans la bataille de la Somme, il fut jugé digne de la citation suivante à l’ordre de l’armée (2)

     

    « Officier d’un grand calme et d’une rare énergie. Déjà cité deux fois à l’ordre pour sa belle attitude au feu. A été mortellement atteint le 21 octobre 1916, alors qu’il s’occupait de l’organisation d’une position particulièrement difficile. »

    « 18 décembre 1916. Signé : FAYOLLE »

     

    Nous voulons espérer que la Providence suscitera à ce cher et regretté Frère des remplaçants dont notre séminaire a le plus grand besoin.

    (1)  Ann. des M.-E., 1915. nov-déc., nº 106, p. 92 ; 1916, sept-oct., nº 111, p. 179.

    (2)  Ann. des M.-E., 1916, mars-avril, nº 114, p. 224.

     

     

     

    ~~~~~~~

     

     

     

     

     

     

    • Numéro : 3160
    • Pays : France
    • Année : None