Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Henri VALENTIN (1882-1967)

[2909]. VALENTIN Henri (1882-1967) né le 31 mars 1882 à Chomelix (Hte-Loire), admis au Sé- minaire des M.-E. en 1901, ordonné prêtre le 22 septembre 1906, partit le 4 novembre suivant pour le Setchoan oriental. Après avoir étudié la langue à Pichan, il fut nommé en 1908 curé de Tong-kiang. Il put rester dans son poste pendant la guerre, ayant été réformé pendant son service militaire. En 1920, il fut nommé à Suting puis fit un court séjour à Yuin-tchouan en 1922, avant
Add this

    [2909]  VALENTIN Henri, est né le 31 mars 1882 à Chomelix (Hte. Loire), au diocèse du Puy. Il fait ses études secondaires au Petit Séminaire de la Chartreuse du Puy de 1895 à 1901. Il entre laïque au Séminaire des Missions Étrangères le 10 septembre 1901. Ordonné prêtre le 22 septembre 1906, il part le 4 novembre suivant pour le Setchoan oriental.

     

    Il fait son stage de langue à Pichan près du Père Tournier (1907-1908). Il est ensuite nommé curé de Tong-kiang, mais la proclamation de la République, établie le 22 novembre 1911 à Chungking, inaugure des années de troubles. Réformé dès son service militaire, le Père Valentin n'est pas mobilisé pour la guerre de 1914-18 et en 1920, il est nommé à Suting où ses efforts se portent sur les écoles de garçons et de filles tout en préparant la nouvelle fondation des Franciscaines Missionnaires de Marie, en 1922. Après un séjour assez bref à Yuin-tchouan, il est nommé à l'imprimerie de la Sainte Famille à Tsen-kia-gai dont il devient le directeur en février 1929. Jusqu'à 1950, le Père Valentin va développer et moderniser cette oeuvre, conscient qu'il est de l'efficacité de cet apostolat.

     

    La guerre sino-japonaise éclate en 1937 et Chungking va devenir la capitale provisoire de la Chine. Les bombardements réguliers de 1938 à 1942 causeront beaucoup de dégats aux oeuvres de la mission. Après la guerre, le Père Valentin regagne Tsen-kia-gai et doit tout reconstruire. Mais, fatigué, il prend un congé en France en 1948-1949.

     

    Revenu en octobre 1949, il est nommé à la petite paroisse de Tse-mon-chan, mais un mois et demi après son arrivée, les communistes prennent le contrôle de la ville. Le 1er septembre 1951, les permis de séjour ne sont pas renouvelés et les Pères doivent quitter la Chine. Le Père Valentin arrive à Hongkon le 6 octobre 1951.

     

    En France, le Père Valentin fut aumônier quelques temps chez lui, à Craponne-sur-Arzon, puis dans l'Eure et à la Fondation Pereire à Levallois-Perret. Le 16 octobre 1963, le Père se retira à Montbeton. En septembre 1966, il fêta ses noces de diamant à Lourdes. En octobre 1967, il se rend à Oullins, dans le Rhône, pour le baptême d'un arrière-petit-neveu. Il en rentre plutôt fatigué. Dans la nuit du 13 décembre il est pris d'une violente crise de coliques néphrétiques. Il s'éteint le 24 décembre 1967 muni du sacrement des malades.

     

    Références biographiques

     

    AME 1907 p. 62. 1910 p. 263. 313. 1926-27 p. 284. 285.

    CR 1906 p. 275. 1908 p. 85. 1910 p. 90. 91. 1912 p. 101. 1923 p. 54. 1926 p. 49. 1932 p. 79. 1937 p. 53. 1939 p. 51. 1949 p. 30.

    BME 1925 p. 45. 1928 p. 589. 1932 p. 39. 312. 391. 1933 p. 83. 319. 530. 1938 photo p. 536. 1940 p. 747. 1941 p. 174. 1948 p. 13. 167. 174. 1949 p. 38. 1951 p. 46. 707. 1952 p. 60. 1955 p. 1009. 1956 p. 807. 812.

    EPI 1968 p. 673-678 (notice nécro).

    PDM 8P4.

    EC1 N°  235. 238. 240. 261. 466. 473. 506. 508. 584.

    EC2 N°  5P129.

    • Numéro : 2909
    • Pays : Chine
    • Année : 1906