Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Edmond WALLAYS (1842-1925)

[ 880 ] WALLAYS Edmond Missionnaire Procures - Penang --------------- Edmond WALLAYS naquit le 31 août 1842 à Leffinghe, au diocèse de Bruges, province de la Flandre occidentale, Belgique.
Add this

    Edmond WALLAYS naquit le 31 août 1842 à Leffinghe, au diocèse de Bruges, province de la Flandre occidentale, Belgique.
    Le 12 septembre 1862, il entra laïque au séminaire des Missions Etrangères, où il eût pour condisciple et ami Just de Brétenières. Il fut le premier belge qui, dans la seconde partie du XIXème siècle, demanda à être admis dans la Société des Missions Etrangères.. Tonsuré le 30 mai 1863, minoré le 19 décembre 1863, sous-diacre le 21 mai 1864, diacre le 17 décembre 1864, il fut ordonné prêtre le 10 juin 1865, et il reçut sa destination pour le service des Procures. Le 15 août 1865, il partit pour Shanghai comme assistant-procureur.

    Arrivé à la procure de Shanghai, M.Wallays fit sa formation d'assistant-procureur sous la direction de M.Cazenave, premier titulaire de cette maison. Puis, en 1866, il fut nommé directeur au Collège Général de Penang. Chargé d'abord du cours de philosophie, il se sentit bientôt plus de goût pour l'enseignement de la langue latine, et permuta avec un confrère. En tant que responsable du soin de la chapelle et de la sacristie du Collège, il lui revint d'assurer les cours de liturgie. De plus, à cette époque, chaque professeur, devant apprendre une des langues parlées par les élèves selon les nationalités, il étudia le viêtnamien et le thailandais. Ainsi, en 1902, il visita, à plusieurs reprises, les chrétiens thais de l'île Jong-Selang. Directeur de la Congrégation de la Ste Vierge, il fut le bras droit de M. Laigre-Filliatrais, supérieur du Collège de Penang de 1866 à 1885.

    M.Wallays prit l'initiative de demander à Mgr. Van Camelbeke les restes précieux du P. Paul Chau, chargé du séminaire de sa mission, martyrisé au Binh-Dinh, en 1862, et ancien élève du Collège Général. M. Hab, missionnaire de la communauté indienne à Penang, revenant de Hong-Kong, reçut à Saïgon, la caisse contenant ces ossements. En 1884, vers la fête de l'Immaculée Conception, celle-ci fut déposée dans un petit sarcophage tout de granit, sous le sol de la chapelle du Collège. Ainsi, ces reliques furent sauvées de la destruction, car en juillet 1885, lors de la révolte des lettrés, l'évêché, la sacristie et l'église de Langson furent pillés et entièrement incendiés.

    Le 15 avril 1885, M.Laigre-Filliatrais mourut. Trois mois plus tard, le Séminaire de Paris désigna M. Wallays comme nouveau supérieur du Collège Général. Sa première œuvre importante fut d'édifier le bâtiment central et la seconde aile du Collège Général. Le 15 janvier 1891, Mgr. Mutel, vicaire apostolique de la Corée, en route vers sa mission, bénit le corps de logis reliant les deux ailes du Collège précédemment bâties. Mais M.Wallays, supérieur de la maison était absent, car, en 1890, souffrant d'une maladie du foie, il fut contraint d'aller se soigner en France. Le 2 décembre 1891, bien rétabli, et amenant avec lui un nouveau collaborateur, il reprit sa charge de supérieur du Collège Général.

    En 1894, Le Collège Général ne comptait plus que 15 élèves. Cette diminution des effectifs était principalement dûe au fait que la paix régnant alors dans la plupart des missions, les vicaires apostoliques avaient créé et développé leur séminaire propre. En avril 1894, devant cette situation dont il souffrait beaucoup, M. Wallays, fatigué et découragé, donna sa démission. Mais, à l'unanimité, ses confrères demandèrent et obtinrent son maintien dans sa charge de supérieur de la maison. Mais le nombre des élèves augmenta de nouveau. Il étaient 32 en 1913, 45 en 1915, mais 125, en octobre 1925. .

    A la fin de 1916, après 31 ans de supériorat, M. Wallays donna sa démission; puis, après une année passée à Nazareth à Hong-Kong, où il ne pût s'adapter à un climat trop différent de celui de Penang, il revint occuper sa chambre au Collège Général. Les années passant, il dût renoncer à la lecture, connut l'épreuve de la surdité, puis ses jambes lui refusèrent tout service. Le 11 juin 1925, il fêta ses noces de diamant.

    Avec les professeurs et les élèves, en juillet 1925, il se rendit à Mariophile pour le temps des vacances. Vers le 20 juillet 1925, suite à une chute malencontreuse, son état de santé s'aggrava.rapidement. C'est là qu'il s'éteignit doucement le dimanche 26 juillet 1925, vers 8 heures du matin. Le lendemain, on ramena son corps au Collège; Mgr. Perrichon, coadjuteur de Malacca, présida les funérailles.

    Références bio-bibliographiques

    AME 1925 p. 200. CR 1875 p. 40sq. 1880 p. 92. 1885 p. 133. 134. 1887 p. 189. 1890 p. 206. 1891 p. 232. 1898 p. 218. 1901 p. 207. 271. 1902 p. 222. 295. 1903 p. 301. 1905 p. 272. 1907 p. 235. 1909 p. 251. 1910 p. 292. 1911 p. 266. 1916 p. 152. 1917 p. 147. 1918 p. 125. 1925 p. 145. 197. 1926 p. 191. 1927 p. 176.

    BME 1923 p. 663. 1925 p. 584. 647. 1934 p. 825. 828. 829. 1955 p. 924. 1956 p. 1019. 1957 p. 411.

    EC1 N° 90.

    EC2 N° 73P105.

    • Numéro : 880
    • Pays : Chine Malaisie
    • Année : 1865