Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Etienne ALBRAND (1805-1853)

Add this

    [398]. ALBRAND, Etienne-Raymond, né le 4 avril 1805 à Saint-Crépin (Hautes-Alpes), élève au petit et au grand séminaire de son diocèse, ordonné prêtre le 19 juin 1829 à Gap, professeur de philosophie au petit séminaire d’Embrun, entré le 3 décembre 1831 au Séminaire des M.-E., partit le 12 mars 1832 pour la mission du Siam. Il évangélisa d’abord, de 1833 à 1835, les Chinois de la ville naissante de Singapore, acheva la chapelle commencée par Mgr Courvezy et qui devint le centre de la paroisse actuelle du Bon-Pasteur, et construisit un petit presbytère. En 1835, il se rendit au Siam et donna une vive et durable impulsion à la conversion des Chinois de Bangkok et des environs.

    Le centre de ses prédications était alors dans la paroisse du Calvaire (Notre-Dame du Rosaire). Il fonda les stations de Juthia, Bang Xang, Savat Rai, Pak Priau, Bang Pla Soi, Petriou, Nakhon Xaisi, et, en 1845, celles de Dong Kabuang et de Ban Mai. Après avoir refusé en 1837 d’être coadjuteur de Mgr Courvezy, son vicaire apostolique, il fut, en 1842, nommé provicaire par Mgr Pallegoix.

    Il quitta le Siam en 1846­ ; sur les conseils de son évêque, Pallegoix, et du procureur de la Société des M.-E. à Macao, Libois, il se rendit au Kouy-tcheou. Cette province, séparée du diocèse de Nankin par le bref E sublimi Sedis (Jus Pont. de Prop. Fid., ii, p. 158), du 15 octobre 1696, confiée à Visdelou qui en devint vicaire apostolique à cette époque, et dont la nomination fut ratifiée par le bref Fraternitatis tuæ (Jus Pont. de Prop. Fid., i, p. 400 et Append., ii, p. 290), du 15 mars 1711, avait été, en fait d’abord, et en droit en 1762, réunie au Se-tchoan. Elle venait d’en être séparée et érigée en vicariat apostolique par le bref Ex debito pastoralis (Jus Pont. de Prop. Fid., v, p. 358), du 27 mars 1846 (et non du 13 août comme il est dit dans la première partie du Mémorial, p. 543). Mgr Desflèches, coadjuteur au Se-tchoan, en avait été nommé vicaire apostolique, mais il exprima le désir de ne pas accepter cette situation, et, quand il eut apprécié les qualités d’Albrand, il le fit nommer à sa place par Mgr Pérocheau, en vertu d’un bref du 13 août 1846. La nomination est du 24 février 1849. Le 18 mars suivant, à Pee-ko-chou (Se-tchoan oriental), Albrand fut sacré évêque de Sura par Desflèches.

    Le nouveau vicaire apostolique travailla activement et hardiment à l’évangélisation, insista près de la Propagande pour la tenue d’un synode à Hong-kong, exprima le désir qu’une Légation pontificale fût établie à Pékin, adressa à Rome plusieurs demandes sur le port du bonnet chinois par les prêtres durant la célébration de la messe, sur l’abstinence et le jeûne pour en diminuer le nombre des jours, sur certains offices dont il désirait la célébration dans son vicariat. Il corrigea, s’il ne composa pas complètement, l’ouvrage Chen kiao li tchen, et le fit imprimer­ ; il ordonna un prêtre chinois, forma plusieurs séminaristes et catéchistes, inaugura les retraites ecclésiastiques dans sa mission, construisit une église à Kouy-yang (Église, évêché, école en 1850, grav., A. M.-E., 1906, pp. 260, 261). Il fonda des chrétientés dans les environs de Hin-y fou, de Hin-y hien, de Kouy-yang. De 1 200 catholiques qui composaient la mission du Kouy-tcheou en 1847, ce chiffre s’élevait, en 1853, à 2 200 environ.

    Albrand mourut à Kouy-yang le 22 avril 1853. En 1854, son corps fut transporté dans un tombeau élevé à Lou-tsong-koan, à 5 kilomètres de la ville, et l’on remarqua que la langue était fraîche et colorée. En 1867, on ouvrit de nouveau son tombeau­ : les chairs de la figure étaient en cendres, la langue seule avait conservé sa consistance, mais elle était noire et desséchée.

    Armes. — D’azur à l’épi de maïs d’argent.

    Bibliographie. — Lou Proucès de la Poulo [Composé par E. Albrand pendant les vacances de 1827]. — Typographie et lithographie Jouglard père et fils, Gap, 1884, in-8, pp. 18 [Extr. du Bull. Soc. d’Educ. Htes-Alpes, 1885, p. 87].

    < AUT > Chén kiáo lì tchén (Preuves de la Religion chrétienne). — La 1re édit. est de 1852. Cet ouvrage a été réimprimé dans plusieurs missions de Chine et traduit dans celles du Tonkin. L’édition chinoise actuelle, reproduite par l’Imprimerie de Nazareth, Hong-kong, 1907, in-12, pp. 92, est celle des PP. Jésuites, revue par le P. Petrus Houang.

    Notes bio-bibliographiques. — C.-R., 1882, p. 41­ ; 1884, p. 118­ ; 1895, p. 238. — A. P. F., viii. 1835-36, Détails sur Singapore, pp. 124, 130­ ; ix, 1836-37, p. 407­ ; xvi, 1844, p. 271­ ; xvii, 1845, Conversions, p. 124­ ; xx, 1848. Etat du Kouy-tcheou, p. 276­ ; xxii, 1850. Un confesseur de la Foi, p. 360­ ; xxv, 1853, pp. 120, 126­ ; xxvi, 1854, p. 72. — A. M.-E., 1914, p. 73. — L’Annonciateur de Gap, Sa mort, 1853, n° du 22 sept.

    An anecd. hist., Tab. alph. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 67 et suiv., 410. — Vie de Mgr Faurie, pp. 93 et suiv., 105 et suiv., 137. — La Franç. pont., ii, p. 711. — Arm. des Prél. franç., p. 242. — Dict. biog. Hautes-Alpes, au nom Albrand, Et.-Raym.

    Collect., 29 janv. 1851­ : n° 262­ ; 9 mars 1851­ : nos 1993, 2036­ ; 21 mars 1851­ : nos 516, 526.

    Biographie. — Vie de Mgr Albrand, évêque de Sura, Vicaire apostolique du Kouy-tcheou, par M. J. Dourif. — Jacques Lecoffre et Cie, libraires, 99, rue Bonaparte, Paris­ ; ancienne maison Périsse frères, Lyon, 1865, in-8, pp. 436.

    • Numéro : 398
    • Pays : Thailande Chine
    • Année : 1832