Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

François VIGROUX (1842-1909)

[967]. VIGROUX, François-Paulin, né dans la paroisse Saint-Martin de Brousse, commune de Brousse (Aveyron) le 14 octobre 1842, fit ses études chez les Marianistes à Broquiès, au petit séminaire de Massals (Tarn), et au grand séminaire de Rodez. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 26 janvier 1866, reçut le sacerdoce le 21 décembre 1867, et partit pour le Collège général à Pinang le 16 février 1868. Le 6 avril suivant, il y fut chargé du cours d'Ecriture Sainte, et, le 25 mai, nommé secrétaire du Conseil.
Add this

    [967]. VIGROUX, François-Paulin, né dans la paroisse Saint-Martin de Brousse, commune de Brousse (Aveyron) le 14 octobre 1842, fit ses études chez les Marianistes à Broquiès, au petit séminaire de Massals (Tarn), et au grand séminaire de Rodez. Il entra minoré au Séminaire des M.-E. le 26 janvier 1866, reçut le sacerdoce le 21 décembre 1867, et partit pour le Collège général à Pinang le 16 février 1868. Le 6 avril suivant, il y fut chargé du cours d’Ecriture Sainte, et, le 25 mai, nommé secrétaire du Conseil. Sa santé s’étant altérée après quatre ans de professorat, il quitta le Collège général le 14 mars 1872, et passa dans la mission du Japon.

    A cette époque, la persécution cessait et l’Eglise du Japon, sans avoir encore une grande liberté, n’était plus persécutée. M. Vigroux fut d’abord placé à Kobé, et, au mois d’août 1873, appelé à être professeur au séminaire de Tôkiô dont il devint bientôt le supérieur. Ses élèves étaient au nombre d’environ 50.

    En 1876, la mission ayant été partagée en deux vicariats, il appartint au Japon septentrional, et fut, en 1877, choisi par Mgr Osouf pour provicaire. L’année suivante, en juillet, il commença ses courses apostoliques dont il devait prolonger les séries pendant douze ans. Le prêtre catholique ne pouvait encore parcourir le pays en qualité de prédicateur de l’Evangile­ ; mais il le pouvait à titre de professeur. Il lui était permis de fonder une école partout où il le jugeait à propos, moyennant une déclaration préalable, et d’y enseigner la langue française et nos connaissances scientifiques. Il recevait pour cela une autorisation en règle­ ; et, à la faveur de ce titre, il faisait connaître la doctrine catholique à ses élèves. M. Vigroux réussit, de 1883 à 1891, avec la collaboration d’un missionnaire, à fonder et à développer environ soixante-quinze stations. Rappelé à Tôkiô en 1891, il s’occupa des fidèles de la paroisse de la cathédrale, des malades des quartiers pauvres, et ensuite de la léproserie de Gotemba fondée par M. Testevuide. Enfin, il prit une part active à l’administration du diocèse et s’y montra judicieux. Mgr Osouf, fort sobre d’éloges, disait de lui­ : « C’est vraiment un modèle de missionnaire. »

    En 1891, lors de la création de la hiérarchie catholique au Japon, il fut nommé vicaire général et garda ce titre jusqu’en 1902.

    En 1895, il assista au synode de Tôkiô, en qualité de théologien de son archevêque.

    Malade en 1899, il se vit contraint de revenir en France, et passa deux ans au sanatorium Saint-Raphaël, à Montbeton. Ne pouvant obtenir une guérison complète, il accepta d’être chargé de la petite paroisse de Montclar dans le diocèse de Toulouse. Il y resta cinq ans, puis se retira à Connac (Aveyron), et y mourut le 2 février 1909.

     

    Bibliographie.

    Seikyô shogaku yôri (Catéchisme des commençants). — Tôkiô, 1882, in-8, pp. 92.

    Rapport du R. P. Vigroux, provicaire apostolique, sur l’hôpital des Lépreux de Gotemba au Japon. — Imprimerie de la mission catholique, Yokohama, 1891, in-8, pp. 6.

    Léproserie de Gotemba, Japon. — Imprimerie de la « Tôkyô Tsukiji type foundry » [1894], in-8, pp. 6.

    Léproserie de Gotemba (Japon). — 1895, in-8, pp. 2.

    Tenshukyô shôryaku (Petit abrégé de la doctrine catholique). — 2e édit., Yokohama, 1897­ ; 3e édit., Yokohama, 1903, in-18, pp. 34.

    Shiken (Examen avant la Confirmation et la première Communion).

     

    Notes bio-bibliographiques.

    C.-R., 1879, pp. 11, 12­ ; 1884, p. 17­ ; 1885, pp. 27, 28­ ; 1886, pp. 29, 34­ ; 1887, p. 53­ ; 1888, p. 38­ ; 1889, pp. 37, 47, 276­ ; 1890, p. 36­ ; 1891, p. 35­ ; 1892, pp. 24, 35­ ; 1893, p. 44­ ; 1894, p. 44­ ; 1895, p. 48­ ; 1896, pp. 41, 55­ ; 1897, p. 42.

    A. P. F., liv, 1882, Conversion d’un Japonais, p. 292­ ; lxxiii, 1901, p. 309.

    M. C., xiv, 1882, Le dieu Fudo, p. 445­ ; xv, 1883, La chrétienté de Wakamatsu, p. 433­ ; xxiii, 1891, p. 567­ ; xxiv, 1892, pp. 159, 298, 334, 476­ ; xxv, 1893, La léproserie du Kusatsu, p. 110­ ; Ib., p. 508­ ; xxvii, 1895, Les Lépreux de Gotemba, p. 126­ ; Ib., p. 508­ ; xxix, 1897, pp. 183, 593­ ; xxx, 1898, p. 557­ ; xxxi, 1899, p. 605­ ; xxxiii, 1901, p. 183.

    P. M. M., 1894-95, p. 56.

    Rev. rel. Rodez, 1881, Notice par A. Maury, pp. 794, 814, 857­ ; 1883, p. 135­ ; 1884, p. 54­ ; 1887, p. 120­ ; 1889, p. 68­ ; 1891, p. 756­ ; 1892, pp. 219, 413, 572­ ; 1893, pp. 571, 601­ ; 1897, p. 796­ ; 1909, p. 119. — Echo de N.-D. de la G., 1895, p. 908.

    La Rel. de Jésus, ii, pp. 259 et suiv., 377 et suiv., 383, 412, 560 et suiv.

     

    Biographie.

    — Notice biographique sur le Révérend Père Paulin Vigroux, missionnaire apostolique, ancien vicaire général de l’archevêché de Tôkiô [avec portrait]. — Tôkiô, Mission catholique, 1910, in-12, pp. 37.

    • Numéro : 967
    • Pays : Malaisie Japon
    • Année : 1868