Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Auguste ABONNEL (1854-1930)

Add this

    [1396]  ABONNEL Auguste, naquit le 16 octobre 1854 à St Bonnet-en-Champsaur, dans le diocèse de Gap (Htes Alpes). Entré laïque au Séminaire des Missions Étrangères le 15 septembre 1872, il fut ordonné prêtre le 21 septembre 1878 et partit le 4 novembre de la même année pour la Cochinchine occidentale, où l'avait précédé en 1870 son frère aîné Jean-Guillaume (Matr.1058). De celui-ci, massacré par les rebelles dans l'accomplissement d'un acte de dévouement, il ne devait trouver que la tombe, mais aussi l'exemple du sacrifice.

     

    Arrivé à Saigon à la fin de 1873, le nouveau missionnaire alla étudier la langue annamite à Caimong. Au bout d'un an, il passa à Mac Bat, près de l'endroit où périt tragiquement son aîné en 1872. En janvier 1880, il fut nommé professeur au Grand Séminaire et y resta jusqu'en janvier 1891. Le poste de Co-cong lui fut alors confié. il n'y trouva que peu de chrétiens, mais c'est là qu'il se dépensa pendant près de 40 ans. Nonobstant les difficultés inhérentes à la fondation et au développement des nouvelles chrétientés, il se mit de tout coeur à la tâche. Malgré de violents et dangereux accès de fièvre, il tint bon et de son labeur résultèrent de nombreux fruits de salut.

     

    En 1928, il lui fut donné de célébrer ses noces d'or sacerdotales. Au commencement de 1930, il dut quitter définitivement Co-cong pour se retirer à l'infirmerie du Séminaire. C'est là qu'il se prépara au Grand Passage. La plus grande partie de ses journées était consacrée à des lectures pieuses et à la récitation du Rosaire. La célébration personnelle du St Sacrifice lui devint bientôt impossible, mais il fut heureux de pouvoir assister à la Ste Messe et communier chaque matin. Ainsi préparé, c'est avec confiance que le 27 août 1930, il rendit son âme à Dieu, dans la 76è année de son âge et la 52è de son sacerdoce. Il laissait un grand district bien organisé et comptant 6 chrétientés avec 1600 fidèles environ. Sa grande consolation, à la fin de sa vie, c'était la pensée des milliers d'enfants de païens, qu'il avait baptisés à l'article de la mort.

     

     

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1930 p. 218.

    CR 1878 p. 55. 1892 p. 183. 184. 1896 p. 221. 1897 p. 181. 1899 p. 217. 218. 1901 p. 165. 166. 1903 p. 198. 1905 p. 171. 1911 p. 168. 169. 1913 p. 225. 1921 p. 88. 1928 p. 117. 1929 p. 156. 1930 p. 179. 180. 181. 341.

    BME 1925 p. 115. 1927 p. 256. 743. 1928 p. 632. 1929 p. 250. 1930 p. 673.

    EC1 N° 204.

    • Numéro : 1396
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1878