Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Victor BOUCHARD (1852-1930)

Add this

    [1460]  BOUCHARD Victor, Donatien, Marie, vit le jour le 3 mai 1852 à La Chapelle-sur-Erdre, dans le diocèse de Nantes (Loire Mar.). Après ses études à Ancenis, il passa au Grand Séminaire de Nantes et fut ordonné prêtre le 29 juin 1876 et fit trois ans de ministère dans son diocèse, après lesquels il entra au Séminaire des Missions Étrangères de Paris, le 8 juillet 1879. Le 1er septembre 1880, il partait pour le Setchoan occidental.

     

    Arrivé en Chine avant la fin de 1880, M. Bouchard fut dirigé sur Tsong-Kin-Tcheou; malgré une santé toujours chancelante, il devait y passer une cinquantaine d'années. À cette époque déjà troublée, il ne dut son salut qu'à l'énergie d'un chef bien disposé envers les chrétiens; mais en 1912 surtout, dans la fièvre du mouvement révolutionnaire, il connut ainsi les plus grands dangers. En 1919, il se trouve toujours à Tsong-Kin-Tcheou : dans toute la région, c'était le pillage accompagné de massacres, d'incendies; c'était la misère généralisée. Le Père Bouchard écrivit alors aux Missions Catholiques et releva ce fait que ses chrétiens avaient tenu à donner une preuve de leur reconnaissance envers la France, Patrie des missionnaires de leur Province, en faisant parvenir leur souscription à la Croix Rouge.

     

    Le Père Bouchard occupa d'autres postes. Il fut aussi supérieur de l'orphelinat. "Jamais, dira-t-il avant de mourir, la pensée de rentrer en France n'effleura son esprit". Toujours il se montra un véritable homme de Dieu : dur et sévère pour lui-même, bon et indulgent pour les autres.

     

    Pour couronner sa belle vie, le Bon Dieu lui réserva de tomber victime du Devoir, au sens strict du mot. Pendant une absence de son vicaire, il dut aller administrer un malade éloigné. Aussitôt qu'il fut de retour, la fièvre le saisit et l'obligea à s'aliter. Huit jours après, le 23 mars 1930, il mourrait dans la 78è année de son âge et la 50è de son apostolat ininterrompu en Chine.

     

    En 1929, M. H. Brenier, dans un article : "À propos de l'Article 71" paru au Journal des Débats, put relever ce fait : "Jamais je n'ai oublié l'accueil émouvant de ce vieux missionnaire, le Père Bouchard, qui ayant quitté la France depuis 36 ans, n'y était jamais retourné et n'ayant jamais vu de Français (sauf ses confrères) faillit littéralement mourir."

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1895 p. 426. 1919 p. 35. 1930 p. 140.

    CR 1880 p. 96. 1907 p. 343. 1912 p. 86. 1915 p. 168. 1926 p. 40. 1930 p. 65. 340. 1948 p. 236.

    BME 1930 p. 368. 652.

    EC1 N° 195.

    • Numéro : 1460
    • Pays : Chine
    • Année : 1880