Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Emmanuel VERROLLES (1805-1877)

[387]. VERROLLES, Emmanuel-Jean-François, premier vicaire apostolique de la Mandchourie, originaire de la paroisse Saint-Gilles à Caen (Calvados), naquit le 12 avril 1805. Il fit ses études au lycée de Caen et au grand séminaire de Bayeux. Avant la fin de ses études théologiques, il fut pendant une année préfet de discipline au petit séminaire de Caen. Ordonné prêtre le 31 mai 1828, il fut nommé vicaire successivement à Argences, à Pont-l'Evêque où il ne resta que deux mois, et à Aunay.
Add this

    [387]. VERROLLES, Emmanuel-Jean-François, premier vicaire apostolique de la Mandchourie, originaire de la paroisse Saint-Gilles à Caen (Calvados), naquit le 12 avril 1805. Il fit ses études au lycée de Caen et au grand séminaire de Bayeux. Avant la fin de ses études théologiques, il fut pendant une année préfet de discipline au petit séminaire de Caen. Ordonné prêtre le 31 mai 1828, il fut nommé vicaire successivement à Argences, à Pont-l’Evêque où il ne resta que deux mois, et à Aunay.

    Il entra au Séminaire des M.-E. le 8 juillet 1830, et le 2 novembre suivant il partit pour le Se-tchoan. D’abord placé à Ho-pao-tchang, il fut, en 1837, nommé supérieur du séminaire de Moupin, à la place de Mgr Imbert devenu vicaire apostolique de la Corée.

    Lorsque, par le bref Ex debito pastoralis (Jus Pont. de Prop. Fid., v, p. 205), du 14 août 1838, Grégoire XVI eut séparé de la mission de Pékin et créé vicariat apostolique la Mandchourie et la Mongolie réunies, il confia ces pays à la Société des M.-E., et M. Verrolles en fut nommé vicaire apostolique avec le titre d’évêque de Colombie. Ses brefs sont du 11 décembre 1838­ ; il les reçut le 30 janvier 1840. Il quitta le Se-tchoan au mois de septembre, et fut sacré à Taï-yuen-fou dans le Chan-si, par Mgr Salvetti, le 8 novembre 1840. Six mois plus tard, le 2 mai 1841, il arriva à Yang-kouan, une des chrétientés principales de la Mandchourie.

    Son vicariat tout entier comptait 3 619 catholiques­ ; Yang-kouan en possédait 180. Quelques prêtres portugais ou chinois les avaient administrés à rares intervalles­ ; dans leurs dernières visites, ils avaient fait connaître que la Mandchourie était ecclésiastiquement séparée du vicariat apostolique de Pékin­ ; ils avaient manifesté leur mécontentement de cette mesure et fait partager leurs sentiments à beaucoup de chrétiens. Pour gagner ses ouailles, le nouvel évêque n’eut qu’à déployer la grande patience dont il était heureusement doué­ ; il finit par désarmer toutes les oppositions. Il visita à peu près tout son vicariat du sud au nord, et acheta à Pa-kia-tse une propriété, où il construisit une église et un presbytère.

    Pendant ce temps, sur les observations des Lazaristes qui desservaient précédemment la Mongolie et la Mandchourie, le bref Cum per similes (Jus Pont. de Prop. Fid., v, p. 254), du 23 août 1840, sépara la Mongolie de la Mandchourie et la réunit de nouveau au vicariat de Pékin. La fixation des limites de cette nouvelle circonscription ayant souffert des difficultés, Mgr Verrolles fit un voyage à Rome pour exposer ses vues. Les limites furent déterminées selon ses désirs, par une ligne partant directement de Pékin et montant jusqu’au Saghalien.

    Sur le conseil de Grégoire XVI, il parcourut la plupart des diocèses de France, afin de stimuler le zèle des catholiques en faveur de l’Œuvre de la Propagation de la Foi. Son appel fut entendu, et l’Œuvre y gagna un développement considérable. On a raconté, avec preuves à l’appui des faits extraordinaires qui lui furent attribués pendant son voyage, telle que la guérison subite d’une religieuse de la Visitation à Riom (Puy-de-Dôme). On en a cité d’autres et l’on disait couramment qu’il faisait des miracles. Il fut fort bien accueilli à la cour de France, et le roi Louis-Philippe lui offrit un archevêché­ ; l’évêque refusa.

    Au commencement de 1848, il était de retour en Mandchourie. La question de la délimitation s’étant posée de nouveau, et Rome ayant, contrairement à la décision de 1845, rendu au vicariat de Mongolie les districts de Hei-souei et de Song-chou-tsouei-tse, Verrolles revint en Europe en 1849. Il trouva Pie IX à Gaëte, et la pressante sollicitation qu’il lui adressa de retourner à Rome ne fut pas sans influence sur la décision prise en ce sens par le Souverain Pontife. Pour le récompenser de ce conseil dont il fit publiquement l’éloge, Pie IX le nomma comte romain, et assistant au trône pontifical. Sur la question des limites de la mission, l’évêque ne réussit pas à les faire fixer jusqu’au nord de Pékin, comme il l’avait demandé­ ; mais il reçut le groupe de Pa-kia-tse et le village de Song-chou-tsouei-tse, avec la barrière des Pieux pour frontières. Il obtint du prince Louis-Napoléon une rente de 3 000 francs.

    Retourné dans sa mission, et ne pouvant réaliser son projet de prendre pour coadjuteur M. de La Brunière, qui avait été massacré dans l’extrême nord, il choisit M. Berneux­ ; mais celui-ci fut nommé vicaire apostolique de la Corée.

    Après les traités de Tien-tsin et de Pékin (1858-1860), qui donnaient aux missionnaires la liberté de prêcher l’Evangile en Chine, il envoya des prêtres à travers les tribus tartares, ainsi qu’en Sibérie. Les résultats ne répondirent pas aux efforts des ouvriers apostoliques. Ayant eu plusieurs fois à se plaindre des autorités du Leao-tong qui maltraitaient les chrétiens, l’évêque se rendit en 1865 à Pékin, pour tâcher d’obtenir justice­ ; il réussit. Il fit construire plusieurs églises, entre autres celle de Yang-kouan (Eglise, grav., Vie de Mgr Verrolles, p. 289. — M. C., iv, 1871-72, p. 321. — B. O. P., 1897, p. 697), sa résidence habituelle, qu’il dédia à Saint-Hubert­ ; celle de Tcha-keou sous le vocable de Notre-Dame des Neiges, et celle de Cha-ling.

    Il revint en Europe pour assister au concile du Vatican. L’enseignement théologique qu’il avait reçu à Bayeux 45 ans plus tôt, ne le prédisposait pas à accepter sans discussion la doctrine de l’infaillibilité. Cependant, l’opposition active ne le compta pas au nombre de ses membres.

    À la même époque, il s’occupa, avec tous les vicaires apostoliques de la Société réunis à Rome, de la révision du Règlement général­ ; il se montra opposé aux changements pourtant fort utiles qui furent votés par la majorité.

    Malgré son grand âge et sa santé délabrée, il repartit pour la Mandchourie en 1875. Il établit alors sa résidence à Ing-tse, où s’étaient installées les Sœurs de la Providence de Portieux (Couvent, grav., M. C., xxxii, 1900, p. 400), dont il avait récemment obtenu le concours. C’est là qu’il mourut le 29 avril 1878­ ; il fut enterré dans l’église d’Ing-tse.

    Dans les lettres de Mgr Verrolles et dans celles de ses missionnaires, on trouve le nom des districts de Mandchourie, tantôt en chinois, tantôt en français traduisant plus ou moins littéralement le chinois, ou même ne le traduisant pas du tout, ce qui rend assez difficile l’identification de ces noms. Pour obvier à cet inconvénient, nous donnons ici une liste des principaux noms en français et en chinois­ :

    Amérique (L’) = Sin-min-touen.

    Annonciation (L’) = Pao-kia-kang-tse.

    Barbe (La) = Ouang-hou-tse-ouo-peung.

    Bœufs (Les) = Nieou-tchouang.

    Cheval (Le) = Ka-li-ma.

    Cuivres (Les) = Toung-kia-fang-chen.

    Eaux noires (Les) = Hei-souei.

    Forêt des Saules (La), Saules (Les) = Yang-mou-lin-tse.

    Fourmis (Les) = Ma-i-touen.

    Friches (Les) = Si-houang-ti.

    Grand Pâques = Houai-teu-sien.

    Granville = Kouan-tcheng-tse.

    Huit familles (Les) (village), Petit Pâques = Siao-pa-kia-tse.

    Huit familles (Les) (ville) = Ta-pa-kia-tse.

    Huit maux (Les) = Paien-sou-sou.

    Laiteron = Tsiu-ma-tsai-heu.

    Miche (La) = Mi-che-t’ouen.

    Montagne noire (La), Monténégro = Siao-hei-chan.

    Montbourg = Kao-chan-touen.

    Moukden = Chen-yang, Chin-king.

    Nénuphar (Le) = Lien-houa-chan.

    N.-D. des Neiges, Vallée four-chue (La) = Tcha-keou.

    Ours (Les) = Siuong-iao.

    Paix (La) = An-sin-tai.

    Petite pierre (La), Pierrette = Siao-che-teou-heu.

    Pins (Les) = Song-chou-tsouei-tse.

    Poissons (Les) = Yu-kia-touen.

    Quatre familles (Les) = Se-kia-tse.

    Sables (Les), Arenæ = Cha-ling.

    Soleil (Le), St-Hubert, Passe des Cerfs (La) = Yang-kouan.

    Tas de fagots = Chou-kai-touo.

    Trois Comédies (Les) = San-tai-tse.

    Trois familles (Les) = San-kia-tse.

    Armes. — 1° Coupé au 1 d’azur au monogramme des M.-E. d’argent, au 2 de… au pélican de… — 2° Au 1 d’azur au monogramme des M.-E. d’argent, au 2 d’or au lion couché de…

    Devise. — Spes omnium finium terræ et in mari longe.

    Bibliographie. — Extrait du Discours prononcé dans l’église cathédrale de Metz, par Mgr Verrolles, évêque de Colomby, vicaire apostolique de la Mandchourie, le 22 février 1846. — Typographie de Dembour et Gangel, Metz, 1846, in-8, pp. 16.

    Allocution prononcée à Naples, dans l’église du Gesu le 6 janvier 1850. — Imprimerie de Paschal Androsio, Naples, 1850, in-8, pp. 31.

    À Nos Seigneurs les vicaires apostoliques de la Société des Missions-Etrangères et à Messieurs les directeurs du Séminaire de Paris. Rome, 22 juillet 1870 [Cette lettre sur le Règlement est signée par NN. SS. Verrolles, Desflèches, Sohier, Pinchon, Pichon, Guillemin, Dépommier]. — Impr. A. Domin, Caen, in-4, pp. 16.

    Lettre sur le Règlement, 28 oct. 1871. — Typographie A. Lainé, 19, rue des Saints-Pères, Paris, in-8, pp. 16.

    Notes bio-bibliographiques.

    C.R., 1872, p. 43­ ; 1876, p. 1­ ; 1877, p. 3­ ; 1886, p. 182­ ; 1896, p. 7.

    A. P. F., vii, 1834-35, p. 674­ ; ix, 1836-37, Exploitation des mines de charbon, p. 454­ ; xiv, 1842, p. 320­ ; xvi, 1844, Martyre de Mgr Imbert et de ses compagnons, p. 138­ ; xix, 1847, p. 432­ ; xxii, 1850, Détails sur les Chinois, p. 26­ ; xxiv, 1852, pp. 112, 117­ ; xxvi, 1854, Cinquième voyage autour du monde, p. 289­ ; xxvii, 1855, p. 242­ ; xxviii, 1856, pp. 28, 409­ ; xxix, 1857, p. 421­ ; xxxiii, 1861, L’empire chinois sous le coup de ses défaites, p. 409­ ; xxxvii, 1865, Ravages du choléra, p. 32­ ; xxxix, 1867, Son voyage à Pékin, p. 290­ ; li, 1879, pp. 136 et suiv.

    A. S.-E., viii, 1856, p. 128­ ; x, 1858, p. 403­ ; xxii, 1870, p. 75­ ; xxiii, 1872, p. 317­ ; xxix, 1878, p. 360.

    M. C., ii, 1869. Construction d’églises, p. 301­ ; Ib., p. 423­ ; iv, 1871-72, La station de Saint-Hubert, p. 326­ ; vii, 1875, p. 358­ ; x, 1878, Sa mort, pp. 334, 382.

    Sem. rel. Bayeux, 1865, p. 360­ ; 1867, pp. 159, 447­ ; 1869, pp. 645, 776­ ; 1872, p. 315­ ; 1873, p. 485­ ; 1876, p. 538­ ; 1878, pp. 419, 427­ ; Ib., Service funèbre, p. 457­ ; Ib., p. 549. — Sem. rel. Séez, 1878, p. 473. — Sem. rel. Paris, 1865, p. 259. — Voix de N.-D. Chartres, 1874, p. 209­ ; 1878, p. 184.

    Am. de la Rel., clv, 1850, p. 651­ ; clxxviii, 1857, p. 478. — Indicateur de Bayeux, 1850, n° du 31 août.

    Hist. gén. miss. cath., ii, 2e part., p. 658. — Hist. gén. Soc. M.-E., Tab. alph. — Hist. miss. Kouy-tcheou, Tab. alph. — Hist. miss. Thibet, Tab. alph. — Lett. à l’év. de Langres, p. 484. — Vie de Mgr de Marion-Brésillac, pp. 244, 392, 414. — La Rel. de Jésus, i, pp. 233, 248. — Hist. des relat. de Chine, Tab. alph. — Camp. du Cassini, pp. 53 et suiv., 70 et suiv., 87. — Les miss. cath. franç., iii, pp. 359, 362, 367 et suiv., 450. — Act. et hist. du Conc., vii, Notice, p. 242. — B.-L. Beaulieu, p. 584. — Not. biog. Marie-E. Deserre, p. 9. — La Franc. pont., ii, p. 716. — Arm. des Prél. franç., p. 271.

    À Mgr E.-J.-F. Verrolles, évêque de Colomby, vicaire apostolique du Leao-tong et de la Mandchourie dans la Tartarie orientale. Souvenir de la fête de saint François-Xavier, apôtre des Indes et du Japon, célébrée dans l’église de Notre-Dame de Vire, le lundi 8 décembre 1845 (par F.-C. D.). — Imprimerie de Adam fils, 16, rue Saulnerie, Vire, in-8, pp. 7.

    Sacra Congregazione particolare di Propaganda Fide ponente l’Emo et Rmo sig. cardinale Giacomo Filippo Fransoni prefetto. — Ristretto con Sommario e nota di archivio sugli affari Ecclesiastici della Cina e regni adjacenti. — Maggio, 1850, in-4.

    Contient­ :

    Lettres de Mgr Verrolles, Num. xi, 14 oct. 1848, p. 48­ ; Num. xii, 26 déc. 1848, p. 56­ ; Num. xv, 24 oct. 1849, p. 71.

    Sacra Congregazione particolare di Propaganda Fide ponente l’Emo et Rmo sig. cardinale Giacomo Filippo Fransoni prefetto. — Ristretto con Sommario sul compimento della pendenza fra i Vicarj Apostolici della Mantchouria, e della Mongolia in Cina. — Agosto, 1851, in-4, pp. 63.

    Collect., 20 août 1849­ : n° 2035­ ; 12 mai 1850­ : n° 1059­ ; 4 juin 1851­ : n° 1360.

    Biographie.

    — Vie et travaux de Mgr Verroles, évêque de Colomby, vicaire apostolique de la Mandchourie (Chine). — Chénel, libraire, 46, rue Saint-Jean, Caen­ ; Jacques Lecoffre, libraire, 29, rue du Vieux-Colombier, Paris, 1847, in-32, pp. 196.

    Mgr Verrolles et la mission de Mandchourie [avec portrait], par Adrien Launay, de la Société des M.-E. — Téqui, libraire-éditeur, 33, rue du Cherche-Midi, Paris, 1895, in-8, pp. iii-446 + 1 F errata.

    Comp.-rend.­ : M. C., xxviii, 1896, p. 156. — Sem. rel. Bayeux, 1895, p. 699. — L’Univers, 1895, n° du 9 nov. — Journ. de Saint-Sauveur de Bricqueville, 1895, n° du 14 déc.

    Mgr Verrolles, apôtre de la Mandchourie, 1805-1878 [avec portrait]. Les Contemporains, n° 598. — 5, rue Bayard, Paris, 1904, in-4, pp. 16.

    Portrait.

    — Lithographie, Chezaud frères et Cie, Paris. — M. C., x, 1878, p. 373. — Les miss. cath. au XIXe sièc., p. 219. — Voir Biographie.

    • Numéro : 387
    • Pays : Chine
    • Année : 1830