Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul VIAL (1855-1917)

[ 1430 ] VIAL, Paul, Félix, Angèle Missionnaire Yunnan ---------
Add this

    Paul, Félix, Angèle VIAL naquit le 3 janvier 1855, à Voiron, paroisse St. Brunon, diocèse de Grenoble, département de l'Isère. Il était le cinquième enfant d'une famille de huit: quatre frères, quatre sœurs. Il fit ses études à Voiron, fut admis dans la Congrégation de la Sainte Vierge, placée sous la direction du P.Sambin, un jésuite, qui fit rentrer le jeune Paul âgé de 13 ans, à l'école apostolique d'Avignon. Il était en quatrième lorsque ses maitres le mirent en relation avec une personne très généreuse, bienfaitrice insigne, une confidente de bon conseil, Melle Marie de la Selle, Ses études terminées, à l'école apostolique, et après une année de noviciat chez les PP. Jésuites, ses directeurs décidèrent de ne pas le garder.

     

    Le 20 octobre 1876, M. Vial, laïque, entra au séminaire des Missions Etrangères. Tonsuré le 22 septembre 1877, minoré le 16 mars 1878, sous-diacre le 21 septembre 1878, diacre le 8 mars 1879, il fut ordonné prêtre le 20 septembre 1879, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique du Yunnan, qu'il partit rejoindre le 29 octobre 1879.

     

    Le 29 avril 1880, six mois jour pour jour après son départ de Marseille, il arriva à Long-ki, à cette époque, résidence de son évêque, Mgr.Ponsot. Auprès de lui, il commença sa formation missionnaire; puis, au début de 1881, il alla la compléter à Yang-pi, comme vicaire de M. Jean Terrasse qui avait consolidé cette station et était à la tête d'un vaste district. De son séjour de cinq ans à Yang-pi, au milieu de gens pour la plupart adonnés à la chicane, M. Vial en emporta l'horreur des procès.

     

    En juin 1882, l'occasion lui fut donnée de pousser une pointe jusqu'en Birmanie. Deux voyageurs anglais, MM.Colqhoum et Wahab étant arrivés chez lui découragés, il mit à leur service son expérience et sa bourse; par la route de Long-tchouan, il les conduisit à Bahmo,(Birmanie) où, après avoir traversé la région des Shan, ils arrivèrent en juillet 1882, après 17 jours de marche. Sur les instances de Mgr.Bourdon, M.Vial resta environ quatre mois à Bahmo, posant les bases d'une chrétienté chinoise. Il fit le voyage de retour de Bahmo à Ta-li-Fou et Yang-pi, avec les caravanes chinoises et en compagnie de M.Simon, de la mission de Mandalay qui passa les fêtes de Noël 1882 chez M. Vial. Ayant présumé la permission de son évêque, cette escapade hors de la mission valut à M. Vial une sérieuse admonition de la part de Mgr.Fenouil, son évêque, et un retard d'une année pour son agrégation à la Société.

     

    En 1885, M.Vial fut envoyé au poste de Te-tse-tsen où les chrétiens étaient peu nombreux; dans cette station à deux jours à l'est de Yun-nan-fu, il eût comme compagnon pendant plusieurs mois, M.de Gorostarzu, jeune missionnaire. Il explora les environs, et rencontra la minorité ethnique des Lolos à laquelle sa curiosité s'interessa.  En 1887, pour se rapprocher d'eux, il loua une maison sur le marché de Tien-sen-kouan, et en 1888, il s'installa dans le pays de Lou-lan, à une heure de cette ville de second ordre, située à six jours de marche au nord de Mon-tze et à trois jours de marche à l'est de Yun-nan-sen; il se fixa dans un beau village du nom de Lou-mei-y, dont presque toutes les familles appartenaient à la tribu des Sangni. Il apprit leur langue, déchiffra leurs livres écrits en des caractères inconnus, et commença à composer les premiers livres de prières et de doctrine..

     

    En septembre 1892, à Lou-mei-y, M.Vial agressé de nuit par des voleurs. se lança à leur poursuite. L'un d'eux le blessa gravement à la tête, aux mains et au côté. Il dût se rendre à Hong-Kong où il subit six opérations, puis il gagna la France, où, après deux nouvelles opérations, il fut à peu près guéri. En 1894, il regagna sa mission. Son immense district de Lou-lan fut alors divisé.

     

    En 1896, il acquit de ses deniers un grand terrain, à Tsin-chan-keou pour "Créer un village modèle, d'après les lois de l'hygiène, où chaque maison aura sa cour et son jardin, où l'eau d'alimentation sera préservée des microbes, où les méthodes d'agriculture seront perfectionnées, où les écoles, adaptées au nouvel ordre des choses seront fréquentées, où les chrétiens pourrons prendre des leçons de bien vivre, de bien croire, de bien se conduire et de bien mourir.." Il y construisit résidence, école, village pour les fermiers et plus tard une petite église. Il s'interessa alors à l'ethnie "Miao-tse", mais ceux-ci ne répondirent pas à ses espérances.

     

    A la fin du mois de mai 1900, débutèrent à Pékin, les troubles "boxer" qui s'étendirent jusqu'au Yun-nan. M. Vial resta dans sa résidence gardée par des réguliers chinois n'ayant pas fait cause commune avec les "Boxers". En 1905, les chrétientés aborigènes formaient quatre districts, chacun comprenant 20 ou 30 villages, avec une moyenne de 2.000 prosélytes par district. A Lou-mei-y, M.Vial envoya très tôt des élèves au séminaire de la mission. Revenus chez eux, ceux-ci furent mis à la disposition des villages comme catéchistes. En 1909, il eût la joie de voir ordonner le P. Pierre, premier prêtre lolo du Yun-nan. A cette date, il y avait au séminaire, un théologien et quelques jeunes séminaristes lolos.

     

    Vers 1905, M.Vial ouvrit une école de français pour les lolos, et au bout de deux ans quelques uns d'entre eux furent à même de remplir les fonctions d'interprètes. Pendant vingt ans, il s'occupa très activement de cette école où lui-même assura régulièrement direction et cours, conciliant enseignement et travail apostolique. Il rédigea alors pour eux et avec eux, des livres français-lolo.

     

    M.Vial trouva le temps de publier plusieurs brochures, ouvrages et articles de revues qui attirèrent sur lui l'attention des savants et des explorateurs qui parfois s'attribuèrent la découverte des documents que M.Vial leur avait prêtés. Il composa un livre de doctrine et un livre de prières en lolo, imprimés à Yun-nan-sen par des ouvriers chinois qui gravèrent son manuscrit sur bois. En 1909, il fit imprimer à Nazareth, (Hong-Kong) le premier dictionnaire et la première grammaire de la langue lolo (dialecte Gni). "Mon dictionnaire, écrivait-il le 25 février 1909, est tout d'abord pour eux". Cet ouvrage divisé en 3 parties (Prononciation/Grammaire/ Dictionnaire) compte 450 pages environ. Pour ce travail, le prix Stanislas Julien lui fut décerné par l'Académie des Inscriptions  et Belles-Lettres.

     

    Au début de 1917, M.Vial sentit ses forces décliner. En juillet 1917, il se rendit à Yun-nan-sen où le docteur diagnostiqua diabète et maladie de cœur, puis il rentra chez lui. Le 6 novembre 1917, M.Mongellaz se rendit à Tsin-chan-keou, et trouva M. Vial très fatigué. Le 30 novembre 1917, ce dernier fut heureux et apaisé par la visite de son évêque, Le 7 décembre 1917, à 18 h. M.Vial voulut se lever. Ce fut dans les bras de M.Mongellaz qu'il rendit le dernier soupir à 18h20.

     

    Le 11 décembre 1917, présidées par le provicaire, en présence de MM. Mongellaz, Souyris, du P. Pierre, et d'une délégation venue de chaque village, ses funérailles furent imposantes. M. Vial avait manifesté sa volonté d'être inhumé à Ve-tse, village situé sur le plateau, au centre de la tribu, à quatre lieues de Tsin-chan-keou. C'est là, tout près de l'église récemment bâtie par ses chrétiens, que fut déposée la dépouille mortelle du premier apôtre des Lolos.

     

    Bibliographie

    Livre de Doctrine  et Livre de Prières -Impr. À Yun-nan-sen

    Etude sur l'écriture des Lolos au Yun-nan , 1890

    Les Lolos et les Miao-tze, 1891

    Les Lolos, histoire, religion, mœurs, langue, écriture,

    In-8°  72 pages  1898

    Petite Grammaire Miaotse; [ suvie ] d'un petit lexique français-miaotse, par Paul Vial, missionnaire apostolique, Paris, Séminaire des Missions Etrangères 1908 - [15] pages; 24 cm. Extr. de AME 11 (1908) 154-169

    Catéchisme 1909 (?)

    Dictionnaire Français-Lolo, 1909 Nazareth Hongkong

    Calcul ; les quatre règles expliquées aux enfants

    par Paul Vial, m.a. - Hongkong : Impr.de Nazareth 1913 29 p. ; 16°

    Grammaire Francorientale :le deuxième livre de la jeune France en Chine, par Paul Vial, m.a. -Hongkong ; Impr de Nazareth,1913-79 p; 16°

    Exercices gradués de langue française : le troisième livre de la jeune France en Chine, par Paul Vial, m.a. -Hongkong : Impr. De Nazareth, 1915

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1894 p. 90. 124. 1895 p. 282. 1899 p. 119. 1900 p. 212. 1903 p. 90. 1904 p. 75. 76. 77. 80. 101. 1908 p. 153. 1909 p. 136. 277. 1910 p. 160. 1917-18 p. 313. 1919-20 p. 58. 550. 1921 p. 71sq. 86. 87. Articles : 1899 p. 212. 230. 1901 p. 278. 1902 p. 128. 1904 p. 128. 375. 1905 p. 237sq. 334. 1906 p. 284. 321. 1908 p. 15. 66. 149. 154. 158. 167. 1909 p. 156. 1911 p. 74. 1917-18 p. 245. 1919 p. 58.

    CR 1879 p. 75. 1881 p. 45. 1882 p. 89. 90. 1883 p. 122. 1888 p. 92. 94. 1889 p. 98. 99. 1891 p. 106. 109. 1893 p. 127. 1894 p. 146. 1895 p. 152. 1898 p. 112. 1899 p. 133. 1903 p. 125. 1905 p. 88. 1908 p. 143. 144. 1909 p. 115. 116. 1912 p. 145. 1913 p. 146. 147. 1917 p. 240. 1918 p. 45. 46. 136. 1922 p. 60. 219. 1931 p. 365. 1932 p. 108. 1933 p. 257. 258. 1935 p. 75. 1940 p. 45. 46. 1947 p. 32. 1948 p. 202.

    BME 1934 p. 710. 775. 1938 p. 755. 1940 p. 488. 1948 p. 356. 1956 p. 234. 736. 737. 740sq. 746. 748. 751. 753. 755. 850. 857.

    MC 1917 p. 537. 538. 545. 547. 1918 p. 71. 1948 p. 10.

    • Numéro : 1430
    • Pays : Chine
    • Année : 1879