Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Etienne VIVIER (1842-1898)

[997]. VIVIER, Etienne, né le 22 janvier 1842 à Cerre-lès-Noroy (Haute-Saône), fit ses études classiques au petit séminaire de Luxeuil, et ses études théologiques au grand séminaire de Besançon. Il entra laïque au Séminaire des M.-E. le 17 octobre 1865, fut ordonné prêtre le 6 juin 1868, et partit le 16 août suivant pour la Cochinchine orientale. Il étudia la langue à Go-thi, passa quelques mois plus tard au petit séminaire de Lang-song pour y être professeur et bientôt supérieur ; à ce travail, il adjoignit peu après l'administration de ce district.
Add this

    [997]. VIVIER, Etienne, né le 22 janvier 1842 à Cerre-lès-Noroy (Haute-Saône), fit ses études classiques au petit séminaire de Luxeuil, et ses études théologiques au grand séminaire de Besançon. Il entra laïque au Séminaire des M.-E. le 17 octobre 1865, fut ordonné prêtre le 6 juin 1868, et partit le 16 août suivant pour la Cochinchine orientale. Il étudia la langue à Go-thi, passa quelques mois plus tard au petit séminaire de Lang-song pour y être professeur et bientôt supérieur­ ; à ce travail, il adjoignit peu après l’administration de ce district. Il répara quelques chapelles, et agrandit le séminaire. Il composa une grammaire annamite-latine, dont le manuscrit devait être détruit avant d’avoir été imprimé, pendant la persécution de 1885.

    De Lang-song, il passa au district de Phu-thuong, dans le Quang-nam, et rendit un réel service à la population en développant la culture du thé. Il devint ensuite supérieur du grand séminaire de Nuoc-nhi. Deux ans après, on lui confia le district de Xom-nam, près de Go-thi. Chassé par la persécution en août 1885, il conduisit à Qui-nhon, au péril de sa vie, les chrétiens de sa paroisse­ ; il en emmena ensuite un grand nombre à Saïgon où il s’ingénia à leur procurer du travail.

    En 1887 et durant les années suivantes, il releva les ruines des paroisses de Xom-nam et de Go-thi, reconstruisit l’église de ce dernier poste qui fut bénite en 1897, et fonda plusieurs stations, particulièrement celle de Binh-lam, qu’il dota d’une chapelle. Le 4 février 1898, il mourut à Go-thi (Binh-dinh) et fut inhumé dans l’église.

     

    Notes bio-bibliographiques

    C.-R., 1877, p. 32­ ; 1885, pp. 86, 237­ ; 1887, p. 146­ ; 1888, p. 150­ ; 1889, p. 148­ ; 1890, p. 118­ ; 1896, p. 198­ ; 1897, p. 168.

    A. P. F., l, 1878, p. 291.

    M. C., xi, 1879, Famine et inondation, p. 162­ ; Ib., p. 557.

    — Sem. rel. Besançon, 1894, p. 621. — Assoc. des anc. maît. et él. Luxeuil, 1900, p. 39.

     

    Biographie

    — Notice sur le Père Vivier, missionnaire en Cochinchine, par le chanoine J. Rossignol, curé de Sainte-Madeleine à Besançon [Extrait du Compte-rendu de la dernière réunion des anciens maîtres et élèves du séminaire de Luxeuil, 1901]. — Imprimerie de Paul Jacquin, Besançon, 1901, in-8, pp. 32.

    • Numéro : 997
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1868