Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

André VÉRINEUX (1897-1983)

[3233]. VÉRINEUX André (1897-1983) né le 4 novembre 1897 à Reims (Marne), entra au Séminaire des Missions Étrangères en 1919, fut ordonné prêtre le 23 décembre 1922 et partit pour la mission de Mandchou-rie méridionale le 16 a-vril 1923. Après létude de la langue à Newchang, il prit la direction de la procure de la mission, puis, en 1930, fut chargé du district de San-tai-tse. En 1936, il fut envoyé à Heichan ; en 1938, il devint supérieur du petit séminaire, et, en 1940, chef du district de Sifeng.
Add this

    André, Jean Vérineux naquit le 4 novembre 1897, à Reims, paroisse St. Rémi, diocèse de Reims, département de la Marne. Après ses études primaires à l'école Saint Rémi, de 1904 à 1910, et ses études secondaires au petit séminaire diocésain, de 1910 à 1915,  il entra au séminaire Saint Sulpice, en 1915, sa famille s'étant probablement repliée sur Paris, en raison de la guerre. En 1916, il fut mobilisé jusqu'à la fin du conflit mondial. Décoré de la Croix de guerre et libéré, il se dirigea vers le grand séminaire de Reims pour y continuer sa formation cléricale.

     

    Le 14 août 1919, avec l'autorisation du Cardinal de Reims, il posa sa demande d'entrée aux Missions Etrangères. Admis le 19 août 1919, minoré, il entra au séminaire des Missions Etrangères, le 30 septembre 1919. Sous-diacre en mars 1922, diacre en juin 1922, ordonné prêtre le 23 décembre 1922, il reçut le 5 février 1923, sa destination pour le vicariat apostolique de la Mandchourie Méridionale (Moukden) qu'il partit rejoindre le 16 avril 1923.

     

    M.Vérineux débarqua en Mandchourie le 8 juin 1923, et arriva à Moukden, le 11 juin suivant. Après un séjour de trois mois à l'évêché, il fut envoyé à Newchang, (Niou-tchouang) pour y aider M.Pérès, et, sous sa direction, parfaire sa formation missionnaire. et sa maitrise de la langue chinoise au point de devenir un fin lettré. En 1927, rappelé à Moukden, il prit la direction de la procure de la mission. En 1930, il fut mis à la tête du district de San-tai-tse. Malgré les désordres, les troubles crées par la situation politique, et les menaces émanant d'une bande de brigands redoutables, il put visiter, une fois, les divers postes de son district. Alors, il consacra son temps à construire dans sa résidence centrale, une église pouvant contenir 1.500 personnes et dont toutes les dépenses furent couvertes par les chrétiens, et ce, sous la surveillance de sentinelles postées aux créneaux des murs de terre. Mgr. Blois bénit cette nouvelle église, alors la plus grande de la mission, le 8 décembre 1934.

     

    Le 26 mai 1935, quittant ses 2.600 chrétiens de San-tai-tse, M.Vérineux partit en congé en France. Après avoir refait sa santé, il travailla à l'information missionnaire jusqu'en septembre 1936. Il rentra alors dans sa mission en passant par les Etats-Unis et le Japon. A Kobé, il rencontra M.Chagny, jeune partant destiné au vicariat apostolique de Moukden, et avec lui, il regagna la Mandchourie.

     

    M.Verineux fut alors envoyé à Heichan, chrétienté située au Nord Ouest de Moukden, non loin de la ligne de chemin de fer reliant Moukden à Pékin. En octobre 1938, à la tête du petit séminaire, il remplaça M. Joseph Sage, le supérieur titulaire qui partait en congé. En raison de l'état de guerre entre la France et l'Allemagne, mobilisé, il se rendit à Pékin, le 7 septembre 1939. Affecté spécial, il reprit le 20 septembre 1939, sa charge au petit séminaire jusqu'au retour de M.Joseph Sage. Au mois de mai 1940, il fut nommé chef du district de Sifeng, au Nord-Est de Moukden, en direction de la frontière coréenne, et, en septembre 1942, M. Chagny lui fut adjoint.

     

    Par décret du 11 avril 1946, la hiérarchie fut établie en Chine; Mgr. Blois devint Archevêque de Moukden, mais la mort le surprit le 18 mai 1946, sans avoir eu le temps de prendre possession canonique de son siège. M. Beaulieu prit la direction de la mission, et appela auprès de lui à la procure, M.Vérineux.qui devint vicaire capitulaire et administrateur de la mission à la mort de M.Beaulieu, le 1 décembre 1946.

     

    Au début de 1947, la situation politique se dégrada de plus en plus et les forces communistes prirent peu à peu le pouvoir; la famine menaçait et même sévissait dans les villes. En septembre-octobre 1947, M.Vérineux fit évacuer par avion sur Pékin-Nankin 25 séminaristes et 90 religieuses chinoises. Il demanda à M.Boschet qui quitta Moukden par le dernier avion le 28 octobre 1947, d'abord de les rejoindre, de les regrouper, et plus tard, sous la pression des évènements, de les replier sur Taïwan. Tel fut le début de l'histoire de la mission de Hualien (Hwalien). Le 30 octobre 1948, les troupes et les cadres communistes entrèrent à Moukden. En juin 1949, se trouvaient rassemblés à Formose 4 missionnaires dont deux Français et deux Chinois, 35 petits séminaristes, 88 membres de la Congrégation du St.Coeur de Marie sous la responsabilité de M. Boschet, supérieur de cette "diaspora" évacuée de Mandchourie.

     

    Par décret du 14 juillet 1949, Rome créa le nouveau diocèse de Ying-Kow, confié à Mgr.Vérineux. et qui englobait huit préfectures détachées de l'ancien vicariat apostolique de Moukden. Mgr. Ignace Pi était nommé archevêque titulaire du nouvel archidiocèse de Moukden confié au clergé chinois. Le 2 août 1949, par les soins de la nonciature, ces nouvelles parvinrent à destination. Le dimanche 16 octobre 1949, en la cathédrale de Moukden, Mgr. Vérineux reçut la consécration épiscopale des mains de Mgr. Gaspais, assisté de Mgr. Lapierre et de M. Eugène Chometon, doyen des missionnaires présents en Mandchourie. Sa devise: "Opere & Veritate" Le 13 novembre 1949, Mgr. Vérineux transmit à Mgr. Ignace Pi ses pouvoirs sur le territoire du nouvel archidiocèse de Moukden. Le 27 novembre 1949, empêché par les autorités locales de se rendre à Ying-Kow, il prit possession de son siège par procuration, ayant donné pouvoir à cet effet, à M.Guillon-Goytino, curé de la nouvelle cathédrale de Ying-Kow. Malgré les demandes plusieurs fois réitérées auprès des autorités locales, Mgr..Vérineux ne fut jamais autorisé à se rendre à YingKow, son siège épiscopal. Tout changement de résidence lui ayant été interdit, il fut obligé de rester à l'archevêché de Moukden, avec Mgr. Ignace Pi,

     

    Arrêté le 14 août 1951, avec interdiction de sortir de sa chambre, Mgr. Vérineux, traduit devant un tribunal militaire, eût à subir de longs interrogatoires surtout pendant la nuit. Mis au secret, il se vit chargé des pires accusations, menacé des pires châtiments. Le 8 octobre 1951, il comparut avec cinq autres missionnaires devant un tribunal populaire qui les condamnèrent à trois ans de prison, sentence commuée peu après en expulsion à vie. Conduis sous bonne garde jusqu'à Tientsin, et enfermés dans leur cabine à bord d'un bâteau jusqu'au départ de ce dernier,  Mgr. et ses missionnaires débarquèrent à Hong-Kong le 22 octobre 1951.

     

    Après un bref voyage à Taïwan, Mgr. Vérineux quitta Hong-Kong par avion  le 19 novembre 1951, et rentra en France. Le 7 août 1952, le Saint-Siège confia à la Société des Missions Etrangères la nouvelle préfecture apostolique de Hwalien, sur le versant oriental de l'île de Formose, côté Pacifique. Mgr. Vérineux en devint le premier administrateur Apostolique. Il prit possession de son siège, le 2 novembre 1952, par procuration donnée à M.Boschet, pro-préfet. Il se rendit en Suisse pour demander le concours des Pères de Bethléem qui prirent en charge le sud de la mission, puis le 25 février 1953, par avion, il gagna son nouveau poste, en passant par le Canada et les Etats-Unis.

     

    Arrivé à Taïpei le 12 mars 1953, Mgr. Vérineux fut accueilli solennellement le 17 mars 1953, à Hwalien. Sa préfecture apostolique comptait alors environ 800 baptisés, 500 catéchumènes, 3 prêtres et 12 religieuses chinoises à la tête de deux dispensaires et de deux jardins d'enfants. Mgr. Vérineux fit d'abord la visite des cinq chrétientés de sa mission. Puis, le 3 mai 1953, il fixa l'emplacement de sa future cathédrale et de son évêché où il s'installa le 2 septembre 1953. Le 1 mars 1963, la Préfecture Apostolique fut érigée en diocèse de Hwalien (Hualien); la cérémonie officielle d'érection se déroula le 15 août 1964, sous la présidence de Mgr. Caprio, Internonce.

     

    Les catéchumènes, en forte majorité aborigènes, affluèrent très vite dans toute la mission, au point que l'on parla de "miracle". Mgr. Vérineux tout en gardant la responsabilité générale de l'organisation de sa préfecture, et en assurant  les visites pastorales dans l'ensemble de son territoire, confia, en octobre 1953, le district de Taitung à 170 kms au sud de Hwalien, aux Pères suisses de Bethléem. A la fin de 1954, il céda aux chanoines du Grand Saint.Bernard, anciens du Thibet, le territoire situé au nord de la ville de Hwalien. Mais, il se réserva l'achat de terrains, l'implantation et la construction des églises et des résidences. De ce fait, il procéda à la bénédiction de très nombreuses églises construites par lui, dont son église pro-cathédrale dédiée à N.D. Auxiliatrice, et bénite le 7 octobre 1958. Voyageant beaucoup, il visita au moins une fois, les 390 villages de sa mission.

     

    Le 11 novembre 1954, invité par la Mère Générale des Soeurs de la Providence de Portieux, en qualité d'évêque de Ying-Kow où cette congrégation travaillait, il s'envola vers Saigon, et Rome afin de prendre part, le 21 novembre 1954, aux cérémonies de béatification du Vénérable Jean-Martin Moÿe, leur fondateur et ancien missionnaire en Chine. Arrivé à Rome le 20 Novembre 1951, il repartit en avion le 2 janvier 1955, pour Hwalien où il atterit le 11 janvier 1955.

     

    Mgr. Vérineux visita fréquemment ses missionnaires les encourageant et leur accordant une confiance entière pour la formation de leurs néophytes avec l'aide de catéchistes choisis et formés par eux. En 1958, il approuva la fondation par les Pères suisses d'une école de catéchistes. En 1959, il ouvrit pour ces derniers, un centre de perfectionnement, à l'ombre de son évêché à Milun, (Hwalien), puis en 1963, un petit séminaire, plaçé sous la direction d'un prêtre suisse, le P.Burck.

     

    Mgr. Vérineux laissa à ses prêtres toute initiative pour lancer et diriger les divers mouvements dl'action catholique. Il confia le soin spirituel des chrétiens chinois à plusieurs missionnaires; en 1959, un prêtre taiwanais fonda la paroisse chinoise de Hwalien, et en 1971, une seconde paroisse chinoise fut érigée, en ville de Hwalien. Deux missionnaires furent envoyés à Taipei, pour suivre et aider les nombreux jeunes aborigènes migrants en cette ville.

     

    En vue de la formation de cadres, Mgr.Vérineux fit appel aux soeurs Ursulines, qui avaient travaillé à Swatow, en Chine. Le 20 août 1958, une Française et trois Chinoises arrivèrent à Hwalien où elles fondèrent un collège secondaire dans un quartier neuf, à l'extrémité du faubourg de Milun. Mis en chantier le 12 juin 1959,. ce collège "Hai Sing" -Etoile de la Mer- ouvrit ses portes le 15 septembre 1959. En 1959, une école industrielle fut mise en chantier à Taitung.  En 1961, les Soeurs de St.Paul de Chartres lancèrent un jardin d'enfants. En 1960, Mgr. Vérineux fonda la Congrégation locale "Ste Marthe" destinée à former des religieuses catéchistes aborigènes. En 1976, l'Institut comptait 44 professes, 6 novices, et une dizaine de postulantes.

     

    Du 10 au 17 décembre 1958, il participa à une importante Assemblée de 112 Archevêques et Evêques d'Extrême-Orient tenue à Manille; à son retour, il fit une halte à Hong-Kong où il rencontra au séminaire d' Aberdeen, ses cinq séminaristes de YingKow dont deux furent ordonnés prêtres par lui, dans l'église pro-cathédrale de Hwalien (Milun), le 8 août 1959. Du 28 octobre au 6 novembre 1954, et plus tard du 19 au 28 février 1960, il reçut  dans sa mission, Mgr. Lemaire, Supérieur Général. Le 1 mars 1959, il accueillit à Hwalien le Cardinal Agagianian, et le 13 avril 1959, le Cardinal Yu-Pin. En avril 1960, il fit visiter sa mission à Mgr. Caprio, nouvel Internonce auprès du Gouvernement de la Chine Libre,

     

    Parti le 14 juin 1960, accompagné de M.Poupon, délégué, Mgr. Vérineux arriva le 1 juillet 1960 à Paris pour prendre part à l'Assemblée Générale de la Société qui s'ouvrit à Bièvres le 2 août 1960. Le 24 août suivant, il repartit pour Hwalien où, en avril 1961  il accueillit M.Maurice Quéguiner, supérieur général de la Société. Mgr. Vérineux participa au concile Vatican II dont il commença à appliquer les directives.

     

    Homme de prière, et d'action, Mgr. Vérineux apprécia la langue et la culture chinoise. Pendant vingt-cinq ans, avec un professeur particulier, il étudia le chinois, et l'écrivit avec facilité et élégance. Doué pour la musique, il aimait le grégorien, les chants et danses traditionnels des diverses ethnies de sa mission. Il composa lui-même toute une messe sur un texte chinois

     

    Le 2 février 1973, atteint par la limite d'âge, Mgr. Vérineux présenta au Saint Siège sa démission qui fut acceptée le 23 juillet 1973. M.Poupon fut élu vicaire capitulaire. Enfin le 28 janvier 1975, Mgr. Kia prit possession du diocèse de Hwalien. Celui-ci comptait alors environ 58.000 catholiques dont 90% d'aborigènes. Mais, après l'ampleur de la marche vers le christianisme, arrivait le temps des mutations et se faisait sentir la nécessité de consolider dans la foi ces jeunes chrétientés.

     

    Mgr. Vérineux se retira dans une pavillon près de l'Institut Ste Marthe qu'il avait fondé, et où il resta l'animateur et le directeur. Il écrivit alors un livre intulé "Souvenirs". Le 5 janvier 1983, au repas du soir, à l'évêché se sentant indisposé, il demanda à se retirer. Le docteur diagnostiqua une broncho-pneumonie. Après un léger mieux, il s'éteignit le 10 janvier 1983, à 4h.20 du matin.

     

    Ses obsèques eurent lieu le 14 janvier 1983, en présence de tous les évêques de Taiwan, des autorités et avec un grand concours de chrétiens du diocèse de Hwalien (Hualien).

     

     

     

    Références biographiques

     

    AME 1923 p. 118. 1934 p. 85.

    CR 1923 p. 177. 1925 p. 35. 1926 p. 32. 1932 p. 62. 1933 p. 45. 46. 1935 p. 34. 1947 p. 2-9. 1948 p. 13. 14. 16. 18. 1949 p. 25. 26. 1950 p. 17. 1951 p. 21. 1952 p. 23. photo p. 22. 1953 p. 22. 24. 25. 1954 p. 18. 24. 27. 1955 p. 23. 1956 p. 22. 29. photo p. 24. 1957 p. 21. 28. 33. 1958 p. 33. 36. 1960 p. 38-40. 1961 p. 35. 36. 38. 1962 p. 46. 48. 49. 108. 1963 p. 54. 57. 59. 1964 p. 29. 1965 p. 50. 51. 1966 p. 53. 1967 p. 46. 49. 50. 1974-76 p. 93. 102. AG80/81 p. 98. 101 - 80/82 p. 103.

    BME 1923 p. 248. 455. 510. 1924 p. 44. 1932 p. 773. 1933 photo p. 727. 1934 p. 76. 1935 p. 500. 1936 p. 225. 1938 p. 680. 1939 p. 785. 1940 photo p. 118. 1941 p. 323. 1948 p. 9. 167. 296. 1949 p. 508. 661. 1950 p. 184. 187-190. 264. 445. 577. photo p. 190. 1951 p. 114. 199. 219. 220. 257. 646. 707. 779. 1952 p. 48. 60. 131. 510. 705. 1953 p. 218. 234. 235. 318. 384-387. 474-477. 557. 575. 703. 704. 776. 778. 780. 888-890. 990. 991. 1954 p. 163. 164. 262-264. 346-349. 351. 352. 471. 491. 507. 566. 567. 675. 677. 678. 781-783. 896. 897. 1006-1008. 1121-1124. photo p. 855. 1955 p. 7. 38. 39. 96. 242-244. 280. 339. 340. 451-454. 517. 635. 636. 638. 777-779. 897. 899. 997. 1081. 1082. photo p. 538. 1956 p. 164. 165. 264. 265. 353-355. 457. 458. 554. 650. 777. 778. 887. 889. 991. 993. 1074. 1075. photo p. 546. 978. 1957 p. 61. 62. 161. 162. 258. 260. 261. 348-349. 351-353. 461-463. 527. 545-547. 632. 633. 756-759. 961. 1083-1085. photo p. 1068. 1958 p. 67. 68. 173-175. 254-256. 361. 453. 641-644. 658. 850. 854. 885. 972. 1058-1060. 1959 p. 167. 168. 263. 264. 277. 346. 347. 440. 442. 628-630. 864. 973-975. 1061-1063. photo p. 422. 1960 p. 83. 84. 86. 174. 175. 259. 260. 457. 540. 635. 724. 725. 846. 945. 1961 p. 246. 309. 380. 382. 383. 450. 451. 490. 578. 580. 671.748. 749.

    EPI 1962 p. 204. 207. 693. 695. 927. 929. 930. 931. 1963 p. 129. 271. 713. 714. 1964 p. 122. 418. 708. 1965 p. 112. 114. 117. 248. 249. 397. 399. 702. 1966 p. 127. 265. 440. 1967 p. 132.

    Enc. PdM. 2P1 (art.). 14P4. 16P4.

    R. MEP 1962 n° 119 p. 41 - 122 p. 19. 20 (art.). 1963 n° 125 p. 29 (art.). 47 - 128 p. 49. 1964 n° 136 p. 64. 65. 1966 n° 143 p. 27 (art.).

    PDM 1967 n° 2 : MEP.

    MDA 1956 p. 167 (art.). 1959 p. 103.

    HIR n° 121.

    EC1 N°  32. 33. 318. 327. 471. 481. 484. 505. 506. 507. 508. 520. 525. 534. 555. 568. 641. 653. 682. 684. 708. 710. 722.

    EC2 N° 2P44. 46. 8P239. 9P270. 272. 10P289. 13P401. 413. 14P421. 18P117. 20P169. 24P302. 35P268. 275. 38P44. 41P156. 45P264. 54P203. 205. 54P207. 58P329. 61P80. 65P211. 67P271. 73P115. 75P163. 84P108. 86P183. 104P44. 115P36. 118P152. 134/C2. 171/C2. 176/585.

    MEM 1983 p. 9.

     

    • Numéro : 3233
    • Pays : Chine
    • Année : 1923