Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Jean-Marie TOURTE (1903-1962)

[3394]. TOURTE Jean-Marie (1903-1962) né le 17 juillet 1903 à Verdun (Meuse), admis au Séminaire des Missions Étrangères en 1925, ordonné prêtre le 29 juin 1929, partit pour la mission de Quinhon le 15 septembre 1929. Après létude de la langue à Lac-diên, il fut professeur au petit séminaire de Lang-sông, puis, en 1936, il fut curé de Lê-son ; en 1937, curé de Cho-moi ; en 1939, curé de Cây-vong, près de Nhatrang. En 1942, il devint aumônier militaire, puis, en 1946, aumônier de l'hôpital Grall à Saïgon.
Add this

    Jean-Marie, Ferdinand TOURTE naquit le 17 juillet 1903, à Verdun, paroisse St. Victor, département de la Meuse, diocèse de Verdun. Il appartenait à une famille d'artistes, où la musique était en grand honneur. Un de ses oncles était luthier à Verdun, un autre, la chanoine Tourte, professeur de philosophie au grand séminaire diocésain et auteur d'oeuvres musicales fut maitre de chapelle à la cathédrale de Verdun. Son père décédé en 1914, était horticulteur.

     

    Après ses études primaires, admis en 1915, au collège Brivinier de Verdun, tenu par les Frères des Écoles Chrétiennes, il passa, en 1917, au collège petit séminaire St. Louis de Bar-le-Duc. Il se dirigea ensuite vers le grand séminaire diocésain à Benoitevaux où son oncle enseignait la philosophie.

     

    Son service militaire terminé, il entra, laïque, au séminaire des Missions Etrangères, le 14 septembre 1925 pour faire sa première année de théologie. A cette époque, les aspirants passaient une partie de leurs vacances à la maison de campagne de Meudon. Chaque dimanche M.Tourte organisait une séance récréative, se faisant metteur en scène et acteur. Les autres jours, la reliure accaparait ses temps libres. Tonsuré le 29 mars 1926, il reçut les premiers ordres mineurs le 11 décembre 1926 et les seconds ordres mineurs le 29 juin 1927; sous-diacre le 29 juin 1928, diacre le 22 décembre 1928, il fut ordonné prêtre le 29 juin 1929, et le soir même reçut sa destination pour le vicariat apostolique de Quinhon qu'il partit rejoindre le 15 septembre 1929.

     

    Arrivé à destination, il fut envoyé à Lac-Diên, où, sous la direction de M. Solvignon, chef du district de Go-Thi, il apprit la langue viêtnamienne. Plus tard, en 1936, il passa ses vacances à élever le clocher de l'église de cette chrétienté. En 1931, il fut nommé professeur et économe au petit séminaire de Lang-Sông..En 1934, il remplaça le supérieur, M.David parti en congé en France. En 1935, on lui confia la classe de troisième pour la préparer au brevet élémentaire. En 1936, remplacé au petit séminaire par M. Marc Lefebvre, il fut nommé curé de Lê-Son, près de Tourane (Da-nang). En 1937, à Nhatrang, il assura l'intérim de M. Vallet parti en congé, tout en s'occupant de son propre district de Cho-Moi, et en bâtissant une église dans la paroisse de Phu-Sa. Le 4 mai 1939, Mgr Tardieu annonça aux confrères le rappel en France, pour le service du petit séminaire de Beaupréau, de M. Tourte qui s'embarqua à Saigon, le 27 juin 1939.

     

    Mobilisé en septembre 1939, l'autorité militaire, en application du décret Mandel, le renvoya en Indochine.où sa présence fut jugée plus utile. Démobilisé au début du mois de décembre 1939, M. Tourte fut nommé curé de Cây-Vông, détaché du district de Ha-Dua, aux environs de Nhatrang. En janvier 1940, les jeunes missionnaires étant rappelés sous les drapeaux, M.Tourte remplaça M. Gauthier mobilisé, à la tête du district de Nam-Binh.

     

    Le 24 février 1942, M.Tourte fut nommé officiellement "aumônier militaire de la Colonie", avec le grade de capitaine. Il fonda d'abord des aumôneries militaires locales qu'il confia à des missionnaires et à des religieux choisis par lui. En 1943, il lança à Hanoï, la revue mensuelle "Présent", organe de liaison entre les garnisons; Il sût lui donner une présentation attrayante et vivante; se révélant fin et talenteux conteur; Il  créa à Hanoï une chorale militaire, et visita les petits postes isolés..

     

    Aussitôt après le 9 mars 1945, il se présenta aux autorités japonaises demandant l'autorisation de continuer ses fonctions auprès de l'armée française prisonnière, tout en acceptant de partager le même sort. Ses démarches restèrent sans résultat. Après le 15 août 1945, il obtint de partager la vie des militaires à la citadelle de Hanoï. Le 2 janvier 1946, on le nomma aumônier de l'hôpital Grall à Saïgon. Rappelé en France pour la rentrée scolaire d'octobre 1946 à Beaupréau, il fallut l'intervention de M. Robert, supérieur général, pour le faire démobiliser. Le 28 avril 1947, M. Tourte fut rayé des contrôles de l'armée.

     

    En attendant la rentrée des classes, il s'occupa très activement à faire connaitre les Missions et la Société dans la région de Ménil-Flin. En octobre 1947, à Beaupréau, on lui confia la classe de troisième et l'économat. Le 14 juin 1949, il fut nommé supérieur du petit séminaire Théophane Vénard, succédant à M. Davias-Baudrit. Il s'efforça d'augmenter l'effectif des élèves, visita leurs familles, organisa des camps de vacances ouverts à tous, créa un bulletin de liaison. Il adapta l'animation spirituelle à la mentalité des jeunes de ce temps. Il travailla beaucoup à moderniser la maison, pour rendre plus agréable la vie commune. Il mit ses talents d'artiste dans la célébration des fêtes liturgiques et la préparation des séances récréatives. Aimant travailler seul, soucieux de ne pas gêner les autres, parfois imprécis dans ses consignes, artiste, doué d'une extrême sensibilité, il lui arriva de souffrir en silence, dans les relations de la vie de communauté. En septembre 1959, fatigué, il demanda à être déchargé de ses fonctions, mais assura la nouvelle année scolaire avec un effectif de 55 élèves.

     

    En mai 1960, sa démission acceptée, il vint à la rue du Bac où on lui confia, dans la mesure de ses forces, l'entretien du matériel de la maison, et la formation spirituelle de deux aspirants frères. Ce travail à son goût, était essouflant pour un cardiaque, mais il s'en acquitta consciencieusement et avec le sourire. En outre, il avait accepté de s'occuper des affaires de la Mission de Kontum. Début mai 1962, il prêcha une retraite de première communion à l'église de la porte de Saint-Cloud. Le dimanche 6 mai 1962, au retour de cette cérémonie, il se trouva très fatigué. Le lendemain, il apprit la nouvelle du décès de sa tante chez laquelle il passait ses vacances. Il se rendit à Bar-le-Duc, où le même malaise le reprit, le mercredi, lors du transfert de la dépouille mortelle de sa tante à Beauzée-sur-Aire. Il prit le repas du soir chez des amis, et s'entretint familièrement avec les enfants. La porte de sa chambre à peine refermée, il tomba comme une masse sur le parquet. Le médecin ne pût que constater son décès. C'était au soir du 9 mai 1962, à Beauzée-sur- Aire..

     

    M. Jean-Marie Tourte repose maintenant près de son oncle, le chanoine Tourte, dans le caveau  que ce dernier avait fait aménager pour lui et son neveu à la cathédrale de Verdun.

     

    Références bibliographiques

     

    AME 1929 p. 174. photo p. 186. 1933 p. 66. 1940 p. 57.

    CR 1929 p. 235. 1939 p. 133. 134. 215. 1940 p. 85. 1948 p. 88. 1949 p. 150. 1952 p. 90. 1954 p. 85. 1957 p. 89.

    BME 1925 p. 582. 1929 p. 575. 1930 photo p. 48. 1932 p. 790. 1933 p. 67. 1934 p. 725. 803. 1935 photo p. 297. 1936 p. 671. 1937 p. 524. photo p. 429. 461. 1938 p. 699. 700. 1939 p. 431. 576. 1940 p. 136. 212. 701. 1949 p. 535. 1950 p. 754. 1951 p. 72. 1954 photo p. 401. 1960 p. 732.

    ECM 1946 p. 91. 1947 p. 184.

    MDA 1953 p. 110 (art).

    EPI 1962 p. 701. 949.

    EC1 N° 89. 183. 407. 411. 446. 450. 451. 456. 460. 470. 486. 487. 681. 704. 716.

    • Numéro : 3394
    • Pays : Vietnam
    • Année : 1929