Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Eugène VILLENEUVE (1877-1932)

[ 2520 ] VILLENEUVE Eugène, Joseph,Denis Missionnaire Cochinchine Occidentale - Saigon --------------
Add this

    [2520] Eugène, Joseph, Denis VILLENEUVE  naquit le 12 Octobre 1877, au hameau dit  " LE ROC", ferme  adossée au flanc d'une haute colline, paroisse de SAINT-SERNIN-sur-RANCE, diocèse de RODEZ, département de l'AVEYRON. Il était le quatrième de huit enfants ; son frère, Pierre, Emile né le 29 décembre 1871 sera missionnaire mep  à Moukden. Du côté paternel, on comptait trois tantes religieuses, missionnaires à DAKAR et au GABON, et du côté maternel, neuf prêtres et quatre religieuses !

     

    Il fut d'abord berger, et travaillant à la ferme paternelle, il fréquenta irrégulièremnt l'école primaire de son village ; en 1890, il rentra au Petit Séminaire de BELMONT où il fut un élève travailleur. Il passa trois ans dans cette maison, puis, grâce à l'aide de M.DELPECH, Supérieur du Séminaire des Missions Etrangères, il continua ses études secondaires chez les Pères de Notre-Dame de Sion à ISSY pendant deux ans.

     

    Le 15 Août 1895, le jour même du départ de son frère Emile pour la MANDCHOURIE, il entra laïque au Séminaire des Missions Etrangères. Là, sa forte constitution, sa voix magnifique, son activité exhubérante, son talent d'adaptation lui valurent d'occuper certaines charges parmi les aspirants.  Tonsuré le 26 Septembre 1896, Minoré le 26 Septembre 1897, Sous-Diacre le 23 Septembre 1899, Diacre le 10 Mars 1900, il fut ordonné prêtre le 24 JUIN 1900, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale (Saigon) qu'il partit rejoindre le O1 Août 1900.

     

    Arrivé à SAIGON le 05 Septembre 1900; Mgr. MOSSARD le nomma vicaire à la Cathédrale, puis en  Décembre 1900, il l'envoya à PENANG apprendre la langue tamoule, qu'il parla admirablement. En octobre 1901, M. VILLENEUVE reprit son poste à la Cathédrale de Saigon, et fut spécialement chargé de la Communauté Indienne établie en Cochinchine.

     

    À la fin de 1902, il fut envoyé à THUDAUMOT, à 30 kms de SAIGON, pour aider Mr. POINAT, tout en s'occupant des Indiens à SAIGON. A la fin de 1904, il fut obligé de se rendre à HONG-KONG, durant quelques mois, pour refaire sa santé. De retour, en avril 1905, il reprit ses fonctions à la Cathédrale et auprès des Indiens.

     

    En 1907, Il fut nommé professeur de 3ème au Séminaire de SAIGON.    assurant outre ses cours, les catéchismes et confessions des élèves des Soeurs de St.Paul de Chartres, et son ministère auprès des Indiens, et des membres  du Tiers-Ordre du Carmel. S'y ajoutaient encore les nombreuses et joyeuses visites qu'il rendait aux confrères des environs.

     

    En 1910, un mouvement de conversions se déclara dans le district de MYTHO ; M. VILLENEUVE reçut en charge six ou sept chrétientés en formation sur les rives du Mékong. Il se soucia de créer des revenus, pour chacune d'elles, menant personnellement une vie très pauvre. En très peu de temps, de par son comportement, il fut connu de tout le monde, et exerça sur tous une influence profonde et durable.

     

    En  Janvier 1912, il revint au service des Indiens et de la Cathédrale de SAIGON. Fatigué,souffrant de fortes varices et de dysenterie, dans le courant de 1913, il dût rentrer en  France  pour se soigner.

     

    En Août 1914, le recrutement militaire de Montpellier ne voulut pas de lui ; le mois suivant, il regagna sa mission.et fut envoyé à THUDAUMOT, auprès de M. POINAT, atteint d'artério-sclérose. Avec l'aide d'un prêtre viêtnamien, Il s'occupa de l'administration de six chrétientés et de huit centres de plantations d'hévéas, exerçant son ministère dans des conditions difficiles,  souvent de nuit, en raison des horaires de travail dans les plantations.

     

    Son influence fut grande et que de fois on fit appel à lui pour régler conflits et constestations entre employés et planteurs.Il s'indignait fort contre les abus et les scandales. Pendant les années de guerre, certains fauteurs de désordre mirent sa tête à prix, mais il ne fut jamais frappé.

     

    Il fit venir des religieuses pour tenir les écoles des plantations, installa des catéchistes dans les chrétientés où il ne pouvait pas se rendre fréquemment. Il fut très attentifs aux malades ! Cet hôpital de THUDAUMOT était "son parterre de fleurs" disait-il.

     

    En 1921, sa  santé étant sérieusement ébranlée par de fortes fièvres et des troubles de la vue, on le fit rentrer à la clinique du Dr. ANGIER à SAIGON.. La fièvre tomba, M. VILLENEUVE alla passer un mois de repos à DALAT, mais son état général ne s'améliora guère. Mgr. lui donna l'ordre de rentrer en FRANCE. Novembre, Décembre 1921, Janvier 1922 se passèrent dans une clinique de BELLEVUE, où il fut soigné pour une névrite. Fin Janvier 1922, aucun mieux n'étant obtenu, il partit à MONTBETON. Sur les conseil d'un ami, il se rendit à Lourdes, passa une nuit entière devant la grotte, à genoux, les bras en croix presque tout le temps. Mais la Sainte Vierge le laissa revenir à MONTBETON  aussi malade qu'au départ.

     

    Le 08 Juin 1922, après les derniers adieux à sa famille, à sa vieille maman, il rédigea son testament. Au début  de son séjour à MONTBETON, il se suffsait à lui-même, rendait service à d'autres confrères malades,aidait même les domestiques au jardin, ou à l'entretien de la pelouse du parc. Jusqu' en 1924,il célébra la messe , puis se fit servant de plusieurs messes chaque matin.

     

    Son état s'aggrava, le tremblement nerveux s'accentua ; atteint de la maladie de Parkinson, à partir de 1929, il lui fut difficile de manger seul , de se déplacer seul, mais son intelligence restait intacte.  À la fin Août 1932, se déclara une infection instestinale avec fièvre qu'on ne pût enrayer ; le  01 Septembre 1932, il reçut le sacrement des malades, et le 04 Septembre suivant, à 4 heures du matin, il rendit son âme à Dieu.

     

     

    Références biographiques

    AME 1900 p. 252. 1932 p. 247.

    CR 1900 p. 264. 1915 p. 107. 108. 1917 p. 100 sq. 1932 p. 312. 313. 418. 1933 p. 162. 287. 1935 p. 332.

    BME 1925 p. 249. 1932 p. 866.

    EC1 N°  251.

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

    • Numéro : 2520
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1900