Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Louis VILLACROUX (1905-1999)

Le P. Louis VILLACROUX DES MISSIONS ETRANGERES = = = = = = = = == = = = = = = = = = = = = = = = = = Le Père Louis VILLACROUX vient de nous quitter après un séjour de quinze ans à Plougastel-Daoulas, où il était retiré 29 rue du Dispensaire, avec son frère cadet, l'abbé Albert VILLACROUX, prêtre diocésain en retraite. Le P. Louis appartenait à la Société des Missions Etrangères de Paris, qui évangélise spécialement le Sud-Est Asiatique.
Add this

    Le Père Louis VILLACROUX vient de nous quitter après un séjour de quinze ans à Plougastel-Daoulas, où il était retiré 29 rue du Dispensaire, avec son frère cadet, l'abbé Albert VILLACROUX, prêtre diocésain en retraite. Le P. Louis appartenait à la Société des Missions Etrangères de Paris, qui évangélise spécialement le Sud-Est Asiatique.

    C'est tout jeune, élève au Collège St François de Lesneven, qu'à la suite d’une conférence faite par un Père sur les Missions de Chine, il avait ressenti le désir d'être un jour missionnaire. Un de nos vénérables professeurs lui ayant demandé ce qu'il ferait quand il serait grand, il répondit : "J'irai en Chine !"-'Mais pourquoi ? Tu ne connais personne là-bas". Il répondit : "Pour baptiser les petits Chinois !" Et il ne cessa de répéter qu'il voulait être missionnaire. C'est ainsi qu'à la fin de ses études secondaires, il alla frapper au 128 de la rue du Bac à Paris, au Séminaire des Missions Etrangères. Il y passe six ans, et y reçut le sacerdoce le 2 juillet 1933, en même temps que son frère Albert qui avait fait son  séminaire  à Quimper et avait été autorisé à se présenter à l'ordination avec lui.

    Il fut nommé le soir même de cette ordination pour la mission du Tonkin, celle qui s'honorait d'avoir été évangélisée par de glorieux  martyrs, comme le bienheureux Théophane VENARD de Vendée, soixante-dix ans plus tôt. Il rejoignit son poste trois mois plus tard, à Thuong-Lam, non loin d'Hanoi, et c'est là, aux côtés d'un vieux missionnaire, qu'il s'initia à la langue du pays, l'annamite, et aux méthodes missionnaires. Du Tonkin où il demeura une vingtaine d'années, il descendit ensuite au Laos, puis bien vite dans le Sud Vietnam, dans la région de Saigon, où il demeurera 25 ans, d'abord professeur au Séminaire, puis missionnaire à la Cathédrale, et finalement au service des malades, à l'hôpital militaire français comme aumônier.

    Sa vie de missionnaire, sans histoire d'abord, connut bien vite des obstacles de la part des autorités, des occupants japonais, et enfin de la révolution vietcong.

    Obligé de quitter la ville pour la campagne, il fut recherché, arrêté et emprisonné.

    Au cours d'un déplacement sous escorte armée, un groupe de chrétiens vietnamiens réussit à le libérer et à le cacher pendant des mois… Plus tard, frappé d'expulsion, il fut sommé de quitter le pays, et ne dut son salut qu’en se prévalant de son rôle auprès des malades français de l'hôpital GRALL, le dernier bastion toléré. Et c'est ainsi qu’en 1976 il fut le dernier prêtre missionnaire à quitter le Vietnam, avec le corps médical français.

    Revenu en France, il rejoignit son frère, alors recteur de Plougonvelin, et le suivit de paroisse en paroisse, jusqu'à sa retraite à Pougastel-Daoulas en 1984. Ce fut sa dernière étape, toute de paix et de joie - où son passé missionnaire, ses histoires de tigre et de viets, ainsi que sa barbiche devinrent familiers aux paroissiens et à son entourage. Mais affaibli par un séjour de plus de 45 ans dans un pays au climat difficile, le cœur usé par l’âge, il dut s’aliter au début de 99, et au matin du 2 février, il nous quittait pour rejoindre le ciel.

    Ses obsèques eurent lieu sur place, dans la chapelle des Religieuses de St Thomas de Villeneuve, à la Maison de Retraite de Plougastel. Elles furent présidées par le P. Paul COUVREUR, vicaire général qui représentait le P. Supérieur Général des Missions Etrangères de Paris, devant une nombreuse assistance et en présence d'une quarantaine de prêtres. Après la messe, le corps fut transporté et inhumé à St Jacques de GUICLAN, dans la propriété des Pères Missionnaires d'Haïti, où il repose dans le petit cimetière commun aux Pères d'Haïti et aux Pères des Missions Etrangères de Paris...

    La Société des Missions Etrangères et la famille du Père Louis remercient affectueusement toutes les personnes qui ont assisté à ses obsèques et celles qui ont recommandé des prières et des messes pour le repos de son âme.

    • Numéro : 3495
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1933