Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Gustave WILLIATTE (1872-1944)

[2240]. WILLIATTE Gustave (1872-1944) né le 2 mai 1872 à Auberchicourt (Nord), admis au Séminaire des M.-E. le 13 septembre 1893, or-donné prêtre le 28 juin 1896, partit pour le Kouy- tcheou le 26 août 1896. Il étudia la langue chinoise à Kwei-yang, puis fut envoyé à Yang-tsin, chez les Dioy. En 1899, il s'installa dans la ville de Tsé-hen, au cur du pays dioy. En 1911, il fut chargé du probatorium de King-kia-tchong. Après un congé en France en 1927, il reprit en 1929 sa
Add this

    Gustave, Joseph WILLIATTE naquit le 8 mai 1872, à Auberchicourt, à 12 kms de Douai, diocèse de Cambrai, département du Nord. La famille comptait quatre fils. Il fit ses études primaires à Aniche, chez les Frères des Ecoles Chrétiennes. Bien que de santé délicate, il entra en classe de sixième en 1886. Alors qu'il était en classe de seconde, il fit part de son désir de partir en mission à sa marraine, religieuse bénédictine à Estaires. Mais son père ne lui permit pas de mettre ce projet à exécution. En juin 1892, sa mère mourut, quatre mois plus tard son père décéda. Il passa l'année 1892-93 au grand séminaire de Cambrai, où il reçut la tonsure le 30 juin 1893.

     

    Le 13 septembre 1893, M.Williatte entra au séminaire des Missions Etrangères. En raison de sa santé chancelante, il s'adapta difficilement à la vie de communauté à Bièvres. Minoré le 22 septembre 1894, sous-diacre le 21 septembre 1895, diacre le 19 février 1896, il fut ordonné prêtre le 28 juin 1896, et reçut sa destination pour le vicariat apostolique du Kouy-tcheou qu'il partit rejoindre le 26 août 1896.

     

    Pendant quelques mois, M.Williatte étudia la langue chinoise à Kwei-yang, puis fut envoyé par Mgr. Guichard dans la partie sud-ouest de la mission, peuplée de différents groupes ethniques. Il débuta à Yang-tsin, chez les "Dioys" où tout était à faire. Il bâtit une résidence en bois,et apprit la langue Dioy. En 1899, pour avoir des relations plus faciles avec les villages des alentours, il s'installa dans la ville de Tsé-hen, bâtie au sommet d'une montagne, au cœur du pays Dioy, dans la préfecture de Hin-y-fou. Selon le compte rendu de cette année là, il "a dû multiplier ses bergeries, en attendant la multiplication des bergers. Agneaux et brebis, il en a, lui tout seul, 7.000 qui soupirent après le bain salutaire des eaux baptismales.." En décembre 1902, en son absence, les soldats de Ou-ta-jen chargés d'exterminer les pirates, s'installèrent de force dans son église, prirent et brûlèrent quantité de matériaux.

     

    En 1905, M.Williatte fit l'impossible pour établir des écoles dans chaque station de son district; l'année suivante, il se félicitait de son école de filles de Pin-ouy, malgré des menaces de troubles et de persécutions. A la station de Ouy-hiong, il s'occupa de pauvres, de goitreux, de déshérités de la nature. En 1907, M.Esquirol et lui-même publièrent ensemble un "Dictionnaire Y-jen", imprimé à Nazareth, Hong-Kong, En 1909, la maladie l'empêcha de visiter tout son district. Cette même année, l'Académie des Inscriptions et des Belles-Lettres, decerna à M. Esquirol et à lui-même, le prix Stanislas Julien pour leur "Essai de dictionnaire Dioi-Français", ouvrage de 669 pages, imprimé à Nazareth, Hong-Kong, l'année précédente.

     

    En 1911, M. Williatte fut appelé à prendre la direction du "séminaire dioy", probatorium établi en 1909, à King-kia-tchong, près de Hin-Y-fou (Lan-long) et qui comptait alors 14 élèves, tous appartenant à cette ethnie. En 1915, dix de ses élèves furent dirigés vers le petit séminaire de Kwei-yang. Sur plus de deux cents élèves dioy, onze devinrent prêtres. Par un bref du 18 février 1922, furent érigés d'abord la Préfecture Apostolique de Lan-long (Hin-y-fou), puis en 1927, le vicariat apostolique de Lan-long (Anlong) confié à Mgr. Carlo. En 1922, l'école préparatoire de M. Williatte comptait 23 élèves, malgré l'attaque de Lan-long, en avril 1922, par des groupes rebelles venus du Kouang-si .

     

    En mars 1927, une grave sinusite obligea M.Williatte à aller se soigner à Hong-Kong. Attaqué et poursuivi par les pirates, alors que sa caravane traversait le Yun-nan, il essuya deux coups de feu tirés sur lui presqu'à bout portant. Il arriva sain et sauf à Yun-nan-fou, où il passa les fêtes de Pâques, puis à Hong-Kong; là, les médecins l'envoyèrent refaire sa santé en France où il arriva en juin 1927.

     

    Rétabli, et muni d'un brevet de sourcier, il s'embarqua à Marseille, pour Lan-long, le 28 octobre 1928; arrivé à Yun-nan-fou le 24 décembre 1928, il reprit aux premiers jours de janvier 1929, sa charge de supérieur et de professeur à Kin-kia-tchong. Le dimanche 12 juillet 1931, il eût la joie de voir six jeunes gens, dont cinq "Dioy", les "premiers-nés du probatorium", ordonnés prêtres à Kwei-yang, par Mgr. Carlo. En octobre 1934, se sentant fatigué, il remit à M. Signoret, pour un temps, la charge de supérieur du probatorium, tout en enseignant et en restant son aide et son conseiller.

     

    En avril 1935, lors de l'avance foudroyante des troupes communistes, il dût d'abord fuir à Yun-nan-fou ainsi que Mgr.Carlo et d'autres missionnaires; puis, en mai 1935, il gagna Hanoï pour aller se reposer à Hong-Kong. A son retour, il passa à Tsé-hen, son ancien district, assista au pillage de la ville et de la mission, par les bandits du nord du Kouang-si entrés en ville au petit jour, pendant que lui-même et les PP. Hia, Mong son vicaire, célébraient la messe. Sous la menace des fusils, ils furent délestés de leur argent et autres objets divers. Cependant, dans le feu des combats, ils réussirent à s'enfuir. Enfin, le 24 juillet 1935, M. Williatte, accompagné du P.Mong, arrivèrent à Lan-long. Le 8 septembre 1935, jour de clôture de la retraite annuelle des missionnaires, on fêta les vingt-cinq ans de supériorat de M. Williatte au Probatorium de Kin-kia-tchong. Le 2 avril 1936, les armées communistes étant rentrées dans la mission de Lan-long, le séminaire fut licencié et M. Williatte se réfugia à Pe-seh, pendant quelques semaines.

     

    En 1942, M.Williatte fatigué, ayant remis la direction de la maison à M. Mourgue, continua malgré son grand âge, à assurer les cours de latin et de mathématiques au probatorium. Le 26 novembre 1944, pendant qu'il célébrait sa messe, il s'affaissa sur une chaise, sans pouvoir parler. Le 29 novembre 1944, après avoir reçu, à 14 h., le sacrement des malades, des mains de Mgr. Carlo, il demanda à fumer une pipe. Ce même soir, à 22 heures, très calmement, il rendit son âme à Dieu

     

    Le 2 décembre 1944, ses funérailles se déroulèrent à la chapelle du probatorium, devant une très nombreuse assistance. Il fut inhumé auprès de M. Joseph Esquirol, tout près de son probatorium - petit séminaire.

     

    Bibliographie :

     

    "Essai de dictionnaire dioi-français reproduisant la langue parlée par les tribus thai de la haute rivière de l'Ouest" par Joseph Esquirol et Gustave Williatte, de la Société des Missions Etrangères; suivi d'un vocabulaire français-dioi.-

    Hongkong : impr. de la Société des Missions Etrangères, 1908 -LVI- 669 p. : 1 pl. dépl.; 23 cm.

     

    "Dictionnaire Y-jen" par MM.Esquirol et Williatte, missionnaires du Kouy-tcheou.- Hongkong : Impr.de la Société des Missions Etrangères. [1907]

    Références bio-bibliographiques

    AME 1896 p. 580. 1910 p. 126. 128. 160. 191. 308. 1912 p. 100 (art.). 321 (art.). 1915-16 p. 79 (art.). 116 (art.). 1917-18 p. 54. 1922 p. 158. 198. 218. 220 (art.). 1928 p. 13 (art.). 65 (art.). 1932 p. 34.

    CR 1896 p. 332. 1899 p. 141. 1900 p. 121. 1901 p. 115. 1902 p. 127. 1903 p. 112. 114. 1904 p. 128. 1905 p. 101. 1906 p. 111. 1908 p. 114. 1909 p. 119. 1910 p. 115. 1911 p. 103. 105. 1916 p. 89. 1917 p. 63. 1920 p. 37. 1922 p. 70. 1923 p. 80. 1924 p. 63. 1925 p. 71. 1927 p. 68. 69. 1930 p. 115. 116. 1935 p. 85. 87. 1936 p. 265. 266. 325-327. 1938 p. 93. 1939 p. 84. 1947 p. 139. 256. 1951 p. 154. 155.

    BME 1924 p. 499. photo p. 732. 1926 p. 602. 1927 p. 378. 429 (art.). 549. 1928 p. 309. 1929 p. 48. 107. 112. 177. 241. 434. 1932 p. 181. 617. 1933 p. 372. 1934 p. 789. 1935 p. 52. 427. 432. 439. 513. 592. 662. 738. 803. 1936 p. 365. 367. 449. 520. 1937 p. 129. 354. 432. 439. 591. 1938 p. 184. 1939 p. 348. 725. 791. 1941 p. 102. 1948 p. 24. 1955 p. 818.

    MC 1919 p. 399. 400. 1920 p. 27. 273. 1932 p. 39.

    EC1 N°  135. 136. 155. 438.

     

     

    Bibliographie

    "Essai de Dictionnaire Dioi-Français", Esquirol et Williatte. 1908, 669 pages.

    • Numéro : 2240
    • Pays : Chine
    • Année : 1896