Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François ALBRAND (1804-1867)

Add this

    [380]. ALBRAND, François-Antoine, cousin germain du précédent, né le 31 octobre 1804 à Saint-Crépin (Hautes-Alpes), élève au petit séminaire d’Embrun et au grand séminaire de Gap, ordonné prêtre le 19 juin 1829, entra le 6 mai 1830 au Séminaire des M.-E., et partit le 16 août de la même année, pour être directeur au Collège général à Pinang. Il fut, de 1833 à 1839, supérieur de cet établissement.

    Député, en 1839, par la mission du Siam, au Séminaire des M.-E., reçu officiellement directeur le 20 mai, il était nommé procureur de la dépense le 17 octobre de la même année. Il fut le promoteur de l’idée d’admettre régulièrement des aspirants, non encore prêtres, au Séminaire des M.-E. qui, jusqu’alors, n’acceptait qu’exceptionnellement ceux qui n’avaient pas reçu l’onction sacerdotale. Il les réunit, en 1841, en une communauté spéciale qui s’installa à Meudon (Lettre du Conseil, 28 mars 1842), dans une propriété nouvellement achetée, et qui sert aujourd’hui de maison de campagne au Séminaire.

    Le 3 décembre 1841, l’évêque de Versailles, Mgr Blanquart de Bailleul, accorda la permission de donner la bénédiction du Saint-Sacrement dans la chapelle de « la maison servant de noviciat ».

    Cette installation ne dura qu’environ une année­ ; mais la réception des séminaristes n’ayant pas encore terminé leurs études fut dès lors pratiquée, et, grâce à ce mode de recrutement, le Séminaire des M.-E. vit augmenter notablement le nombre de ses élèves.

    Le 9 octobre 1843, Albrand fut nommé directeur des aspirants­ ; c’est pour la seconde fois que l’on trouve ce nom d’aspirants dans le registre des élections. De nouveau, il fut désigné pour cette fonction le 18 octobre 1847. Choisi par Mgr Albrand, le 21 mars 1849, pour être procureur de la mission du Kouy-tcheou, il le resta jusqu’en 1855. Le 2 février de cette même année, il fut élu supérieur du Séminaire, réélu le 20 octobre 1856, le 17 octobre 1859, le 12 octobre 1863. Comme cette dernière élection aurait dû avoir lieu en 1862, la suivante se fit deux ans après et non trois, le 16 octobre 1865­ ; Albrand y fut confirmé dans sa charge. Il allait terminer le quatrième triennat de son supériorat, quand il mourut au Séminaire des M.-E., le 6 avril 1867. Il fut enterré au cimetière Montparnasse.

    En 1855, le 8 novembre, il avait écrit au ministère des Affaires-Etrangères pour le prier de recommander à M. de Montigny, plénipotentiaire du gouvernement français en Extrême-Orient, les chrétiens du Siam et de l’Annam. En 1858, il avait été envoyé à Rome par le Séminaire, afin d’expliquer les inconvénients que présentait, pour les missions de l’Inde, le concordat conclu avec le Portugal le 21 février 1857, et signé par le cardinal Camille di Pietro et par Rodrigue da Fonseca Magalhaens. Il a laissé des résumés manuscrits de ses conférences spirituelles et de ses sermons. Il réédita avec des corrections, des augmentations, des notes, la théologie de Thomas de Charmes, qui fut suivie au Séminaire des M.-E. jusque vers 1880.

    Bibliographie. — Rev. Patr. Thomæ ex Charmes ord. capucin. ss. theol. profess. Theologia dogmatica cui suis locis interjectæ accesserunt annotationes et additiones asteriscis distinctæ necnon tractatus de divinâ ac supernaturali revelatione, opera F.-A. Albrand, superioris Seminarii parisiensis Missionum ad Exteros, ad usum sacræ theologiæ candidatorum. — Apud Ludovicum Vivès, bibliopolam, 23, via vulgo dicta Cassette, Parisiis, 1856, 4 vol. in-12, pp. xxxii-647, 654, 652, 628.

    Cet ouvrage fut publié en entier sous le titre suivant­ :

    Thomæ ex Charmes ord. capucin. S. S. theol. profess. Theologia universa quoad partem dogmaticam adaucta annotationibus et additionibus necnon tractatu de divinâ ac supernaturali revelatione­ ; quoad partem moralem ad sententias ligorianas funditus reducta, opera F.-A. Albrand, superioris Seminarii parisiensis Missionum ad Exteros, ad usum sacræ theologiæ candidatorum, a romanis censoribus approbata. Secunda editio. — Apud Ludovicum Vivès, bibliopolam, 5, via vulgo dicta Delambre, Parisiis 1859, 8 vol. in-12, pp. xxxii-647, 654, 579, 484, 500, 596, 672, 522. — 2e édit., 1861. Cette 2e édition a été réimprimée en 1864 et en 1871.

    Notes bio-bibliographiques. — C.-R., 1855-66 [autographiés, signés par lui et par tous les directeurs du Séminaire]. — C.-R., 1898, p. 266. — A. P. F., viii, 1835-36, p. 134­ ; xxxii, 1860, Rapport des directeurs du Séminaire des M.-E. sur les désastres des chrétientés annamites, p. 329­ ; xxxiii, 1861, p. 417­ ; xxxv, 1863, Sur l’état actuel des chrétientés annamites, p. 320­ ; xxxix, 1867, p. 330. — M. C., i, 1868, p. 39. — T’oung-pao, 2e sér., x, 1909. Lettre au Ministre des Affaires-Etrangères, 8 nov. 1855, p. 51 [Tirage à part­ : La politique coloniale, p. 37].

    Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Inde, Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Hist. miss. Thibet, Tab. alph. — Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 283, 425. — La Rel. de Jésus, i, pp. 204, 214 et suiv., 260, 279, 386, 477 et suiv., 518 et suiv., 534 et suiv., 567 et suiv. — La Franc. pont., ii, p. 743. — Dict. biog. Hautes-Alpes, au nom Albrand, Fr.-Ant.

    Collect., 19 juill. 1855­ : n° 1676­ ; 18 janv. 1857­ : n° 169­ ; 27 nov. 1857­ : n° 2102­ ; 5 janv. 1862­ : nos 559, 581, 2076, 2103­ ; 13 avril 1863­ : n° 860­ ; 6 août 1863­ : nos 89, 2077, 2078, 2105­ ; 11 août 1864­ : n° 2106.

    Portrait. — Peint à l’huile, est au Séminaire des M.-E. — Le Bx Th. Vénard, p. 338.

    • Numéro : 380
    • Pays : Malaisie France
    • Année : 1830