Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Denis TRANIER (1879-1932)

TRANIER Denis (1879 - 1932) [2623] TRANIER Denis, naquit le 7 mars 1879 à La Fouillade, dans le diocèse de Rodez. Il fit ses études secondaires au Petit Séminaire Saint Pierre de Rodez. Il entra au Séminaire des Missions Etrangères le 14 septembre 1897. Ordonné prêtre le 22 juin 1902, il partit le 23 juillet pour la Mission de Pondichéry.
Add this

    [2623] TRANIER Denis, naquit le 7 mars 1879 à La Fouillade, dans le diocèse de Rodez. Il fit ses études secondaires au Petit Séminaire Saint Pierre de Rodez. Il entra au Séminaire des Missions Etrangères le 14 septembre 1897. Ordonné prêtre le 22 juin 1902, il partit le 23 juillet pour la Mission de Pondichéry.

     

    Il se mit à l'étude du tamoul et de l'anglais, au centre de la Mission, tout en s'initiant aux us et coutûmes de l'Inde. Alors, Mgr. Gandhy, son évêque, décida de l'envoyer dans le district de Cortampet, un district montagneux avec de gros villages d'anciens chrétiens. Il trouva là des gens batailleurs et rancuniers, des Protestants dont il sut amoindrir l'influence, des catéchumènes à instruire, des voyages fréquents à faire pour visiter les dessertes, des terrains qu'il prétendit irriguer sans pompe à moteur, mais sans jamais y réussir.

     

    Il mena une vraie vie de broussard, couchant toujours sur le dure, se nourrissant de riz cuit à l'eau, assaisonné de condiments assez pimentés. Il devait faire de longues marches à pied  par des sentiers impossibles et sous un soleil de plomb.

     

    Ce genre de vie finit toutefois par avoir raison de sa santé. Il va se reposer à l'hôpital Sainte Marthe de Bangalore, après quoi, il va à Vellore, dans le North Arcot, où il remplace le curé pendant deux mois. Il est alors nommé à Villanur, centre de pélerinage à la Sainte Vierge de Lourdes, dans les environs de Pondichéry. Pendant cinq ans, il se dévoue à l'accueil des pélerins, aux confessions et à l'embellissement de ce petit coin de terre très populaire et très fréquenté.

     

    Mais sa santé est rebelle à tous les traitements, alors la Faculté lui conseille un retour en France. Il dut donc quitter l'Inde pour la maison de Montbeton. Il y passera une dizaine d'années. Il rendit sa belle âme à Dieu le 30 juillet 1932, après avoir donné l'exemple d'une vie de renoncement, d'humilité, de dévouement et de grande piété.

     

     

    Références biographiques

    AME 1902 p. 326. 1932 p. 246.

    CR 1902 p. 301. 1918 p. 197. 1932 p. 312. 400.

    BME 1925 p. 249. 1932 p. 724.

    EC1 N° 14. 78. 249.

    • Numéro : 2623
    • Pays : Inde
    • Année : 1902