Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André BONFILS (1843-1877)

Add this

    Nous avons connu la charité de Dieu, écrivait l’Apôtre saint Jean, en ce qu’il a donné sa vie pour nous ; et nous aussi nous devons donner notre vie pour nos frères. (I Ep. III, 16). Fidèle à la recommandation de l’Apôtre bien-aimé, M. Bonfils a ajouté son nom à la glorieuse liste des imitateurs de la charité de notre Dieu et des martyrs du dévouement . C’est dans l’exercice de son ministère apostolique que notre Confrère a contracté les germes de la maladie qui l’a ravi à notre affection.

    M. Dumoulin nous a transmis les détails suivants sur les derniers moments de notre Confrère :

    M. Bonfils vient de nous quitter pour passer à une vie meilleure. Estimé et aimé de ses supérieurs et de ses Confrères , il emporte les regrets de tous, non-seulement à cause de ses qualités de cœur et d’esprit qui rendaient son commerce habituel si agréable, mais encore à cause de ses vertus apostoliques que tous nous avons pu admirer pendant les huits années qu’il a passées au Tong-King.

    Parmi les œuvres nombreuses dont s’occupait M. Bonfils, se trouvait un orphelinat de la Sainte-Enfance . Dans le courant de novembre et de décembre 1877, il y baptisa un grand nombre d’enfants atteints de la petite vérole. Atteint lui-même , il dut garder la chambre dès le 18 décembre . Le 27, lorsque j’arrivai, la maladie avait fait de grands progrès ; néanmoins tout espoir de guérison n’était pas perdu.  Le 28, le mal empira ; le 29, nous lui administrâmes les derniers sacremetns qu’il demandait depuis longtemps, et le 30, à onze heures et demie du matin, il rendait son âme à Dieu.

    Pendant tout le temps qu’a duré sa maladie, M. Bonfils a fait l’admiration de tous ceux qui l’ont approché ; jamais il n’a laissé échapper aucune plainte, et, si quelquefois il lui répugnait d’obéir aux prescriptions du médecin, il nous suffisait de lui dire : Allons, faites ceci, ou bien , prenez cela par obéissance et aussitôt il se soumettait à tout ce qu’on voulait.

    M. Bonfils était né à Saint-Marcellin (diocèse de Lyon), le 10 novembre 1843. Entré diacre au Séminaire des Missions-Étrangères le 26 septembre 1868, il fut ordonné prêtre le 22 mai 1869, et partit pour le Tong-King occidental le 6 juillet de la même année.

     

     

     

    • Numéro : 1013
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1869