Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean VERNEY (1856-1915)

[1455 ] VERNEY Jean, Marie, Ernest Missionnaire Cochinchine Occidentale ----------------- [1145] Jean, Marie, Ernest VERNEY naquit le 30 Mai 1856 à SELONGEY, diocèse de DIJON, département de la CTE - D'OR. Sa mère devenue veuve , alla offrir ses services à un de ses proches parents, curé dans le diocèse de DIJON. Jean fit ses études secondaires au Petit Séminaire, il passa ensuite au Grand Séminaire de DIJON, où il reçut la tonsure le 29 Juin 1877.
Add this

    [1145] Jean, Marie, Ernest VERNEY naquit le 30 Mai 1856 à SELONGEY, diocèse de DIJON, département de la CÔTE - D'OR.  Sa mère devenue veuve , alla offrir ses services à un de ses proches parents, curé dans le diocèse de DIJON. Jean fit ses études secondaires au Petit Séminaire, il passa ensuite au Grand Séminaire de DIJON, où il reçut la tonsure le 29 Juin 1877.

     

    Le 27 Août 1877, il entra au Séminaire des Missions Etrangères. Minoré le 21 Septembre 1878, Sous-Diacre le 08 Mars 1879, Diacre le 20 Septembre 1879, il fut oronné prêtre le 21 Février 1880, et reçut sa destination pour le Vicariat Apostolique de la Cochinchine Occidentale (Saigon) qu'il partit rejoindre le 31 Mars 1880

     

    Il arriva à SAIGON vers la fin du mois d'Avril 1880,. M. LOUVET voyant ce confrère de si petite taille et d'un si bon naturel, l'appela  "Petit Frère".  Le mot fit fortune et lui resta, mais sans la moindre connotation d'un quelconque mépris.A peine rendu dans sa mission, il fut placé au Séminaire.Sous la direction de M.THIRIET, Provicaire. Cet établissement était en pleine prospérité : élèves nombreux ,corps enseignant jeune gai et plein d'entrain, ambiance de travail. M. VERNEY, avec son caractère affable, gagna l'affection de tous.

     

    Après quelques années de professorat, comme il souffrait de douleurs à l'estomac, on l'envoya faire un interim de six mois à BIÊN-HOA, après quoi, il reprit sa place au Séminaire. Il fallut au bout de sept ans, pour les mêmes raisons,lui donner un nouveau congé, qu'il alla passer à CAI-MONG, chez M. GERNOT. Il serait resté volontiers dans ce poste, mais Mgr. COLOMBERT lui demanda de reprendre ses fonctions au Séminaire.

     

    En 1893, les douleurs d'estomac le reprirent, la tâche de professeur lui devint impossible. Il alla se reposer, pendant un an, à BAI-XAN, chez M. BOURGEOIS  qui aurait bien voulu le garder, tandis que M.THIRIET et le corps professoral  réclamaient son retour. au Séminaire. Les évènements en décidèrent autrement.

     

    M. AZEMAR rentra de HONG-KONG, désirant finir ses jours à LAI-THI+U, paroisse qu'il avait reconstituée et où il avait travaillé pendant plus de 30 ans. Vu son état de santé, il avait besoin d'un "vicaire-infirmier". M. GERNOT, Supérieur intérimaire de la Mission, après la mort de Mgr. COLOMBERT (31 Décembre 1894), et grand ami de M.AZEMAR, jeta les yeux sur M.VERNEY qu'il nomma coadjuteur du Curé de LAI-THIÊU.

     

    Au bout de sept mois, M.VERNET succéda à M. AZEMAR, décédé  le 09 Juin 1895, à LAI-THIÊU. Il avait entouré  ce dernier des soins les plus délicats, et les plus prévenants. Devenu chef de la chrétienté, il exécuta  fidèlement les projets de son prédecesseur  qui avait laissé, sur ses biens de famille, une somme devant servir à la construction d'une nouvelle église. Il s'ingénia pour trouver ce qui manquait et avec l'aide de M.BOUTIER, il bâtit la belle église qui couronne la colline de LAI-THIÊU.

     

    Conformément au désir de M. AZEMAR, il poursuivit l'achèvement de l'Ecole des Sourds-Muets. Il fit venir les Soeurs de Saint Paul de Chartres pour s'occuper de cette oeuvre, tenir l'école des filles, et la crèche qui recueillait les enfants pauvres. Grâce à lui, les écoles se distinguèrent par  leur installation, le nombre et la bonne tenue des élèves. Il créa une chorale pour solenniser les fêtes liturgiques. Toujours très heureux d'accueillir ses confrères, son hospitalité était fraternelle, cordiale et franche.

     

    Au commencement de 1915, avec difficulté, il suivit la retraite commune. Mais il dût revenir bientôt à SAIGON  pour rentrer à la clinique du Dr.ANGIER. La fièvre ne le quittant  pas,  son état s'aggrava très vite. Averti  du danger, il se prépara à recevoir les derniers sacrements, sans pouvoir retourner à LAI-THIÊU où il avait passé 23 ans.  Le 29 Mars 1915, il rendit son âme à Dieu.

     

    Sa dépouille mortelle fut transportée à l'infirmerie du Séminaire de SAIGON.  Le Mercredi Saint 31 mars 1919, un missionnaire,ami intime du défunt célébra la messe des funérailles, dans la chapelle du  Séminaire beaucoup trop petite en cette circonstance. Puis le cortège se dirigea vers le cimetière des missionnaires, au tombeau d'Adran.

     

    Références biographiques


    AME 1899 p. 86. 1903 p. 182.

    CR 1880 p. 96. 1899 p. 212. 1915 p. 107. 233. 256.

    BME 1934 p. 499.

     

     

     

     

     

     


     

    • Numéro : 1455
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1880