Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François BECMEUR (1864-1943)

Add this

    François, Marie, Joseph BECMEUR naquit le 20 avril 1864, à Kerpert, diocèse de St. Brieuc, département des Côtes d'Armor (ex Côtes du Nord). Il fit ses études secondaires au petit séminaire de St.Brieuc.

     

    Le 20 septembre 1883, il entra laïque, au Séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 20 septembre 1884, minoré le 27 septembre 1885, sous-diacre le 26 septembre 1886, diacre le 5 mars 1887, ordonné prêtre le 24 septembre 1887, il reçut sa destination pour la préfecture apostolique du Kouang-Tong (Canton), qu'il partit rejoindre le 30 novembre 1887.

     

    En 1888, Mgr. Chausse envoya M.Becmeur  auprès de M. Chagot, dans la vaste presqu'île de Louy-Tcheou (Loui-Tsiou) pour apprendre la langue, et faire sa formation pastorale. En 1891, au Louy-tcheou, un de ses villages, maisons et chapelle, fut pillé par les voisins. Ainsi, pendant de longs mois, il dut disputer avec le mandarin pour obtenir réparation.

     

    En 1892, dans le Bas Kéyonnais, M.Becmeur aida le Provicaire dans l'administration des chrétientés, et il eût à souffrir de la malveillance des non-chrétiens  En 1893, à l'est de la mission, il prit en charge le district du Wai-Loi (Foui-Lai) et du bas Lok-Fung, partie du littoral occupée par l'ethnie "Hok-Lo". Il fixa sa résidence à Kouy-Tam; mais ses catéchistes, chrétiens et catéchumènes furent souvent maltraités et même jetés en prison.

     

    En 1898, Il acheva l'église de Peh-Né, village qui comptait 500 chrétiens.  Il transporta sa résidence dans cette ancienne chrétienté.fondée au XVIIème siècle. En 1903, une épidémie de peste fit bien des victimes dans les districts de Kit-Yong et de Woui-Lai (Foui-Lai) et dans la chrétienté de Kouy-Tam. Pour répondre sans délai à l'appel des moribonds, M.Becmeur supprima sa tournée de printemps dans l'est de son district. Il écrivait aussi, cette année là, dans son rapport annuel .." Près de 200 catéchumènes, sérieux et bien disposés, me supplient, depuis un an, de leur accorder un catéchiste !.."

     

    En 1908,  M.Becmeur, visita au moins par deux fois, chacune des quinze stations de son district. Le village de Péh-Né comptait 660 chrétiens, malgré une forte émigration vers le Siam ou la presqu'île malaise, en raison des mauvaises récoltes des années précédentes. Pour accueilir des chrétiens désireux de se soustraire aux vexations des païens, il acheta la colline à laquelle est adossé le village de Péh-Né.

     

    En 1910, M.Becmeur commença la construction d'un orphelinat à Péh-Né mais, pour garder son indépendance, il n'accepta pas l'aide proposée par les non chrétiens. Dix nouvelles familles vinrent s'installer dans ce village chrétien. En 1913, il ouvrit une école à Kouy-Tam, mais un centre scolaire florissant confié à six religieuses chinoises  fonctionnait déjà à Péh-Né.

     

    En 1914, la division de la préfecture apostolique du Kouang-Tong donna naissance au vicariat apostolique de Swatow, confié à Mgr.Adolphe Rayssac. M.Becmeur et son district de Péné furent rattachés à cette nouvelle mission. En 1924, une année des moins troublées, son district de Lok-Fung et Foui-lai comptait deux mille six cent cinquante chrétiens distribués en vingt stations. Cinq prêtres chinois en étaient originaires sur les dix que comptait la mission. En 1925, en raison de la vie chère, des troubles politiques, de la prise de pouvoir par les "rouges", de la guerre civile, du brigandage, et de l'insécurité, le mouvement d'émigration des chrétiens reprit. "Depuis 12 mois, écrit M.Becmeur, huit familles entières sont parties; cela fait trente trois familles depuis quatre ans". Et cela continua l'année suivante.

     

    Le 11 janvier 1927, le village de Péné fut attaqué par un groupe communiste de "l'Union des paysans" qui somma les chrétiens de choisir entre le pillage ou l'entrée dans leur "Union". Pendant cinq mois, écrivait M.Becmeur, dans son compte-rendu de 1927, nous avons été encerclés sans communications possibles avec le dehors, sinon par quelques vaillants qui se risquaient la nuit à passer à travers monts et précipices.." Le 16 janvier 1928, le village de Péh-Né, qui comptait un millier de chrétiens, fut attaqué par des bandes extrémistes renforcées par des soldats "rouges" expulsés de Canton, et armés. Les chrétiens résistèrent toute la journée; la nuit venue, les munitions épuisées, ils profitèrent de la dispersion des assiégeants dans les villages voisins, pour s'enfuir. M.Becmeur et ses chrétiens purent ainsi gagner la ville de Foui-Lai. Le lendemain soir, il ne restait plus rien de Péh-Né. Réfugiés à Swatow, un bon nombre de chrétiens s'exilèrent en Malaisie, au Siam et à Saïgon. En mai 1928, M. Becmeur partit pour Malacca rejoindre ses ouailles. De retour le 15 décembre 1928, il revit le pauvre village de Péh-Né, où il trouva une soixantaine de chrétiens qui vivotaient là. Il s'occupa à relever les ruines, à regrouper les chrétiens dispersés. Ils étaient 300 en 1930.

     

    Le 9 décembre 1930, au point du jour, Péh-Né fut encore pillé; vingt deux personnes furent amenées captives. M. Becmeur qui se préparait à célébrer la messe, entendit des coups de feu; il s'échappa, enfila une ruelle, escalada le mur d'enceinte,.et gagna Kap-chi, petit marché à une vingtaine de kms où il avait un oratoire et un pied à terre. Une rançon fut demandée pour la libération des captifs. Pendant cette détention de 3 mois, un vieillard et ses deux fils, et l'instituteur furent fusillés.

     

    En janvier 1932, M.Becmeur participa à la retraite spirituelle à Nazareth.et prit un temps de repos à Hong-Kong pour refaire sa santé. Rentré à Peh-Né, centre de son district, le 31 décembre 1932, il restaura sa résidence, et le 2 juin 1933, reprit possession de sa demeure, mais sa santé laissait fort à désirer. Il estimait à 550 le nombre de ses chrétiens. En 1934, son grand travail fut la reconstruction de l'église terminée en 1937.

     

    Le 21 juin 1939, les japonais occupèrent Swatow, mais Péh-Né resta en zône chinoise. De 1939 à 1945, la région de Péh-Né devint un territoire de guerilla, recevant la visite tantôt des japonais, tantôt des maquis communistes.M.Becmeur mourut à Péh-né le 1 janvier 1943.

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1914 p. 126. 1928 p. 57. 58. 1929 p. 176. 1930 p. 122. 1931 p. 23. 132. 133.

    CR 1887 p. 197. 1888 p. 110. 1891 p. 124. 1892 p. 137. 144. 1894 p. 162. 1896 p. 148. 1897 p. 113. 114. 1901 p. 124. 1902 p. 43. 1903 p. 124. 125. 127. 1904 p. 134. 135. 1907 p. 151. 1908 p. 122. 1909 p. 129. 1910 p. 130. 131. 1911 p. 111. 1913 p. 159. 165. 1915 p. 83. 1916 p. 96. 1917 p. 69. 1918 p. 54. 1919 p. 58. 1920 p. 41. 1921 p. 54. 1922 p. 77. 1924 p. 69. 1925 p. 76. 78. 1926 p. 84. 1927 p. 77. 1928 p. 84. 132. 1929 p. 110. 1930 p. 129. 1931 p. 124. 125. 1933 p. 107. 1934 p. 102. 1936 p. 96. 283. 1937 p. 97. 1947 p. 353.

    BME 1924 photo p. 115. 1927 p. 118. 130. 386. 1928 p. 51. 173. 369. 441. 690. 1929 p. 297. 750. 1931 p. 224. 372. 751. 1932 p. 233. 1933 p. 374. 473. 788. 1937 photo p. 508. 1938 p. 473. 1940 p. 276. 1941 p. 476.

    EC1 N°  433. 434.

     

     

    • Numéro : 1768
    • Pays : Chine
    • Année : 1887