Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Léon TINTET (1860-1920)

TINTET Léon (1860 - 1920) [1753] TINTET Léon, est né le 1er juin 1860 à GER, diocèse de Bayonne (Pyrénées Atl.). Il fit ses études au Petit Séminaire diocésain, et entra aux Missions Étrangères le 27 mai 1884. Il fut ordonné prêtre le 24 septembre 1887 et partit pour le Tibet le 2 novembre 1887.
Add this

    [1753]  TINTET Léon, est né le 1er juin 1860 à GER, diocèse de Bayonne (Pyrénées Atl.). Il fit ses études au Petit Séminaire diocésain, et entra aux Missions Étrangères le 27 mai 1884. Il fut ordonné prêtre le 24 septembre 1887 et partit pour le Tibet le 2 novembre 1887.

     

    Il était très difficile à cette époque d'entrer au Tibet. Le Père Tintet trouva asile pendant plus d'un an au Setchuan méridional, dans la région de Kia Tin, tout près du Tibet. Il employa ce stage à apprendre le chinois. Puis, en 1889, il reçut l'ordre d'essayer de rentrer au Tibet, et de se rendre dans le district de Capa, près de Loitinkiao.

     

    À la fin de l'année 1890, il fut décidé que M. Bénigne Courroux essayerait de rentrer dans son ancienne chrétienté de Yerkalo, dont la persécution l'avait chassé trois ans auparavant. Le seul moyen d'y parvenir était de faire le grand tour par le Kiengchang, le Yunnan, et une fois arrivé dans la sous-préfecture de Weisi, de tenter d'aller vers Yerkalo, où les esprits semblaient un peu calmés. Quand il eut atteint le Yunnan, Mgr Fenouil chargea M. Tintet d'un district où il resta pendant deux ans (1891-1892). Puis on lui confia le district de Siaoweisi. Il résida là de 1893 à 1904. Il trouva là, comme résidence, une très modeste maison indigène et un petit oratoire assez obscur. Il entreprit alors de construire une résidence plus confortable et un oratoire convenable. Le ministère spirituel et les travaux matériels le rendaient heureux dans ce poste.

     

    Mais en 1904, il dut revenir à Chapa. En 1905, quand après la grande persécution il fallut remplir les vides en pays tibétain, M. Tintet fut heureux de pouvoir aller s'établir à Yerkalo. Il n'y restait plus que des ruines, car les persécuteurs avaient arraché les fondations de nos établissements, voulant marquer par là que les missionnaires et leur oeuvre étaient à jamais détruits. Néanmoins, de 1906 à 1914, malgré obstacles et difficultés, M. Tintet put se procurer les matériaux et remit tout sur pied.

     

    En 1912, M. Tintet et ses chrétiens durent s'enfuir sur le territoire du Yunnan, pour échapper à la guerre entre Chinois et Tibétains de Lhassa. Les Tibétains avaient épargné la Mission, mais avaient incendié toutes les maisons du village. Quand les chrétiens voulurent retourner chez eux à Yerkalo, ils durent loger sous des tentes provisoires, tandis que M. Tintet les accompagnait pour les aider dans leur détresse.

     

    En 1914, au mois de juin, le Père Théodore Monbeig, curé de Bathang, fut massacré par des brigands tibétains. Le Père Tintet fut désigné pour le remplacer.

     

    Le 31 décembre, nouvelle calamité. La résidence de Bathang, ancien palais du deuxième roitelet, devint la proie des flammes. Ce désastre accabla notre pauvre confrère. Mais, dès l'année suivante, M. Tintet se mit au travail pour relever les ruines. En 1918, résidence, chapelle, écoles, tout était reconstruit, mais sur un plan plus modeste qu'auparavant. Les écoles se remirent à fonctionner avec environ 25 enfants. La chapelle fut bien fréquentée, car les gens vinrent à la messe le dimanche et le Père Tintet eut la joie de baptiser une trentaine d'adultes.

     

    Les troubles qui éclatèrent à Bathang au mois de juin 1920 ébranlèrent la santé de M. Tintet, qui dut s'interposer plusieurs fois entre Chinois et Tibétains pour arrêter incendies et violences de toutes sortes. Il eut en même temps beaucoup de peine à préserver les bâtiments de la Mission. Il tomba malade et expira le 30 juillet 1920 à Bathang... Il repose là-bas auprès de MM. Brieux, Musset et Soulier, qui ont versé leur sang pour le Christ, tandis que M. Tintet est mort victime de sa grande charité.

     

     

    Références bio-bibliographiques

    AME 1907 p. 372. 1919-20 p. 576. 1922 p. 86.

    CR 1887 p. 196. 1891 p. 102. 1894 p. 134. 135. 1896 p. 123. 1898 p. 102. 1899 p. 130. 1901 p. 105. 1902 p. 120. 1904 p. 114. 118. 1907 p. 125. 1908 p. 99. 1909 p. 106. 306. 1911 p. 89. 1912 p. 123. 1913 p. 120sq. 1915 p. 67. 1918 p. 36. 1919 p. 41. 42. 1920 p. 27. 153. 1921 p. 48. 1947 p. 215.

    BME 1927 p. 606. 1930 p. 331. 335. 1932 p. 168. 1933 p. 63. 504. 1934 p. 318. 391. 622. 1948 p. 338.

     

    • Numéro : 1753
    • Pays : Chine
    • Année : 1887