Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean BIBOLLET (1879-1955)

Add this

    Jean, Auguste BIBOLLET naquit le 31 mai 1879, à La Giettaz, diocèse d'Annecy, département de la Savoie. L'un de ses frères exerça son ministère pastoral  en Savoie, une de ses soeurs fut religieuse en Inde. Jean fit ses études primaires à La Giettaz et son cycle secondaire à Mélan où il obtint son diplôme de bachelier. Il passa ensuite au grand séminaire d'Annecy et, de 1899 à juin 1904, il y fit sa formation cléricale, et, le 26 mai 1904, fut ordonné sous-diacre.

     

    Le 15 septembre 1904, il entra au séminaire des Missions Etrangères. Diacre le 28 mai 1905, prêtre le 29 juin 1905, il reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouang-Si (Nan-ning) qu'il partit rejoindre le 11 octobre 1905.

     

    En 1906, M.Bibollet fut titulaire du poste de Pe-Se, nouvellement fondé, dans le Nord-ouest de la mission; En 1907, en plus de sa charge pastorale, et à la demande des autorités chinoises, il fut professeur de français à la grande école du gouvernement de cette ville. En 1909, il fut nommé à Ping-Ma où il resta jusqu'en 1915.

     

    En 1911, M.Bibollet rencontra quelques difficultés de la part des autorités chinoises et des lettrés pour la fondation d'une station missionnaire dans la sous-préfecture de Guen-Long-Hien. En effet, les instructions secrètes envoyées par les mandarins supérieurs étaient d' empêcher l'extension de l'influence chrétienne, en utilisant principalement la calomnie contre les missionnaires, et la pratique de mesures vexatoires envers les chrétiens. Mais, n'ayant jamais perdu espoir, M.Bibollet vit la situation s'améliorer considérablement en 1912.

     

    Moblisé en 1915, M.Bibollet fut envoyé en France comme interprète, puis, en 1919, affecté à Bièvres comme professeur de philosophie. Il s'appliqua à acquérir une parfaite maitrise en cet enseignement; dans ce but, à la fin juin 1923, il passa sa licence de philosophie "cum maxima laude" à l'Institut Catholique de Paris. L'année suivante, il prépara l'examen de doctorat en philosophie scholastique à l'Institut Catholique de Paris. Le titre de docteur lui fut conféré en juillet 1924, avec la mention "très honorable". La Philosophie le mit en relation avec M. Jacques Maritain, chez qui il allait de temps en temps, célébrer la messe à Meudon. En 1925, il fut nommé assistant du Directeur de Bièvres, en remplacement de M.Bouffanais.

     

    Le lundi 20 avril 1925, eut lieu une cérémonie de "Départ"; l'allocution fut faite par M.Bibollet qui commenta le souhait liturgique: "Dominus vobiscum". En juillet 1936, il quitta Bièvres et vint à Paris pour apporter son concours, en qualité de secrétaire à l'oeuvre de Saint Pierre Apôtre. Il fut aussi Secrétaire Général et Trésorier de la section française du Comité Catholique de secours aux Chinois victimes de la guerre.

     

    Le 25 mai 1938, à l'occasion d'un triduum en l'honneur du Bienheureux François Jaccard, organisé à Onnion, dans le diocèse d'Annecy, M.Bibollet fit des conférences avec projection, et présenta une exposition missionnaire. En 1938, il assura l'intérim comme représentant au Conseil Central du groupe des Missions de l'Indochine Occidentale en remplacement de M.Thibaud démissionnaire, reparti au Laos le 26 août 1938. En 1940, fut confiée temporairement à M. Bibollet la charge de représentant au Conseil Central du groupe des missions de l'Inde laissée vacante par la démission de M. Bonis-Charancle.

     

    Le 11 juin 1940, à 5h15 du matin, il prit la route pour conduire à Montbeton, avec sa voiture, MM.Robert, supérieur général de la Société, et Chabagno. L'encombrement des routes par le flot des réfugiés fut tel qu'à 9h.30, les trois voyageurs n'avaient parcouru qu'une vingtaine de kms. A Antony, la voiture de M.Bibollet tomba en panne. L'officer gestionnaire de l'hôpital militaire installé dans le séminaire de Bel-Air alerté, ramena les voyageurs à Bièvres. De là, M.Bibollet regagna Paris, où, peu après, il obtint l'autorisation de se servir de son side-car pour se rendre à Meudon, et en ramener légumes et fruits divers. Grâce à lui, on eut aussi des nouvelles de Bièvres.

     

    Le samedi 18 mars 1950, M.Bibollet allait, selon son habitude, prêcher en banlieue, une journée missionnaire. A Champigny, une camionnette accrocha son side-car dont le conducteur s'en tira avec fortes ecchymoses et le radius gauche brisé. Après un court séjour à Salpêtrière, M.Bibollet rentra à la rue du Bac où il resta toujours disponible pour tout service, au guidon de sa machine. En 1953, France-Dimanche, dans son N°35, écrivait : "Ce missionnaire (74 ans) est le doyen des motocars" !

     

    En juin 1954, son état de santé nécessita un séjour à l'hôpital St. Jacques. Revenu à la rue du Bac, il se vit contraint à garder sa chambre, ses forces déclinant rapidement. Le 16 mai 1955, à 19h.15, en sa chambre du 3ème étage, il reçut le sacrement des malades. Le mercredi 24 mai 1955, à 7h.15, M. Jean, Auguste Bibollet  rendit son âme à Dieu.

     

    Ses obsèques furent célébrées le 26 mai 1955, dans la chapelle du séminaire, puis, l'inhumation eut lieu au cimetière Montparnasse à Paris.

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1905 p. 376. 1907 p. 328. 1915-16 p. 93. 1929 p. 167. 1931 p. 137. 1940 p. 96.

    CR 1905 p. 289. 1906 p. 136. 1908 p. 132. 1911 p. 121. 122. 1912 p. 170. 1919 p. 119. 1924 p. 135. 1925 p. 146. 1929 p. 265. 1934 p. 230. 1936 p. 230. 1938 p. 232. 1940 p. 115. 1948 p. 145. 1955 p. 79. photo p. 77.

    BME 1922 p. 15. photo p. 386. 1923 p. 746. 1924 p. 613. 1925 p. 442. 1926 p. 127. 1929 p. 256. 470. 1936 p. 845. 923. 1938 p. 561. 1939 p. 73. 445. 595. 1940 p. 510. 642. 831. 1950 p. 344. 1955 p. 664. 670. 810.

    ECM 1942 p. 47. 121. 1945 p. 217. 1947 p. 81.

    MC 1948 p. 143.

    EC1 N°  1. 17. 46. 65. 84. 98. 113. 169. 178. 219. 298. 343. 381. 382. 389. 398. 399. 404. 423. 426. 443. 458. 480. 580. 582.

     

    • Numéro : 2859
    • Pays : Chine France
    • Année : 1905