Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Clément VULLIEZ (1873-1919)

VULLIEZ Clément (1873 - 1919) [2297] VULLIEZ Clément était un savoyard pur sang. Né à La Baume, au diocèse d'Annecy le 18 juin 1873, il montra de bonne heure des signes de vocation. Après sa première communion, il entra au petit Séminaire où il fit toutes ses humanités. Désirant être missionnaire, c'est le 16 septembre de l'année 1972 qu'il entra au Séminaire de Bièvres.
Add this

    [2297] VULLIEZ Clément était un savoyard pur sang. Né à La Baume, au diocèse d'Annecy le 18 juin 1873, il montra de bonne heure des signes de vocation. Après sa première communion, il entra au petit Séminaire où il fit toutes ses humanités. Désirant être missionnaire, c'est le 16 septembre de l'année 1972 qu'il entra au Séminaire de Bièvres.

     

    Après les années de philosophie, il fit son service militaire, puis il revint à Paris, à la rue du Bac, pour se préparer à la prêtrise. En juin 1897, il était ordonné prêtre et recevait sa destination pour la Birmanie septentrionale (Mandalay).

     

    À son arrivée en Mission en 1897, le Père Vulliez fut accueillit par Mgr. Usse à bras ouverts. Après quelques mois passés à l'évêché, le Père fut mis à la tête du Séminaire Saint Louis. En même temps, il remplissait l'emploi de procureur de la Mission. Il en fut ainsi pendant deux ans. En 1900, après le départ de Mgr. Usse pour la France, le Père Vulliez fut envoyé à Yamathin où se trouvait une population catholique composée surtout d'employés du chemin de fer. Il parlait l'anglais bien sûr, mais cela ne lui offrait aucune occasion d'apprendre le birman pourtant si nécessaire.

     

    À la fin de 1903, après avoir approfondi le birman, le Père fut envoyé à Myaukaing, sur les bords du Myitgne, peuplé surtout de nouveaux convertis. Il accompagna avec soin et zèle ses chrétiens. Il demeura avec eux pendant cinq ans. En novembre 1908, Mgr. Foulquier le désigna pour le poste de Chanthaywa. Il y restera jusqu'à sa mort. Il s'occupa surtout de la jeunesse, il ouvrit une école de filles en janvier, puis un dispensaire. L'avenir promettait d'être fructueux.

     

    Mais en février 1919, le Père Vulliez tomba malade. On fit appel à un docteur qui vint de Mandalay. Le 1er mars, après un voyage fatiguant et long, le Père arrivait à Mandalay. Avant de partir, il avait reçu de son voisin, le Père Couillaud, les derniers sacrements. Vu son état le 6 mars, il partit pour Rangoon avec le docteur. Admis à l'hôpital, il y fut opéré d'urgence. Mais dès le 10 mars, il n'y avait plus d'espoir. Il mourut à Rangoon le 12 mars.

     

    Ses obsèques eurent lieu à la Cathédrale de Rangoon. Le Père Vulliez repose au milieu de ses confrères de Rangoon, loin de sa Mission, mais en terre birmane pour laquelle il avait tout donné.

     

     

     

    Références biographiques

    AME 1897 p. 772. 1919-20 p. 144.

    CR 1897 p. 229. 277. 1900 p. 203. 1901 p. 214. 1903 p. 245. 1906 p. 216. 1907 p. 250. 251. 1909 p. 215. 1910 p. 245. 246. 1911 p. 224. 1919 p. 102. 189. 1920 p. 121. 1927 p. 193. 1930 p. 326.

    MC 3 avril 1903. 1910 p. 328. 329. 363.

     

    • Numéro : 2297
    • Pays : Birmanie
    • Année : 1897