Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paul VEAUX (1857-1942)

Add this

    [1576] VEAUX Paul est né le 3 juillet 1857 à Chartrier-Ferrière (Corrèze) dans le diocèse de Tulle.  Il est admis au Séminaire des Mis­sions Etrangères, le 25 septem­bre 1879. Sous-diacre le 4 mars 1882, diacre le17 février 1883, il est ordonné prêtre le 22 septembre 1883, et part le 21 novembre 1883 pour la mis­sion de Pondichéry. Après l'étude la langue tamoul, qu'il va parler avec une aisance remarquable, il est chargé de la paroisse de Mahé. En 1902, cette chrétienté va compter environ 400 chrétiens, dont un grand nombre ont été convertis par le  Pè­re Veaux. Appelé en 1906 à diriger la paroisse de la cathédrale de Pondichéry, qui est alors avec ses 8000 chrétiens la paroisse la plus importante de la région, il accorde dans son action pastorale la priorité à la formation chrétienne de ses fidèles, et s'il confie à ses deux vi­caires l'éducation des jeunes, il se réserve pour lui-même le soin d'instruire les adultes. Malgré toute l'attention qu'il porte à sa communauté, il ne peut cependant éviter en 1908 un douloureux conflit de prééminence entre chré­tiens de castes diffé­rentes, les uns revendiquant la pre­mière place dans l'as­semblée et les autres aspirant à une égale considération. En 1910, le Père Veaux devient curé de la paroisse de Mahé. C'est pour lui un grand changement, car il doit s'adapter non seulement à un nouveau groupe humain mais aussi à une autre langue: le maléyalam. Naturellement doué pour les langues, il réussit en peu de temps à assimiler ce nouveau parler et à le maîtriser avec la même aisance que le tamoul. Ce qui facilite ses contacts et lui attire avec la sympathie de la population de nom­breu­ses conver­sions. En 1913, des ennuis de santé l'obligent à rentrer en France, et il doit attendre la fin de la guerre pour rejoindre sa mission. A son retour, il est nommé curé de la paroisse de Karikal, qui compte à cette époque près de 8000 chrétiens, et dirige en même temps l'école de la mis­sion. Il va désormais administrer cette importante chrétienté, jusqu'au jour où l'âge et sa santé défaillante vont l'obliger à démissionner. Il prend alors sa retraite dans cette ville de Karikal, où il a tant donné de lui-même, et vit dans le silence et le recueillement les dernières années de sa vie, jusqu'à son décès qui survient le 29 juin 1942. Il est inhumé dans le cimetière des mis­sion­naires, situé près de l'église de Karikal.

     

    Références biographiques

    BME 1922 p. 58, 579. 1924 p. 336. 1925 p. 78.  1930 p. 543. 1933 p. 955.

    CR 1883 p. 116. 1890 p. 180. 1892 p. 274. 1900 p. 221. 1901 p. 306, 307. 1902 p. 263. 1906 p. 240. 1907 p. 270, 271. 1911 p. 239. 1914 p. 124. 1916 p. 161. 1918 p. 113. 1920 p. 74. 1922 p. 250. 1931 p. 279. 1947 p. 351. 1949 p. 214. 1950 p. 147.

    EC1 n° 432.

     

    • Numéro : 1576
    • Pays : Inde
    • Année : 1883