Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean Baptiste URRUTIA (1901-1979)

[3279]. URRUTIA Jean-Baptiste (1901-1979) né le 6 novembre 1901 aux Aldudes (Pyr.-A.), entra au Séminaire des M.-E. en 1921, ordonné prêtre le 6 juin 1925 et partit pour la mission de Hué le 18 septembre 1925. Après une première initiation à la langue vietnamienne, il fut professeur au petit séminaire d'An-ninh, et ensuite supérieur de ce séminaire, de 1930 à 1945. Nommé évêque d'Isauropolis et vicaire apostolique de Hué, en 1948, il assuma son épiscopat dans l'insécurité.
Add this

    Jean-Baptiste URRUTIA naquit le 6 novembre 1901, aux Aldudes, diocèse de Bayonne, département des Pyrénées Atlantiques. Sa famille était d'origine basque-espagnole. Son grand père possédait à Ururita, en territoire espagnol, une modeste exploitation agricole. qui fut incendiée en 1866, lors des guerres carlistes. Toute la famille -le père de Mgr. avait alors 3 ans- se réfugia en France  et se fixa aux Aldudes. A dix-huit ans, le père de Mgr. Urrutia, partit aux Etats-Unis, travailla comme berger en Californie, pendant une douzaine d'année, revint en France, se fixa aux Aldudes, et s'y maria. De cette union avec Marie Ardens, qui avait trois frères prêtres bénédictins, naquirent dix enfants. Jean-Baptiste était le quatrième, et deux de ses soeurs devinrent religieuses.

    Ses études primaires achevées à l'école communale, Jean-Baptiste entra en 1911, au collège d'Hasparren, tenu par les Frères des Ecoles Chrétiennes, puis, ces derniers ayant été expulsés, par les prêtres du diocèse. Il y fit la 6ème et la 5ème. En octobre 1913, il continua ses études secondaires au collège de Belloc, les termina en juin 1919. Il se dirigea ensuite vers le grand séminaire diocésain où il fit une année de philosophie et  sa première  année de théologie.

    Le 19 juin 1921, il fit sa demande d'admission au Séminaire des Missions Etrangères.où il arriva, laïque, le 16 septembre 1921. Après une année de séminaire, venant d'acquérir la citoyenneté française, il fut incorporé au 18ème R.I. à Pau, où il retrouva le caporal Michel Olçomendy, futur évêque de Malacca, puis archevêque de Singapour. Sous-diacre le 20 décembre 1924, diacre le 7 mars 1925, ordonné prêtre le 6 juin 1925, il reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Hué qu'il partit rejoindre le lundi 14 septembre 1925, embarquant à Marseille, le 18 septembre 1925.  à bord du "Compiègne"

    Le 22 octobre 1925, M. Urrutia arriva dans sa mission; un mois plus tard, Mgr. Allys  le nomma professeur au petit séminaire d'Anninh, au nord du vicariat, un peu plus haut que le 17ème parallèle. M.Roux, supérieur de la maison, lui confia l'enseignement du latin et du français. M. Urrutia obéit sur la promesse de son évêque de le relever du professorat dès que possible, pour une étude sérieuse de la langue viêtnamienne..En 1930, la promesse faite paraissait pouvoir se réaliser, quand M.Roux tomba malade, et dut rentrer en France. M.Urrutia fut alors nommé supérieur intérimaire du petit séminaire, charge qu'il gardera jusqu'en juin 1937. En 1931, M.Roux, de retour dans sa mission, devint supérieur du grand séminaire de Hué, et M.Urrutia fut titularisé dans ses fonctions. Le 27 Mai 1937, Mgr. Lemasle fut sacré évêque titulaire de Teuchyra; placé à la tête du vicariat apostolique de Hué. Il fit de M. Urrutia son provicaire.

    Le 2 Juin 1937, celui-ci s'embarqua à Tourane (Danang) pour prendre son congé régulier. Rentré dans sa mission le 8 novembre 1938, il reprit la direction du petit séminaire. Il participa au synode diocésain qui se tint au grand séminaire de Hué les 23-24-25 janvier 1940, sous la direction de Mgr. Lemasle. Tout se passa bien jusqu'au 9 mars 1945; mais peu de temps après, M. Urrutia fut arrêté et emmené à Hué où il retrouva ses confrères en résidence surveillée, regroupés dans le quartier de Phu-Cam. En décembre 1945, à l'occupation japonaise, succéda la présence chinoise, dans l'attente des troupes françaises au printemps de 1946.

    Le 26 septembre 1946, Mgr. Lemasle mourut à la clinique St.Paul à Saïgon. M. Urritia, provicaire, prit en charge l'administration de la mission et résida à l'évêché. Du fait d'une situation politique instable et ambigüe, malgré un certain "modus vivendi" établi, éclata le "coup de force" du 19 décembre 1946. Le 23 décembre 1946; M. Urrutia faillit être arrêté. Il se réfugia au Collège Dông-Khanh, puis après Noël 1946, à l'hôtel Morin, à Hué où il resta jusqu'au 4 février 1947.

    Nommé évêque d'Isauropolis, le 18 février 1948, M.Urrutia fut sacré en la cathédrale de Phu-Cam, le 27 mai 1948, jour de la Fête-Dieu, devenant ainsi le huitième vicaire apostolique de la mission de Hué. Il commença son épiscopat dans une atmophère de dangers, d'insécurité et de situations délicates. Six de ses  missionnaires étaient détenus à Vinh, et M. Grall, arrivant de France, fut pris, et assassiné le 12 janvier 1949, au moment où il entrait dans le territoire de la mission.

    Le 26 juin 1949, Mgr.Urrutia arriva en France, pour refaire sa santé, et rentra par avion à Hué le 22 décembre 1949. Le 6 Juin 1950, il fêta ses 25 ans de sacerdoce, et en raison de sa participation à l'Assemblée Générale des Missions Etrangères de 1950, il fit coïncider son jubilé d'argent avec le centenaire de la Mission devancé de quelques mois. L'Assemblée Générale clôturée, il regagna Hué par avion le 6 octobre 1950. En juin 1953, il eût la joie d'accueillir ses missionnaires détenus à Vinh rendus à la liberté. En Juilllet 1953, il fut décoré de la Croix de la Légion d'Honneur.

    Mgr Urrutia ne se laissa pas paralyser par les évènements et la situation difficile de cette période, mais il prépara l'avenir du diocèse.en veillant à la formation humaine et spirituelle des séminaristes, des religieux, des religieuses, les visitant fréquemment; cette vigilance et ce discernement étaient surtout nécessaires chez les religieuses, car, à plusieurs reprises, des agents communistes essayèrent habilement de s'infiltrer dans ces communautés, pour les noyauter.Il organisa l'Action Catholique, et fut attentif au monde des étudiants. Hué était un centre universitaire où enseignaient plusieurs de ses missionnaires, et des écoles secondaires importantes préparaient aux études supérieures. Il demanda aux pères Jésuites d'ouvrir à Hué, un foyer d'accueil pour les étudiants. Il visita souvent les paroisses et s'interessa au sort des réfugiés, et des personnes déplacées, leur apportant aide spirituelle et matérielle dans leurs camps.

    Le 30 novembre 1955, en la cathédrale de Saïgon, Mgr. Simon-Hoà Hiên, originaire du diocèse de Hué. reçut la consécration épiscopale, et devint vicaire apostolique de Saïgon. Le 20 Février 1959, Mgr. Urrutia reçut à Hué le cardinal Agagianian, légat  du Pape, à l'occasion de la clôture du Congrès Marial au sanctuaire national de N.D.de Lavang, et du tricentenaire de l'établissement au Viêtnam, en 1659, des deux premiers vicariats apostoliques. Il rappela que "le vicariat apostolique de Hué s'honore  de compter, parmi les treize évêques viêtnamiens nommés par le St.Siège jusqu'à ce jour, quatre ses fils"..

    Le 8 décembre 1960, on apprit officiellement l'érection de la hiérarchie dans l'église du Viêtnam, la création des diocèses de Dalat, Mytho et Long-Xuyên, et la nomination de quatre nouveaux évêques. Le 12 avril 1961, en présence de son Exc.Mgr.le Délégué apostolique, de 12 évêques, de 200 prêtres et d'une foule considérable, Mgr.Ngô-Dinh-Thuc, premier archevêque de Hué prit officiellement possession de son siège. Mgr. Urrutia, nommé archevêque titulaire de Carpathos, prit les fonctions de curé de la paroisse de Xuân-Long, un faubourg de Hué, comptant  plus de mille chrétiens et un fort contingent de réfugiés; peu après, laissant sa place à un prêtre viêtnamien, il se retira à Lavang, centre de pélerinage important, dans la province de Quang-Tri.

    En 1962, il participa au Concile Vatican II. En novembre 1964, après la troisième session du Concile, les évènements politiques au Viêtnam empêchant le retour à son poste de Mgr. Ngô-Dinh-Thuc, Mgr. Urrutia fut pressenti pour être archevêque-administrateur de Hué. Il déclina cette offre. et cette charge fut confiée, en 1965, à Mgr. Philippe Nguyên-kim-Dien, évêque de Cantho.

    Le 20 février 1966, M.Louis Valour, curé de Dông-Hà, fut tué sur le coup, sa jeep ayant sauté sur une mine, alors qu'il allait célébrer la messe dans une chrétienté. Rentrant du Concile, Mgr. Urrutia, accepta d'assurer l'intérim à Dông-Hà, en attendant l'arrivée de M.Etcharren, professeur à la Providence, nommé curé de cette paroisse, et chef de ce district; puis, malgré l'insécurité, les bombardements, les mines sur les routes, pendant six ans, il resta avec l'équipe paroissiale rendant de nombreux services.il fut un élément d'équilibre et de paix. Le 30 mars 1972, les troupes du Nord Viêtnam attaquèrent en force à la hauteur du 17ème parallèle. Le soir du samedi saint, 1 avril 1972, sous les bombardements incessants, Mgr. Urrutia quitta Dông-Hà, dans une voiture, en direction de Hué. Le 24 mai 1972, il arriva à Paris pour prendre un congé régulier.

    Revenu au Viêtnam, le 3 juillet 1973, il se retira à la maison locale à Hué. En mars 1975, les évènements se précipitant, c'est avec douleur qu'il quitta le Viêtnam où il avait espéré finir ses jours. Arrivé en France le 5 avril 1975, il se retira à Montbeton. Vers le milieu de l'année 1978, il commença à décliner et à perdre la mémoire. Il s'éteignit paisiblement le 15 janvier 1979. Il repose dans le cimetière du sanatorium St. Raphael à Montbeton.

    Réf. biographiques.

    AME 1925 p. 186.

    CR 1925 p. 148, 1936 p. 159, 1939 p. 142-44, 233, 1940 p. 90, 1948 p. 97sq, 1949 p. 99, 101, 1950 p. 78, 81, 1951 p. 47, 50, 1952 p. 36, 1954 p. 41sq-47, 1955 p. 39, 1956 p. 31-4-6-7, 1957 p. 41-4-5, 1958 p. 44-7, 56, 1961 p. 46-7, 1962 p. 108, 1963 p. 75, 1965 p. 63-8, 1966 p. 78, 1967 p. 56, 61, 63, 1969 p. 65-7.

    BME 1923 p. 394, 1925 p. 643, 712-14-77, 1926 p. 319, 1929 p. 566, 1930 p. 444, 1931 p. 913, 1933 p. 702, 863, 1934 p. 589, 1936 p. 753, 1937 p. 443, 530, 747, 885, 1938 p. 281, 501, 1939 p. 143, 1940 p. 138, 1941 p. 504, 1948 p. 127, 247, 381, 1949 p. 245-46, 534, 653, 784, 1950 p. 180, 269, 341-42, 463, 510sq. 77, 698, 1951 p. 501-02, 1952 p. 115, 1953 p. 196sq. 583, 655-57, 1954 p. 28, 71sq.786-88, 1018, 1955 p. 779-80, 1956 p. 176, 190-91, 355-56, 576, 659, 1957 p. 549-50, 982, 1958 p. 786, 1959 p. 347, 867, 1961 p. 164, 313, 496-97, 672, 862. - PH 1934 p. 163, 1935 p. 537, 1937 p. 461, 1950 p. 583, 1956 p. 638.

    EP 1962 p. 796, 1963 p. 129, 277.

    ECM 1947 p. 62.

    ECM  Asie 1948 p. 94, 125, 133, 1950 p. 86.

    EC1 n° 36, 88, 92, 361-63-72-81-82-87, 91 p.334,125 p. 27, 127 C2, . - 451-61-62-69-70-75-83-84-85, 590, 600-33-81-86-89, 722-24-25-49.

    EC2 n° 2 p. 48, 3 p. 89, 6 p. 179C3, 7 p. 201, 9 p. 275, 1910 p. 302, 1918 p. 120, 1919 p. 151, 1923 p. 259-80, 28 p. 85, 38 p. 48, 1941 p. 145, 53 p. 176-77-78, 54C2 p. 209, 1958 p. 330, 66C2, 67 p. 275, 1968 p. 307, 69 p. 334-35, 70 p. 26, 82 p. 73, 85C2, p. 131-32-33.

    MEM 1979, 3.

     

     

     

    • Numéro : 3279
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1925